CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


TEXTURES
Avec : Textures, Uneven Structure, Nonsense
Date du concert : 27-02-2016
Lieu : CCO - Lyon [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : https://www.facebook.com/slhproductions
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 29 février 2016 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart https://www.facebook.com/chartlivephotography


S'il y en a parmi vous qui en ont assez des compositions basées uniquement sur des riffs en 4/4, cette soirée était clairement toute indiquée. Et pourtant, en ce qui concerne TEXTURES, la popularité n'a rien à voir uniquement avec la construction rythmique et la technique. C'est un ensemble bien construit et bien dosé qui permet à ce groupe de prendre de plus en plus d'envergure. Il faut dire que sa signature chez NUCLEAR BLAST est une preuve supplémentaire de ses qualités. Ce concert organisé par SOUNDS LIKE HELL au CCO de Villeurbanne était donc l'occasion rêvée de se faire une bonne idée de ce que donne ce groupe sur scène.

Cette soirée commence avec les lyonnais de NONSENSE dont vous pourrez vous faire une idée plus précise en visionnant l'interview jointe à ce report. La performance est en tout cas réussie et prometteuse. N'étant pas encore très connu sur scène dans la région, NONSENSE fait déjà preuve d'une très grande maturité musicale et d'un niveau technique impressionnant. Il est à signaler que la plupart de ces musiciens ont déjà une bonne expérience. Le travail rendu ensemble est particulièrement bon et il ne serait pas surprenant de les voir prendre de l'ampleur assez rapidement.

Les français de UNEVEN STRUCTURE viennent de sortir leur second album en octobre 2015. Ce groupe accompagne TEXTURES sur la partie française de la tournée. Le combo vous plonge dans une ambiance particulière avec ses riffs lourds mais aérés. Même si la batterie peut parfois se faire très énergique, l'ensemble est bien représentatif de cette vague post core. Il y a un peu de DEFTONES derrière tout ça. On ne s'attendait d'ailleurs pas il y a une vingtaine d'année à ce que DEFTONES génère un mouvement tel que celui-ci. Ce ne sont pas les seuls à être à la base de ce mouvement certes mais ils ont indéniablement permis son ouverture. Malgré un show très travaillé et des lights saisissants même si pour les photographes le boulot se complique énormément avec cette pénombre constante, UNEVEN STRUCTURE souffre d'un son un peu trop approximatif. La batterie et le chant prennent le dessus sur le reste et les guitares viennent se perdre dans le mix. Dommage car la prestation scénique, tout comme la musique, sont de qualité. A revoir peut-être dans des conditions un peu plus favorables.

TEXTURES est un groupe à part et pour le moins difficile à classer. Il y a un peu de tout là dedans, du hardcore, du post core, du metal et tout un tas de riffs variés le tout servi avec une très bonne énergie. Le groupe défend actuellement son petit dernier paru en 2016 « Phenotype » sur cette tournée « Oceans Collide Tour ». La prestation réveille tout le monde cette fois. Il est vrai que le groupe était attendu. Sa bonne humeur communicative et son énergie nous servent un cocktail euphorisant. Le public rentre très vite dans le show et les pogos qui tardaient à démarrer sont enfin là. C'est plutôt bon signe. Il faut dire que le morceau « Oceans Collide » a de quoi vous réveiller avec ses bons gros riffs bien gras et bien saccadés. On retrouve un peu de GOJIRA là dedans avec une touche hardcore un peu plus folle. TEXTURES est encore relativement attaché à son album « Silhouettes » paru en 2008 puisque le concert s'est ouvert avec « One Eye For a Thousand » et que déjà se fait entendre « Old Days Born a New ». Il faut dire que l'énergie déployée sur ce disque est toute aussi bonne en live. « New Horizons » vient apporter une petite touche d'air avant le lancement des gros riffs. Ce titre sonne un peu plus commercial à cause de son chant clair mais ne manque pas de riffs bien sentis et bien soutenus. Il est certain que que « Swandive » issu de « Polaris », le premier album du groupe paru en 2004, est certainement plus brut. L'esprit de l'époque était un peu plus marqué par une sorte de thrash moderne mélangé à du hardcore tout en saccades, un contraste saisissant avec un morceau tel que « Reaching Home ». Les titres s'enchaînent doucement avec cette fin de set un peu plus easy listening avec « Awake », l'instrumentale « Zman » et enfin « Timeless ». Il est déjà l'heure du rappel avec pas moins de quatre titres, « Drive », « Regenesis », « Singularity » et enfin « Laments of an Icarus » et sa rythmique complètement barrée.

Soirée réussie encore une fois de plus pour SOUNDS LIKE HELL. Malgré des préventes toute relatives, le CCO s'est trouvé plutôt bien rempli. Il faut dire que ce style est encore en pleine monté de popularité et appartient à un public fidèle mais quelque peu restreint. Il faut admettre que certains éléments musicaux sont tellement poussés qu'il n'est pas encore accessible à tout le monde. Mais bon, encore une fois, c'est en concert que la musique prend tout son sens comme nous l'a prouvé encore une fois cette soirée.