CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


ASSOMMOIR METAL FEST IV
Avec : Mithridatic, l'épouvantail, deathawaits, eve's bite, broken down, the arisen, anksunamon, blood storm, soulbreeder
Date du concert : 23-01-2016
Lieu : La tanière - St-Etienne [ 42 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : https://www.facebook.com/events/695623777206377/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 25 janvier 2016 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


La question qui se posait ce Samedi 23 Janvier dans la Tanière de St-Etienne était la suivante : l’Assommoir METAL FEST 4ème du nom allait-il attirer beaucoup de monde surtout en débutant les hostilités à 3heures de l’après-midi ?
La réponse fut un oui massif et sans équivoque rien qu’à voir dès le premier des 9 groupes en lice, un public venu en masse investir les lieux suite à l’appel des organisateurs : Vidark Wyrd, Xavier Michalon, Lea Laplace, Guillaume Pabiou et Adrien Berinchy. Neuf groupes locaux au programme donc, mais aussi des groupes venus du lyonnais et de Savoie qui furent accueillis comme il se doit par une équipe solide niveau technique et par une foule de métalleux avides de gros son mais aussi de découvertes.

C’est SOULBREEDER qui eu la lourde tâche d’ouvrir les débats dès 15heures 15 à la pendule de la tanière. Premier vrai concert pour cette nouvelle formation Stéphanoise composée principalement d’anciens membres de Winds of Torment. Une set-liste pas encore étoffée maisle groupe sait faire parler la poudre avec des musiciens aguerris à la pratique du death-metal qui fait mal, ou du bien, c’est selon. En tous cas les Stéphanois ont assuré comme des bêtes et lancé avec brio cette 4èmùe édition de ce fest, on aime.

Nous restons dans le brutal avec les Savoyards de BLOOD STORM (sauf le batteur, mais faute avouée est à moitié pardonnée, n’est-ce pas !) qui vont faire monter l’ambiance d’un cran avec une prestation énergique d’une efficacité redoutable. Un frontman charismatique à la Amon Amarth, une rythmique implacable et des envois musclés avec en fond ‘écran ce death mélodique qui fait mouche inévitablement, on apprécie. Second groupe de l’après-midi, second « bon groupe » ça promet pour la suite, nous sommes impatients. En tout cas ce fut une bonne découverte en ce qui me concerne, ceux d’Albertville ont gagné des points ce soir à St-Etienne.

Après du death plutôt mélodique, voici du death old-school bien brutal qui ferait sortir les momies de leurs sarcophages avec les Lyonnais d’ANKSUNAMON.
Resuscités de leurs tombeaux pyramidals depuis quelque temps, ces vieux renards du désert vont nous défoncer les conduits auditifs avec une prestation bien saignante et sans concession. Entre Morbid Angel et Nile il y avait une place et nos 5 lascars semblent remontés à fond pour faire revivre cette entité morbide Anksunamon dont l’aventure avait débuté en l’an 2000. Ce soir ils nous l’on prouvé avec force et persuasion si c’était encore nécessaire.

Avec THE ARISEN, nous plongeons la tête la première dans un death progressif et technique. Un death qui met en valeur les exploits techniques notamment des 6 cordistes. Mais que l’on ne s’y trompe pas, les déviances aventureuses de ces musiciens ne sont que prétexte à vous emmener dans un déluge mortel puissant et énergique dont vous ne sortirez pas indemnes. Profitons donc ce soir de leur date Stéphanoise inclue dans leur tournée qui les font voyager en France avec un final en Espagne. Et ce afin de promouvoir leur nouvel EP « Rising Times ». Leur set de la Tanière fut sans faille et apprécié largement par un public de connaisseurs.

C’est au tour maintenant d’écouter en live le death particulier de BROKEN DOWN, héros locaux s’il en est. Le death-métal old-school est ici à nouveau à l’honneur avec des influences de Bolt Thrower, Entombed, et autre Obituary. Mais cette formation privilégie certains envois plombés dans des ambiances malsaines apportées par des parties de clavier adéquat. Mais aussi par des flirts assumés avec des parties de guitare aventureuses et originales, parfois latino, pourquoi pas !
En tous cas, même si ce soir nous restons dans un domaine métal brutal, Broken Down nous a servi sa différence et ce fut bien tout simplement.

