CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DARK NIGHT II
Avec : Temple of baal, malmort, udyr, barus
Date du concert : 07-11-2015
Lieu : Le Brin de Zinc - Chambéry [ 73 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : https://www.facebook.com/theburningravenprod/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 09 novembre 2015 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Le Brin de Zinc de Barberaz est plein, les diots cuisent sur la terrasse (nous sommes en Savoie), le concert DARK NIGHT II s’annonce bien avec au menu ce Samedi soir 7 Novembre, TEMPLE OF BAAL, MALMORT, UDYR et BARUS, de quoi satisfaire tous les métalleux extrêmes de la région.
C’est The Burning Raven Prod qui a (bien) organisé cette « cérémonie » sombre, occulte et mortelle cela va de soi.

Dès 21heures nous allons retrouver sur scène ceux de BARUS, formation que je n’avais pas encore eu l’occasion de voir en live, alors c’est parti pour un set tourmenté et prenant aux tripes.
Les Grenoblois de Barus nous proposent un set death/doom/black où le groupe fait ressortir ses envies de musiques complexes, travaillées avec des relents progressifs en « border-line ». D’ailleurs deux musiciens de la formation font partie de MÏEUTISTE, ceci expliquant sûrement cela. Côté musical tout est donc bien étudié et un certain côté théâtral est apporté par le chanteur comme possédé par ses textes, accroché à son pied de micro et qui nous happe de par ses provocations incantatoires sur un fond heavy et lourd (pléonasme ?), plombé à souhait.
Cette formation prometteuse vient d’ailleurs de signer avec le Label des Acteurs de l’Ombre pour la sortie d’un premier EP « Barus » à paraitre en Janvier prochain. Et bien entendu ce soir nous bénéficierons en live des 4 titres de cet EP, « Tarot », « Disillusions », Chalice » et Cherub », compositions qui prennent une autre dimension bien vivante dans ce domaine du métal-de-la-mort-qui-tue.
Excellente prestation, sauf que du côté son un ampli de façade avait décidé de rendre l’âme ce soir ce qui gâchera quelque peu les envois des 4 combos présents ce soir.

Tiens, voici maintenant UDYR là devant nous, groupe Lyonnais s’étant greffé au dernier moment sur l’affiche de cette sombre soirée.
UDYR que je n’avais pas eu l’occasion de revoir depuis longtemps et qui m’a agréablement surpris ce soir. UDYR qui va nous présenter essentiellement des compositions à paraitre sur son nouvel opus dont l’enregistrement est en cours.
Depuis huit ans déjà, Herjann, Vegard, John, Triglav, Vicken et A.nous proposent un black-métal des 90’s profondément imprègné de la scène scandinave et influencé notamment par EMPEROR, le nom est lâché.
Ambiances constituée de mélodies acides apportés par un clavier, riffs dissonants au possible et vocaux déchirés et tragiques nous emmènent dans un monde épique et haineux à la fois. Un black agressif donc mais contrebalancé par des ambiances que l’on pourrait qualifier de venimeuses dans la grande tradition nordique du style à ses débuts.
Au final, belle prestation ce soir située au-delà de mes espérances et je pense que la majorité du public présent dans la salle a apprécié leur démonstration tout simplement..

« Las ! Mort qui t’a fait si hardie » c’est le premier titre interprété ce soir par les très attendus MALMORT. Un Malmort qui a failli annuler sa prestation car l’un des guitaristes n’était pas en mesure d’assurer la date. Mais Malmort est « ressuscité » avec l’ajout d’un ancien guitariste de remplacement. Pourtant de ce fait la set-list prévue initialement a été amputée des « Ecorcheurs » et du « Gibet de « Montfaucon ». Mais le reste fut sauvé, ouf !
Outre le premier titre ouvrant le set nous avons pu apprécier à sa juste valeur le fameux « Cruciatus », « Panacée », Finis regni et Funereus Successiones », et « MCDXXXJ-MCDXL », un régal tout simplement.
Inutile de vous le cacher plus longtemps, MALMORT fait partie de ces groupes que j’affectionne particulièrement, surtout en live où les musiciens apportent une autre dimension à leur black médiéval. Ce black assez old-school certes, mais d’une efficacité redoutable à chaque concert. Alors ce soir ce fut la même, la même ambiance occulte, la même agressivité haineuse au menu sur des envois qui vous laissent pantois.
De l’art noir bien senti, bien interprété avec un visuel et une chorégraphie scénique bluffante. J’ai pu lire que MALMORT pourrait bien figurer dans le peloton de tête du black frenchie, pour quoi pas ! Mes propos à leur sujet ne sont peut-être pas objectifs me direz-vous, mais écoutez les et regardez-les à nouveau vous m’en direz des nouvelles, amen !

Minuit, l’heure du crime. Mais non, l’heure pour la tête d’affiche de la soirée d’envoyer le son. C’est donc TEMPLE OF BAAL qui nous propose son dernier album studio « Mysterium » paru début octobre 2015.
Alors que dire que vous ne saviez déjà à propos de Temple of Baal qui fait figure un peu de vétéran de la scène black frenchie après 17 ans d’activité et 5 albums + de nombreux splits-cd et démos ?
Les Parisiens nous entrainent toujours dans leur univers glauque et satanique en diable avec des envois tonitruants et rapides ponctués de breaks destructeurs de neurones. Pas de linéarité chez eux, vous êtes obligatoirement happés par leurs titres à rallonge dans une ambiance assez épiques au final. Derrière les blasts biens sentis se cachent pourtant des mélodies sous-jacentes bien malsaines qui vous font admettre sans forcer leur capacité à varier les plaisirs morbides et inquiétants.
Mis à part le son perturbé ce soir Temple of Baal a su prouver en live que ses nouveaux titres comme « Lord Of K & D », « Magna Gloria Tua », « Hosanna », « Divine Scythe » et « All In Your Name » représentent un niveau de composition jamais atteint jusqu'à présent.
Nous dirons pour conclure que Temple Of Baal n’a pas fini de nous surprendre encore et encore, preuve en est leur prestation de ce soir au Brin de Zinc à Chambéry.


Ce second épisode de la Dark Night fut donc une réussite tout simplement, il fallait être là et ce fut le cas pour les nombreux black-métalleux présents. Merci aux organisateurs pour nous avoir offert une affiche de choix, merci aux 4 formations en lice et merci au brin de Zinc pour son accueil sympathique, vivement une Dark Night III de cette trempe !