CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


TANKRUST
Avec : Tankrust,Pleasure To Kill,Sound Of Memories
Date du concert : 24-01-2016
Lieu : Gibus Café - Paris [ 75 ]
Affluence : 50
Contact organisateur : https://www.facebook.com/AlmostFamous.fr/timeline
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 26 janvier 2016 - Chroniqueur : riffraph - Photographe : riffraph


Petite soirée de décrassage pour votre serviteur qui entamait son premier live report de l’année. Et quoi de mieux qu’un show franco-français pour bien commencer. C’est donc dans la salle intimiste du Gibus Café à Paris que je me rendais en ce dimanche 24 janvier de l’an de grâce 2016…

Sound Of Memories

Après un EP « Living Circles » en 2013, nos jeunes parisiens avaient à cœur de défendre sur scène, le tout frais et premier album « To Delivrance » dispo dans les bacs depuis fin 2015.

Je fus d’emblée surpris par la maturité du groupe. Sound Of Memories mélange, sans que cela ne porte préjudice à leur identité, des influences diverses qui oscillent entre le death mélo, le heavy avec également des passages hardcore. Le combo sait aussi se ménager des passages plus calmes pour repartir de plus belle sur des blasts ravageurs aux riffs acérés et bien conçus. Techniquement c’est propre et carré. Luis et Alain alternent chacun de la rythmique aux soli avec un style complémentaire. Flo maîtrise sa voix en passant facilement du growl à un chant plus posé, la section rythmique avec Fabien à la Basse et Nacim derrière les fûts apportent la variation et l’énergie nécessaire pour mettre en valeur les compos.

Malgré une scène ne permettant pas de s’exprimer pleinement vu la surface, nos franciliens auront su s’accaparer l’espace pour chauffer comme il se doit la salle. D’ailleurs nombre de leurs fans étaient présent pour les soutenir. Une très bonne entrée en matière donc et une formation prometteuse à suivre assurément…

SetList :

Non Compos Mentis (Intro)
Momentum
Confined In Struggle
Slave of Gizeh
Eulogy
The Vulture's Pride
Purify Your Soul
Pray For Blood
From Above
Cyborg From Dust


Pleasure To Kill

Est-il besoin de rappeler le nom du groupe qui est un morceau phare de Kreator ? Ben non voyons, pfff qu’il est con lui… Voici donc venu le temps pour nos vieux briscards de prodiguer ce bon vieux thrash metal sans concessions. Le set délivré sera un savant mélange du dernier album « Sédition » de 2015 avec l’EP « Le Carnage » de 2010.

Nos Orléanais ne sont pas là pour trier des lentilles mais bien pour mettre le feu aux charentaises du gros rougeaud (expression emprunté à notre bon vieux Zégut évidemment). C’est Dums au chant et à la basse (micro réglé à la Lemmy) qui va éructer ses vocalises en tapant tel un chaudronnier sur ses cordes lourdes et métalliques. JMi quant à lui sur sa gratte au look qui sied au genre va nous délivrer des notes et accords bien carrés et efficaces dignes de ce qui se fait de mieux dans le style. Faut pas croire les enfants, le thrash ça pardonne pas. On est efficace où on ne l’est pas. Je ne parle même pas de Didier, qui tel le bucheron de base donnera un tempo authentique.

Alors oui, malgré une audience clairsemée et un public pas forcément toujours présent, notre combo saura néanmoins rallier les suffrages au cours du concert. Ne vous fiez pas à mon ton désinvolte et humoristique. J’ai apprécié Pleasure To Kill ce soir. Nous étions dans l’efficacité, l’intégrité et la brutalité qui fait honneur au genre. On se rappellera à notre bon souvenir des groupes comme Testament, Exodus, Kreator et autres Annihilator... Messieurs, chapeau bas ! Et merci de faire perdurer cette tradition qui se fait rare de nos jours… Au plaisir de vous croiser de nouveau sur scène ou ailleurs…. Thrash and Wine les gars, Thrash and Wine…

Setlist :

Intro - La Crypte
1 - Le Couperet
2 - 911
3 - Reasons In Concrete
4 - Cendres & Poussières
5 - Carcan Médiatique
6 - Les Pires
7 - Cancer
8 - Rédemption
9 - Sédition
10 - Amère Toxine


Tankrust

Voici donc venu le temps de la tête d’affiche de la soirée. Tankrust a fait son petit bonhomme de chemin. Malgré des changements de line-up, d’indécisions, notre formation parisienne semble aujourd’hui avoir trouvé équilibre et stabilité. Mon confrère Fred Bebel avait noté d’un bon 8/10 sur Pavillon666 leur « The Fast Of Solace » sorti en 2015.

Certes on m’a susurré que le groupe avait des influences diverses mais néanmoins tous les membres du combo travaillent dans le même sens. Ils nous disent délivrer tout leur potentiel sur scène et après avoir assisté au concert, je ne peux que confirmer.

D’ailleurs le premier titre « DMZ » donne le ton et fait forcément penser à du Septicflesh, influence revendiquée parmi d’autres. Mais Tankrust c’est bien plus que cela. Ce mélange intelligemment dosé de death/thrash/hardcore puissant est très bien réalisé. Le public ne s’y trompera pas, même si pour un dimanche soir la salle n’est pas remplie comme elle le devrait. Le frontman Kootôh a indéniablement une présence scénique, et il n’aura cessé d’haranguer la fosse pour faire bouger un public jusqu’à présent un peu trop sage mais qui, irrésistiblement, finira par se lâcher. Son chant efficace à la fois growlé et hurlé colle bien au style voulu. Schuff derrière ses fûts, accompagné rythmiquement de Jules à la basse apporteront la puissance, avec des blasts et des breaks judicieux. Quant à nos deux guitaristes, Will à la rythmique et Garth au solo, ils apporteront leurs riffs efficaces et soli aux notes alternant les figures de style, jouant ainsi avec une ambiance sombre mais diablement et efficace.

Pour résumer, ça envoie du bois et on se dit après cette soirée, que décidement la scène française est de qualité et n’a pas à rougir à celles de leurs confrères européens ou outre-Atlantique. Une soirée qui aurait d’ailleurs mérité une plus large audience. Good Job Guys !

SetList :

DMZ
Draw the Line
Barbarians
Grow some balls
Apollo is dead
Cleaver
Improvisation 28
Autonomy
10:22
Dead Pools

Et pour terminer, il conviendra de remercier l’organisateur Almost Famous, Roger de Replica Promotion et toute l’équipe du Gibus Café pour leur accueil agréable et sympathique.