La surprise va venir du groupe suivant de St-Etienne EVE’S BITE. En effet dans cette affiche métallique de la journée bien « bourrine » au demeurant nos jeunes musiciens vont (bien) faire leur place avec du hair-métal, hard-rock, glam-rock en dignes héritiers de Môtley Crüe, Kiss et autres Poison.
Ils ont la foi en leur musique, ils ont l’énergie, ils reprennent tous les clichés inhérents au style qui faisait fureur dans les 80’s. Et finalement à l’aide de rythmiques binaires sèches comme des «coups de trique », à l’aide de titres reprit en chœur par leur fan club présent même sur scène, à l’aide d’une reprise de Mötorhead (pourquoi pas !), ils ont réussi à mettre tout le public dans leurs poches, dans une excellente ambiance, incroyable !

Retour maintenant dans le death extrême, horrifique parfois, sanguinolent sûrement, mâtiné de grind et d’un soupçon de « core » avec les bouchers Lyonnais de DEATHAWAITS.
Inutile de vous faire un dessin, le public s’est éclaté dans tous les sens du terme garez-vous ! Alors durant tout leur set ce ne sera que bières renversées, stage-diving empressés, effusion physiques intensifiées, mais où donc est passée ma carte bleue où ma godasse ?
Vous l’aurez compris, Deathawaits n’était pas venu là ce soir pour enfiler des perles et le public remonté à bloc a suivi. Que dire de plus ? Rien, la folie ordinaire a fait son œuvre ce soir amen !

Second groupe Savoyard de la soirée, L’EPOUVANTAIL va relever le défi avec son death mélodique, deathcore si vous voulez avec notamment une frontwoman bien dans ses « growls » objet de tous les regards. Mais ne vous y fiez pas à ce regard souvent angélique. Emilie envoie du lourd même si par moment elle parait un peu crispée. Et derrière elle « ça tabasse sec » avec des musiciens « arc-boutés » sur leurs instruments. La mélodie transparait de temps en temps en filigrane, mais l’accroche brutale reprend bien vite le dessus. Dommage qu’un incident technique aie perturbé le déroulement du set en l’écourtant car on en aurait bien reprit une louche, bravo les Annéciens vous irez loin !

Que va-t-il se passer maintenant avec l’arrivée sur scène de MITHRIDATIC ? Le public semble dans des « starting blocks » et prêt à en découdre car les Stéphanois se sont reformés il y a peu et sont bien décidés à nous montrer qu’il y a une vie après la mort. Une vie intense qui va vous « pèter » à la figure là tout de suite devant vous.
En effet le quintette Stéphanois n’est pas « gaga » comme l’on dit des habitants de cette charmante ville au passé minier. Ce quintette emmené par le charismatique Guitou assisté de musiciens hors-normes va tout casser ce soir dans la Tanière.
Mais que nous propose donc Mithridatic pour enflammer de la sorte un public furieusement furieux dès son arrivée sur scène ? Et bien, son death est malsain comme du sludge boueux et marécageux. Son death emprunte des éléments au black aussi afin d’en faire une potion, non pas magique, mais venimeuse et « jusqu’au boutiste »
Mithridatic débute son set avec de l’ancien pour se remémorer ses débuts glorieux puis progressivement il va nous proposer du nouveau avec des intonations de voix différentes, des chemins de traverse dans une veine morbide et torturée où perce parfois l’ombre d’un poète maudit. Maudits, c’est peut-être le qualificatif à employer pour désigner les envois des Stéphanois qui vous glacent le sang dans des envolées plombée et empoisonnées. Nous avons donc bu cette potion jusqu’à la lie ce soir et ravagé la salle de concert par la même occasion, quelle claque mes amis !

Avec une 4ème édition de cet accabit, inutile de vous dire qu’une 5ème édition sera programmée prochainement. Ce Metal fest ayant prouvé qu’il y avait un public bien vivant pour la scène métal, les organisateurs, que nous remercions, et les groupes seront demandeurs bien entendu, enjoy !