CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


LIONHEART
Avec : Lionheart+Desolated+Fallbrawl+Wolfpack
Date du concert : 18-02-2016
Lieu : Gibus Live - Paris [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.oneheartbeatproductions.com/en/home/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 22 février 2016 - Chroniqueur : superbenny666 - Photographe : bengodardphotography https://www.facebook.com/livephotosmusic/?ref=hl


Pour la première fois, Lionheart est en tête d'affiche pour sa tournée européenne. Celle-ci a pour but de promouvoir son nouvel album 'Love don't live Here". Pour cette tournée, on les retrouve avec leur potes anglais de Desolated, avec qui ils avaient partagé l'affiche du "Taste Of Anarchy" l'année passée. Les allemands de Fallbrawl et les frenchies de Wolfpack complètent l'affiche. Ces derniers remplacent les texans de Kublai Khan, qui ont annulé suite à la blessure de l'un de leur membre. L'affiche est donc orientée Hardcore très metal /Beatdown. Le concert, organisé par One Heartbeat Productions a lieu au Gibus Live, qui semble être devenu "The place to be" pour les coreux parisiens. Arrivé avant l'ouverture des portes, la première surprise fût de constater qu'il fallait patienter derrière une foule venue en masse.


Entre le temps d'attente et l'arrivée dans la salle, Wolfpack a déjà commencé son set mais ils leur en reste encore quelques titres sous le pied. Wolfpack a donc été choisi pour remplacer Kublai Khan. Ils viennent tout juste de sortir leur premier album "None Above/None Equal" chez les ricains d'Eulogy Recordings, ce qui est quand même classe. Ce soir ils sont chez eux au Gibus, en effet ils y ont joué quand même un paquet de fois. Hadrien, le chanteur a beau mettre du coeur à l'ouvrage mais non le public ne semble pas vouloir se "déhancher" tout de suite. Leur beatdown est quand même sacrément heavy, la voix d'Hadrien est caverneuse même si parfois elle semble fatiguée. Il faut dire que c'est leur 15ième date sur la tournée. Les deux gratteux maîtrisent parfaitement et le batteur est comme à chaque fois, bien déchaîné. La basse permet de les lier entre eux avec un son correct. La "negative attitude" est bien mise en scène lorsque qu'Hadrien simule une pendaison avec son micro ou bien lorsqu'il tourne le pousse vers le bas pour le public. Et puis, Paul, chanteur de Desolated débarque pour un featuring, cela, ajouter à l'abnégation d'Hadrien envers le public fait enfin son effet. Et les premiers coups de pieds et moulinets partent ici et là. Ambiance hardcore dans le pit, on aime. Rob Watson, chanteur de Lionheart regarde attentivement le set, qui se termine assez vite finalement. On sent un peu de déception pour Wolfpack concernant l'ambiance quelque peu frileuse bien que la fin du set fût énorme.

Le second groupe vient d'Allemagne. Il s'agit de Fallbrawl. Après avoir vu quelques vidéos sur le net, il ne faut pas s'attendre à autre chose que du beatdown proche du death. Les balances permettent de sentir un bon son bien lourd, bien bourrin. Le set démarre sur les chapeaux de roue mais la voix n'est pas si basse que ça. En fait, le set est même assez varié, ce qui permet de casser une certaine linéarité. En tant que photographe, maintenant il faut scruter la scène et le pit car ça part bien vénère cette fois. Wolfpack a réussi à réveiller nos petits coreux qui se lâchent bien plus sur Fallbrawl. Les titres s'enchainent à coups de blast, et autres harmonies artificielles içi où là. Fallbrawl sonne un peu plus hardcore en live, peut-être est-ce dû à l'attitude? Le bassiste de Desolated viendra faire un featuring voix sur "All Will Suffer" mais il semblait limite tout de même. Cette fois c'est sûr, la soirée et belle et bien lancée. Desolated ne devrait pas tarder de débarquer sur la scène.

Desolated partageait déjà l'affiche avec Lionheart lors de la tournée du "Taste Of Anarchy", donc pas étonnant de voir ces deux formations sur la même affiche cette année. Style vestimentaire assez "vintage" pour l'un des guitaristes et le bassiste mais l'habit ne fait pas le moine et je vous assure que leur son n'est pas oldschool! Déjà la basse envoie un super son, encore un featuring avec le chanteur de Fallbrawl sur l'un des premiers titres, les gratteux assurent aussi les backing vocals. Là aussi, la participation du guitariste et du bassiste concernant la voix permet d'envoyer pas mal d'énergie. Le chanteur de Fallbrawl avait gardé suffisamment d'énergie pour slammer à tout va. Faut-il vous expliquer la réaction des fans? Paul, le chanteur joue bien avec le public et les photographes. A noter que c'est Nash, batteur de Nasty, qui assure la tournée, toujours à la batterie pour Desolated. Le set se termine dans la joie et la bonne humeur, avec certainement quelques bleus et contusions pour certains mais cela ne gênera en rien pour accueillir la tête d'affiche Lionheart, avec une salle pleine.

Lionheart, ce groupe californien qui vient de sortir "Love Don't Live Here", est enfin en tête d'affiche d'une tournée. Il faut dire que leur son est hyper tranchant, avec des paroles qui tapent là où il faut et un frontman plein d'énergie et un corps taillé à la perfection!
Du coup ça part direct, pas de chichi, la sauce est envoyée, la foule est au taquet, stagedive à gogo mais pas trop de place pour le KDS, après il suffit d'en faire...Les 4-5 premiers titres s'enchainent sans coupure, les refrains sont bien repris par les fans lors des nombreux "sing along" notamment sur "Rest In Power". Rob Watson montre donc son torse, ce qui ne laisse personne de marbre. Les salles de muscu vont certainement connaître une recrudescence de coreux si ce n'est pas déjà le cas! Beau bazar sur la scène. Petit moment de frayeur lorsque l'un des guitaristes quitte la scène, mais même si on ne saura jamais pourquoi, il reviendra rapidement pour continuer. On aura droit à une intervention pleine de hargne au micro de la part de Soufiène, chanteur du groupe straight-edge parisien Mind Awake, sur "Brother's Keepers". Lionheart joue avec le public pour les rappels et ils finiront le set avec le mythique "LHHC".

C'est donc dans un gibus transpirant que ce show se termine. Les prestations des groupes font plaisir à voir et Lionheart a pu montrer qu'il était devenu l'un des groupes majeur de la scène hardcore métal. Le public a répondu présent même s'il aurait pu être un peu plus démonstratif avec les locaux de Wolfpack. Il serait maintenant intéressant de voir ce même public supporter la scène hardcore locale en participant de la même manière aux concerts underground proposés dans la région.

Un grand merci à l'équipe de Pavillon ainsi qu'à Erika de One Heartbeat Productions pour l'accréditation photo.