CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


PUNISH YOURSELF
Avec : Punish yourself, l'opium du peuple
Date du concert : 31-10-2015
Lieu : L'Usine - Genève [ Suisse ]
Affluence : NC
Contact organisateur : https://www.facebook.com/Kalvingrad
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 02 novembre 2015 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Pour cette nuit d’Halloween, départ de Lyon, direction Genève et son Usine qui nous promet une soirée pleine de surprises et de maquillages avec au menu, outre les citrouilles de rigueur, les prestations scéniques de PUNISH YOURSELF et de L’OPIUM DU PEUPLE, ça promet !
C’est toujours un plaisir de se rendre dans ce haut-lieu de la culture underground Genevoise au bord du Rhône, aujourd’hui menacée encore une fois de fermeture, alors soutien total, « fight for l’Usine.ch » !
Beaucoup de monde à l’ouverture des portes qui se fera avec un léger retard (le quart d’heure Suisse à défaut du quart d’heure Savoyard). Du coup à peine le temps de mettre sa redingote au vestiaire que le premier groupe envoie le son sur les planches !

J’ai bien dit sur les planches car en effet c’est la troupe de cover-punk théâtrale L’OPIUM DU PEUPLE qui lance les débats à 21heures trente en demandant le soutien de tous à cette salle de concert mythique s’il en est !
Quoi, comment, vous ne connaissez pas l’opium du peuple ? C’est une énorme lacune et vous allez donc réparer ça ici ce soir durant trois petits quarts d’heures, set un peu court je vous l’avoue, mais d’une rare intensité je vous l’assure. Avec ce groupe aucun standard de la variété française n’est à l’abri, tout est trituré à la sauce punk, rock et métal à l’occasion (reprises de Maiden, Pantera, Motörhead etc…).
Alors on se régale d’autant plus que sur scène le show est millimétré, la musicalité respectée, le spectacle accrocheur en diable avec des tenues burlesques et parfois osées, on ne s’ennuie donc pas une seconde. Slobodan Opium dirigeant de main de maitre la démonstration « keupone » pour le pire ou le meilleur, le meilleur très souvent rassurez-vous !
Durant ce show très chaud on revisite sur scène avec un incroyable culot et du binaire plombé, guitares et même cornemuse tous riffs dehors les « Corons », « Johnny » de Boris Vian, un peu des « Bérus », le « Mexico » de Luis Mariano, « Dominik » de Sœur Sourire où encore « Le Lion est Mort ce Soir » de Henri Salvador, tout un programme donc.
Mais attention, au milieu du spectacle Dieu intervient en voix « off » et les musiciens font profil bas terrassés sur scène par cette intervention céleste dénonçant cette vie de débauche présentée notamment par les « Opiomettes ». Mais le groupe se relève et défie tout le monde avec une incroyable assurance pour un set qui va mettre tout le monde dans le bain de l’humour underground ce soir.
Merci les fillers et les gars de cette troupe punk hors du temps et de l’espace convenus, on vous aime et on attend avec impatience d’avoir l’occasion de vous revoir plus longuement encore, promis, juré, craché, si je ment je retourne en enfer, quoique…

Changement de décor, changement d’ambiance avec le nouveau show de PUNISH YOURSELF « black sun, white noise ». En effet, le groupe d’électro/punk/indus a remplacé les peintures fluo et les lasers par des tenues plus « cold » où le noir et le blanc dominent dans une ambiances bleue glacée où les blessures de l’âme sont recouvertes de bandages.
Mais la musique est là, puissante, expressive, plombée, avec des riffs saturés et des beats technoïdes renforcés par batterie et percussions ajoutées. De jolis squelettes en acier inox décorent les pieds de micro. L’ambiance est donc installée pour un public rentrant en transe et autres mouvances, chaud devant, ça va déboiter des nuques.
Vx est plié avec son micro penché et donne le ton au reste de la troupe qui envoie une purée mortelle s’il en est. Et puis Klodia arrive sans oublier sa meuleuse et les jets d’étincelles qui en découlent. Klodia qui offre à ceux des premiers rangs la liqueur de la mort. Klodia qui joue avec le feu, bref Klodia qui nous offre plus encore et anime le show comme elle sait si bien le faire. Puis la musique entêtante reprend de plus belle, cette musique glauque aux accents indus qui nous « berce » depuis plus de 20 ans maintenant, mais nous n’en avons cure.
Avec Punish l’éclate est permanente, nous buvons jusqu’à la lie leurs compositions infernales froides et déjantées, mortelles aussi (comme un enterrement de première classe dixit mon ami H.F. Thiéfaine).
Groupe de scène avant tout, Punish rassemble et assemble toujours un certain public hétéroclite composé de Gothiques, métalleux, punks et adeptes de la techno-hardcore. Chaque prestation des Toulousains vous remplit de sons extrêmes, d’images surprenantes sur fond de lights étonnants de par leur mariage avec leurs sonorités très étudiées au final sous un vernis que certains pourraient qualifier de simpliste. Alors ce soir les lights du show à L’Usine furent particulièrement bons et adaptés, merci aux techniciens. Merci aussi au public pour cette ambiance crue « cold » et vivante en même temps qui à soutenu la prestation incroyable de Punish Yourself. A revoir toujours encore et encore Punish continue l’aventure et varie les plaisirs sombres, on aime toujours plus au final !


Pavillon666 tient à remercier Kalvingrad – l’Usine pour son accueil et son invitation à cette soirée pas comme les autres. J’espère que nous pourrons revenir encore et encore dans ces lieux sympathiques et mythiques je le répète. Retour en France voisine avec des sons et des images plein la tête, quelle belle nuit agitée nous avons passé !