CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


LIONHEART
Avec : Lionheart, desolated, fallbrawl, wolfpack
Date du concert : 24-02-2016
Lieu : Le Totem - Rillieux [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.mediatone.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 26 février 2016 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Après Paris- Le Gibus, c’était au tour de Lyon-Rillieux ce mercredi 24 Février de subir les assauts de la tournée hardcore-beatdown actuelle avec LIONHEART, DESOLATED, FALLBRAWL et WOLFPACK. Et si au départ à 19heures 30 l’affluence était encore timide (nous sommes en semaine ne l’oublions pas), le Totem sera bien remplit pour les deux derniers groupes avec une ambiance très mouvementées dès le début des hostilités, garez-vous !

Les parisiens de WOLFPACK vont occuper la grande scène du totem durant à peine une demi-heure avec leur heavy-métalcore char d’assaut.
Leur dernier clip vidéo « Sew Your lips » avait dû vous donner une idée de leur son avant ce concert préfigurant la sortie de leur premier album « Aucun ci-dessus/aucun égaux ». Alors en live, ça donne quoi ? Et bien c’est du hardcore-beatdown avec tous les clichés du style avec une lourdeur héritée d’un Entombed par exemple.
Le milieu de la salle ne tarde pas à se muer en démonstration de karaté, moulinets, vols planés et 2-steps, le reste de l’assistance gardant ses distances au fond comme des cierges de pâques. Le set des Parisiens fut court soit, mais pas avec l’intensité que l’on aurait pu attendre d’eux, fatigués ? Mais respect pour avoir ouvert le feu à Rilleux ce qui n’était pas gagné d’avance, le gros de la troupe des « coreux » étant encore dans les bouchons de Lyon peut-être ?

Peu de temps après, avec encore un peu plus de monde dans la salle de sport, ce sont les Allemands de FALLBRAWL qui branchent grattes et micro afin de se lancer sans tarder dans ce petit « baluche » du mercredi soir, tu « guinches » ?
Si Wolfpack délivrait un hardcore bien heavy, celui de nos amis d’outre-rhin va se révéler encore plus lourd et plus bourrin ce qui n’empèchera pas nos « coreux » Lyonnais d’accentuer leurs ébats physiques, ambiance !
Déjà trois albums au compteur pour ceux de Dusseldôrf qui à l’aide de leur hardcore plombé mettent leur pays à feu et à sang depuis une dizaine d’années déjà. Et ce soir en live, c’est la même, la même lenteur ravageuse se terminant en chaos (cf leur dernier album de 2015).
Des parties de gratte aventureuses viennent calmer les ardeurs du frontman qui passe volontiers de déclamations à des « growls » les plus caverneux. Alors, plus death que hardcore ou deathcore ? Non, ici on parlera de hardcore métal musclé tout simplement qui fait un tabac ce soir dans une assistance pure et dure voyons ! Fallbrawl a convaincu avec son set efficace aux titres variés dans une ambiance assez sombre dirons-nous.

Les Anglais tireront en troisième position ce soir. Mais quels britishes ? Ceux de DESOLATED voyons avec pour le frontman un fusil d’assaut brodé sur son bonnet.
Alors, « anarchy in the UK » ? Pas exactement mais de la hargne, de la rage au menu pour ce combo d’outre-manche qui a décidé notamment, avec la sortie de son dernier « méfait » intitulé « The End », de nous coller au plafond à l’aide de riffs monstrueux, sur des tempos d’enfer portant haut l’image du punk/metal/hardcore qui nettoie tout dans les salles de concert comme une tornade noire. Noir comme notre peine, rouge comme notre sang, vous avez tout comprit.
Alors fatalement en live c’est une violence sonore infernale qui est lâchée avec un frontman qui n’a de cesse de faire répéter ses paroles incisives à ceux des premiers rangs.
Résultat des courses, une prestation implacable, pimentée de slogans revendicateurs. Ils n’ont pas fait dans la mélodie ce soir et l’on en attendait pas moins de ces Anglais énervés qui jouent depuis une dizaine d’année dans tous les endroits possibles et inimaginables, excellent en live !

La salle est maintenant bien remplie et les « coreux » sont brûlants comme de la braise pour accueillir LIONHEART. Et le public ne va pas être déçu du voyage avec ces Californiens qui défraient actuellement la chronique notamment avec leur dernier opus en date « Love Don’t Live Here » qui marque un retour discographique attendu depuis 4 ans.
L’arrivée du frontman sur scène tous muscles et tattoos dehors fait frémir les petites jeunes « coreuses » d’entrée de jeu (à entendre leurs commentaires…). Mais parlons musique avec ces « ricains » qui certes n’ont rien inventé dans le style mais y ont rajouté des éléments bien personnels, une énergie folle, une musicalité « direct in your face », un côté fusion à la R.A.TM. et un son à vous faire saigner les oreilles. Le frontman très décontracté joue en permanence avec son public, va le chercher, le pousse dans ses derniers retranchements. Et derrière lui « ça tabasse sec », les grattent hurlent et le duo basse-batterie vous atomise littéralement, quelle claque !
Des grappes de « coreux » s’accrochent au micro du chanteur sans répit, l’ambiance est à son comble, mais où est passé mon smartphone où ma godasse ?
Le beatdown hardcore, mélange de NYHC hardcore à la Madball et de death-métal est ici bien convaincant, pas besoin de vous faire un dessin, ce groupe fait merveille en live, la relève ?
Le hardcore « old-school » en est tout retourné on dirait, mais le principal c’est bien d’avancer n’est-ce pas sans rien renier de nos aînés.
Prestation excellente donc ce soir Ö Totem et mon seul petit regret fut la longueur du set un peu court à mon goût, mais ne crachons pas dans la soupe hardcore, les californiens devraient faire parler d’eux de plus en plus il me semble avec des « live » pareils !

La soirée fut donc agitée, bon son, bonnes prestations, que demander de plus ? Merci à Médiatone Lyon organisateur des festivités, merci aux 4 formations qui se sont donnée à fond, et merci au public pour cette ambiance incroyable, ça fait plaisir à voir !