CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


NO ONE IS INNOCENT
Avec : Lord Ruby, Alone And Me, No One Is Innocent
Date du concert : 15-12-2015
Lieu : Transbordeur - Lyon [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.lesdernierscouches.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 17 décembre 2015 - Chroniqueur : Chart - Photographe : CHART https://www.facebook.com/chartlivephotography


Si on apprécie la scène rock française, on ne peut décemment pas passer à côté d'un concert d'un groupe tel que NO ONE IS INNOCENT. Cela fait 20 ans que ça dure, même s'il y a eu un moment de pause au début des années 2000. Le groupe est une nouvelle fois de passage à Lyon et plutôt que de faire alliance avec des groupes de renom de la scène française, NO ONE IS INNOCENT a fait équipe avec de jeunes formations. Cela nous permet d'assister à un concert bâti sur une affiche diverse et variée.

La soirée débute donc avec LORD RUBY. Ce sont des lyonnais qui après avoir roulé leur bosse dans d'autres formations ont décidé de se réunir pour fonder un nouveau projet. Le quatuor vient de sortir son premier disque et est actuellement en pleine promotion. L'opportunité de présenter leurs morceaux sur scène en première partie de NO ONE IS INNONCENT est forcément une aubaine. Affublés de costumes trois pièces, LORD RUBY diffuse sa musique rock aux fortes touches pop. L'ensemble est soft mais la musique est plaisante. On passe un moment agréable même si on est bien loin de la musique énervée de la tête d'affiche.

On continue la soirée avec un projet tout à fait particulier, ALONE AND ME. Le nom du groupe est forcément bien choisi puisqu'il s'agit d'un projet solo mené par Emilie qui endosse toutes les casquettes. Grâce à une multitude de pédales d'effet, des boucles et une très bonne dextérité, Emilie construit ses morceaux en couches. Il vaut mieux jouer bien dans les temps pour que le projet fonctionne soit dit en passant. Mais il y a aussi cette voix incroyable qui pour ma part me fait penser à celle d'Alanis MORISSETTE. Même si Emilie joue de sa guitare assise sur son tabouret, cela ne l'empêche nullement de faire preuve d'une grande aisance et d'un charisme incontestable. On écoute sa musique et on apprécie pleinement sa performance. La technique permet maintenant de devenir un one woman band à toi tout seul et certaines savent vraiment en profiter !

Si NO ONE IS INNOCENT a fait son retour en 2004 avec l'album "Revolution.com", c'est en 2015 qu'il a décidé de frapper un grand coup. Même si les albums "Gazoline" et "Drugstore" contenaient de très bons titres, il faut bien admettre que "Propaganda" marque le retour aux sources tant attendu par les fans de la première heure. C'est aussi un album qui comme bien souvent pour le groupe est très marqué par l'actualité. Etant donnée l'année passée en France, il n'est pas très surprenant que le groupe ait fait preuve d'une grande énergie pour dénoncer certains aspects de l'actualité, l'attaque contre CHARLIE HEBDO en tête. Après un discours du guitariste Shanka en rapport direct avec les attaques du 13 novembre à Paris, NO ONE IS INNOCENT démarre sa prestation avec "Drones" enchaîné de "Silencio". Nul doute, le groupe est en très grande forme ce soir et bien décidé à nous livrer un concert comme si c'était le dernier de sa carrière. Toute est là, très propre, bien maîtrisé et d'une énergie incommensurable. En comparaison avec les autres formations françaises, NO ONE IS INNOCENT semble travailler sa prestation d'une manière différente. De la position des musiciens, l'occupation de l'espace jusqu'à la lumière tout est très bien maîtrisé. Cela pourrait manquer de spontanéité mais l'énergie déployée compense cette impression d'être sur des rails du début à la fin du show. On peut aussi compter sur de très gros titres distillés au fur et à mesure du concert. Très vite on apprécie le standard et incontournable "Nomenklatura" suivi du plus soft "Revolution.com" avant de revenir au dernier album avec "Putain si ça revient" et "Massoud". Il y a aussi "Johnny Rotten" en embuscade. Malgré des titres écrits à des époques et issus de disques très différents, on a tout de même une grande cohérence dans cette setlist car interprétés en live ces morceaux prennent une ampleur toute autre. "Drugs" est le morceau choisi pour ramener un maximum de personnes du public sur scène et faire slamer Kémar là haut. Le rappel se fait avec une très belle série de titres là encore très énervés avec en ouverture "Djihad Propaganda" suivi du mythique "La Peau" version 2015 puis plus inattendu "Gazoline". NO ONE IS INNOCENT ne peut nous quitter sans l'incontournable "Chile" avant de conclure avec "Charlie" qui bien entendu fait référence aux événements tragiques du 7 janvier 2015.

Après un début de soirée un peu long à démarrer, il faut se rendre à l'évidence. NO ONE IS INNOCENT n'a laissé personne de marbre. Le groupe opère un retour concluant malgré une salle pas assez remplie. Il faudra peut-être un peu de temps sur cette lancée pour que les choses redeviennent comme avant mais il est clair que le groupe tient désormais le bon bout. Peut-être qu'une alliance avec les autres gros groupes de la scène française sur une tournée pourrait se montrer bénéfique car cela aurait été grandiose d'avoir une tête d'affiche supplémentaire sur cette date.

Soirée réussie donc, merci à Laurent des Derniers Couchés pour avoir accordé un pass à Pavillon666.