CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SOIREE ASSOCIATION ZOMBI RIOT
Avec : Red Eagle's Noise,Akentra,Burn The Flag
Date du concert : 30-01-2016
Lieu : Maison Proximum Dunant/Kennedy - DREUX [ 28 ]
Affluence : 110
Contact organisateur : https://www.facebook.com/zombi.riot.association/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 03 février 2016 - Chroniqueur : riffraph - Photographe : riffraph


C’est sous la pluie que je me rendis ce samedi 30 janvier à Dreux pour une soirée initiée par l’association Zombi Riot où se produisaient trois groupes de la région Centre. En effet après avoir consulté le magazine de la ville, qu’elle ne fut pas ma surprise de constater que sous l’impulsion des fondateurs de l’association Guillaume et Arnaud, des soirées rock/metal à 15 minutes de chez moi existaient. C’est donc avec curiosité que je me proposais de couvrir l’événement.
Après un accueil sympathique dans les loges de la part des initiateurs, des bénévoles et des groupes, il est temps de se rendre dans la salle pour écouter la première formation :

Red Eagle’s Noise

Originaires de Normandie, nos quatre musiciens nous délivrerons un stoner authentique. Bien que d’influences diverses et grands fans de groupes comme Clutch ou Red Fang, leur style est aussi un mélange de hard’n’roll avec un petit côté garage et une légère touche de Psyché. Non sans un certain humour et tous vêtus de chemises à carreaux, nos bûcherons auront la lourde tâche de chauffer une salle certes encore un peu timide. C’est d’une voix rauque et grave qu’Arnaud interprétera les compos avec sa guitare au son gras et sale aidé aux vocalises par Morgan qui en plus de marteler sa basse fera des growls pour soutenir notre frontman. Seul Mehdi apporte un peu de finesse mélodique dans ce stoner brutal avec quelques arpèges et solos bien sentis. Un bon point également pour Seb derrière les fûts qui possède une bonne technique avec des breaks et changements de rythmes bien pensés. Les morceaux sont plutôt variés ce qui n’est pas une évidence car le style peut prédisposer à une certaine linéarité si un effort n’est pas fait dans la construction des compos.
Une bonne entrée en matière pour un groupe qui aimerait enregistrer correctement son premier EP cette année. C’est tout le mal que je puisse leur souhaiter.

SetList Red Eagle’s Noise :

01-No country for old beer
02-Fire Rain
03-Dark Side
04-Burn The Witch
05-Stormy Monday
06-Queen Anne’s Revenge
07-Black Moutain
08-Lumberjack (instru)
09-We are anonymous

Petite pause dans les loges et bière évidemment car il fait déjà chaud dans la salle. Je règle avec les groupes l’heure des interviews et c’est reparti !

Akentra

Akentra est un groupe qui commence à faire parler de lui. Après deux albums plutôt bien accueillis par les médias, la formation originaire de Dreux est en tournée pour défendre le nouveau-né « Alive ». Bénéficiant d’une bonne production et soutenu par Roger Wessier de Replica Promotions notre quintet, jouant à domicile, avait à cœur de faire plaisir à son public. Ce qu’il fera assurément devant certains fans qui les suivent de près, et qui feront en sorte d’animer la fosse. Nos musiciens ont choisi un créneau défini selon leurs dires de « Pop Metal ». Il est vrai que le deuxième opus confirme la chose. Nous ne sommes ni dans le sympho ou le lyrisme, bref dans les codes opéra rock. Je trouve pour ma part qu’il y a également un côté rock progressif intéressant. La setlist fera la part belle au dernier album évidemment avec des titres courts et efficaces. Le jeu des guitaristes se complète bien. Maël (qui disparaîtra parfois dans un nuage de fumée) et Thomas (qui descendra dans la fosse) nous servent des riffs efficaces et des soli bien construits et fluides. Les mélodies sont taillées pour la voix douce et envoûtante de Lucia avec des morceaux qui alternent entre la rythmique entêtante de « Magic Trick » ou le pesant « Resurection ». Quelques légers samples, calés sur une batterie efficace jouée par Steve, ajoute un plus indéniable. La basse de Stéphane apporte aussi un côté groovy qui sert bien l’ensemble. Akentra joue donc avec le chaud et le froid dans un équilibre bien trouvé. Certains morceaux mériteraient même d’avoir leur version « Unplugged » mais je crois que… non je n’en dirais pas plus... Un set efficace donc qui prouve qu’Akentra, notre plante carnivore, est sur la bonne voie. Le public quant à lui a manifesté à maintes reprises son adhésion totale. Et c’est tant mieux.

SetList Akentra

01-Self Esteem
02-Twelve
03-In Their Shoes
04-Magic Trick
05-Kick Ass
06-Future
07-Make Up
08-New Game
09-Resurection
10-Demolition Man

Burn The Flag

Pour terminer en furie, voici venu le temps (non pas des rires et des chants) mais d’un hardcore/stoner décapant avec Burn The Flag. Rien que de lire le titre du groupe et ceux de la setlist et vous aurez compris que ça va tailler dans le gras sociétal. Sous les riffs incisifs d’Arnaud et la voix rageuse de Guillaume tout le monde va prendre pour son grade. La politique, les médias, les autorités etc... Bref la langue de bois ils ne connaissent pas. Difficile également de ne pas comparer Burn The Flag à des groupes comme Black Bomb A, Lofofora ou Mass Hystéria, au moins dans l’approche des mentalités et parfois des genres. Adrien à la basse ne ménage pas ses efforts sur scène et dans la fosse, pour provoquer les headbangers déclenchant un petit pogo bien senti. Il y aura aussi des interludes rythmiques. Accompagné du puissant Bertrand à la batterie (dont ce sera le dernier concert), notre frontman nous la fera genre tambour du bronx en tapant comme un bûcheron sur son bidon. Pour résumer, Burn The Flag a un potentiel dont ils (je pense) n’ont pas idée.

Un set bien plaisant et sans concessions avec toute la fraîcheur que cela implique.


SetList Burn The Flag :

Sous la France
Derniers Maux
Stupeur
Interlude
L’opulence et la misère
Mafia Hebdo
Interlude
L’aigreur
Rappel :
L’Autre

Je termine donc ce live report évidemment par des remerciements. Tout d’abord les fondateurs de l’association Zombi Riot, Guillaume et Arnaud (merci pour l’interview), ainsi que tous les bénévoles pour leur accueil sympathique, chaleureux et plein d’enthousiasme. Les groupes Akentra, Red Eagle’s Noise pour leur confiance, l'accueil chaleureux et le temps accordé pour nos interviews, ainsi que Roger Wessier de Replica Promotions qui a arrangé ma rencontre avec Akentra.

Il est important de soutenir la scène locale et de faire vivre ces initiatives. Messieurs, Dames, chapeau bas et que les dieux du metal soient avec vous. Nous serons sans doute amenés à nous rencontrer de nouveau.