CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


MASS HYSTERIA
Avec : Mass hysteria, bukowski
Date du concert : 03-12-2015
Lieu : Ninkasi Kao - Lyon [ 69 ]
Affluence : 520
Contact organisateur : http://mediatone-lyon.net/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 06 décembre 2015 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Les furieuses et les furieux ont remplit jusqu’à la gueule le Ninkasi Kao de Lyon, sold-out donc ce Jeudi soir 3 Décembre pour la venue de MASS HYSTERIA et de BUKOWSKI. Une grosse affiche de métal français proposée par Médiatone Lyon en l’occurrence.
Longue file d’attente à l’extérieur dans le froid où chacun s’impatiente avant l’ouverture des portes qui ne se fera qu’à 20 heures, soit dit en passant. Et puis la salle est envahie pour la « furia » que nous promet Mouss et ses acolytes nous en sommes certains, alors, « l’unité dans l’ivresse, êtes-vous prêts pour un wall of death », pour « plus que du métal »oui, alors nous allons déguster ce soir dans tous les sens du terme !

Mais avant ça, les Parisiens de BUKOWSKI nous prennent à la gorge direct avec leur power-rock, quelque fois stoner, souvent métal (d’ailleurs, le bassiste possède sur son bras droit un tatouage où le mot métal est écrit en gros !).
Le quatuor de « paname » tourne actuellement afin de promouvoir son 4ème « méfait » intitulé tout simplement « on the rocks ». Et nous allons apprécier leur set-liste où se mêlent anciens et nouveaux titres avec la gouaille du frontman qui à un moment donné revient sur les événements tragiques de Paris du 13 Novembre dernier en faisant asseoir tout le Ninkasi Kao puis invitant le public à se relever en faisant un doigt à tous ceux qui essaient de terroriser notre vie actuellement.
Du point de vue musical, BUKOWSKI sait varier les plaisirs entre rock speedé, mid-tempos malsains avec en avant une basse ronde et puissante, des guitares, inventives, un jeune batteur à l’aise derrière ses futs, le tout chapeauté par une voix jouant sur plusieurs tableaux mais toujours avec une certaine violence et agressivité sous-jacente. Bref, BUKOWSKI continue sur sa lancée avec toujours le désir d’être « différent ».
Ce qui n’est pas gagné au départ, mais ce soir le groupe a relevé le défi à la force du poignet avec un professionnalisme à toute épreuve et un charisme émotionnel bien présent. Le public après moult hésitations est finalement entré dans son jeu et l’ambiance de la soirée bien vite installée. Merci les « frenchies » du rock/métal et bravo, vous nous avez convaincu !
Set-list en photo.



Et puis, et puis, l’heure tourne, il est bientôt 22 heures et dans la salle tout le monde réclame la suite en scandant MASS HYSTERIA.
Et puis, et puis, la bande à Mouss débarque devant nous sur l’intro. Et puis, et puis, Mass lâche les chevaux, le son en l’occurrence, avec le premier titre de la soirée « Tout doit Disparaitre », et du coup plusieurs centaines de personnes dans la fosse sautent en l’air.
C’est donc parti pour un show très chaud, avec une set-liste d’enfer cela va de soir. Les nouveaux titres comme « Chiens de la Casse », « l’Enfer des Dieux », « Notre Complot », et « Tout est Poison » font un malheur en live. Les Anciens titres aussi me direz-vous comme « Positif à Bloc », « Contradiction » et « Donnez-vous la Peine ».
Avec son nouvel album « Matière Noire » il semble que Mass aie reprit du poil de la bête, plus agressif, plus engagé, plus enragé après plus de 20 années de dénonciations métalliques en fusion.
Côté public, je ne vous fait pas un dessin, vu du balcon c’est une marée humaine qui vient s’écraser contre la scène en rythme, interronpue simplement par les « wall of death » et agrémentée de slams et autres « stage-diving ». Côté scène, ça dépote sévère, le son est énorme, les musiciens en forme et au milieu de tout ce « chaos » Mouss harangue la foule, jette de l’huile sur le feu avec ses propos décapants et réalistes.
Et puis, et puis, 20 années de scène ça s’arrose alors, distribution à ceux des premiers rangs de « Jack » pour les furieuses et les furieux assoiffés. Car il fait une chaleur écrasante dans le Kao, ça ruisselle contre les murs, humidité et sueur d’une « masse » en délire. Quant au balcon, on n’en parle même pas, les photographes essaient de prendre des photos au travers de la fumée en essuyant non-stop le verre de leurs objectifs embués, incroyable !
Et puis, et puis, Mouss invite du monde sur scène, surtout des membres de la gente féminine, pour un pas de danse « Respect To The Dance Floor ».
Et puis, et puis, afin que cela ne soit « plus que du metal » on va terminer par, l’incroyable « Furia » dans une débauche de sons et de lights.
Et puis, et puis, c’est fini, photo de famille, mais cela aurait pu continuer encore et encore vu l’ambiance de folie instaurée et un public chaud comme de la braise.
MASS HYSTERIA en grande forme nous a littéralement subjugés ce soir, alors vive le métal frenchie en pleine forme depuis quelque temps, et quelle forme !

Set-list :

• Tout doit disparaître
• World on Fire
• Chiens de la casse
• Notre complot
• Une somme de détails
• Babylone
• L'Enfer des Dieux
• Vector equilibrium
• P4
• Failles
• L'Archipel des pensées
• Tout est poison
• Vae Soli
• Pulsion
• Positif à bloc
• Contraddiction
• Donnez-vous la peine
• Respect to the Dance Floor
• Plus que du métal
• Furia


Voilà donc encore une excellente soirée qui se termine à Lyon, une soirée qui fera date j’en suis certain. Ne me reste plus qu’à remercier Médiatone, organisateur émérite, Mass Hysteria et Bukowski pour leur engagement musical et ce public de dingues venu ce soir renverser le Kao.