CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


METAL OBS TOUR
Avec : Dagoba, bukowski, A.C.O.D
Date du concert : 24-03-2016
Lieu : CCO-Villeurbanne - LYON [ 69 ]
Affluence : 300
Contact organisateur : https://www.facebook.com/slhproductions
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 26 mars 2016 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


En allant au CCO de Lyon-Villeurbanne ce Jeudi soir 24 Mars, nous étions quasiment assurés de retrouver une ambiance métal/rock comme nous les aimons. En effet Sounds Like hell Productions nous offrait un plateau de choix qui disait tout à l’avance avec DAGOBA, BUKOWSKI et A.C.O.D, affiche 100% frenchie dans le cadre du Métal Obs tour actuel.
A l’évidence le public était à l’heure pour une fois (concert en semaine pourtant) et du coup, le premier combo de la soirée allait donc pouvoir exprimer sa splendeur métallique sous de bons auspices.

De ce fait, dès 20heures les Marseillais (eh oui !) d’A.C.O.D ont ouvert le feu avec leur death soi-disant mélodique mais en fait énergique, enragé, puisant sa substance dans plusieurs courants du métal extrême notamment.
Depuis une dizaine d’années, ces sudistes ont tourné jusqu’à plus soif en prenant tout de même le temps d’enregistrer trois albums au passage. Et cela se sent, cela se ressent sur scène. Le son est bon, le son est gros, les compositions variées, avec des musiciens qui ne sont pas des « manches » emmenés par un frontman « qui en veut » et qui nous le fait savoir. Il nous dit notamment que A.C.O.D a pour mission ce soir de « chauffer » la salle, alors il s’exécute et le résultat est là avec un public déjà en mouvement qui installe l’ambiance chaude de la soirée, mission accomplie en 30 petites minutes. Perso, j’en aurais bien repris une louche, mais bon il faut laisser la place au groupe suivant, timing oblige !

Le groupe suivant se nomme BUKOWSKI, combo parisien que l’on ne présente plus puisque déjà présent par exemple au Sonisphère en 2011 où je l’avais vu à l’œuvre pour la première fois. Et puis récemment, nous avons eu le plaisir d’apprécier en live leur gros power-rock en ouverture de Mass Hysteria à Lyon au Ninkasi Kao.
Leur power-rock mâtiné de stoner enfumé a déjà conquis un large public même en dehors de l’hexagone notamment en Europe et en Amérique du sud. Alors Bukowski n’est pas né de la dernière pluie du rock burné et va nous le prouver encore une fois ce soir devant un public conquis d’avance.
Bukowski a su se démarquer de la vague stoner en naviguant sur les eaux troubles d’un rock chaotique mais aussi dans des profondeurs heavy mélodique voire « grungy » à la Alice In Chains. Mais ne vous y trompez pas, le groupe sait faire parler la poudre même au ralentit en s’appuyant sur un duo basse/batterie énorme. Le son leur est favorable aussi ce soir et chaque instrument se distingue bien dans le panel sonore avec cependant un léger + pour la basse qui râcle le plancher de la scène du CCO, même si le bassiste en question semble avoir un peu « mouillé la meule… ».
Avec dix ans au compteur, 4 albums sous leurs bras, les parisiens ne lâchent rien et font honneur au rock/metal frenchie. La preuve encore une fois dans cette chaude soiréen à Lyon où plus de 300 personnes enjouées ont retourné la salle de concert, alors bravo les « parigots » !
Set-list en photo.

Mais le plus gros reste à venir avec les marseillais (encore !) de DAGOBA que l’on ne présente plus non plus de par leur générosité et leur gentillesse, je tenais à le préciser.
Après la sortie d’un 6ème albums en juin 2015 intitulé « Tales of the Black Down » nous ne pouvons que constater que les marseillais tiennent toujours la route (666 ?) surtout en live at qu’ils nous offrent toujours du bon métal puissant, agressif dérapant bien sûr dans des contrées métalcore afin de nous offrir la possibilité de nous éclater à l’aide de mosh-parts notamment. Alors ce soir c’est la même, comme je le dis souvent, la même énergie déployée, la même technicité musicale auxquelles il faut ajouter une présence et un charisme indiscutable.
Bien entendu les détracteurs de la formation pourront toujours avancer la phrase usée disant « Dagoba, c’est toujours la même chose ». Mais enfin, vous tous amateurs de riffs destructeurs, de gros son, d’envolées métalliques et d’agressivité métal éprouvées vous serez d’accord avec moi en disant qu’avec Dagoba nous sommes certains de passer une soirée métallique en diable avec défoulements se déclinant en « wall of death », « circle pits » et autres éffusions physiques sur la base de sueur et de boissons houblonnées, point barre !
Résultat de cette énorme prestation, un public nageant dans un sauna incroyable pour une ambiance de « ouf », voilà tout est dit. Et tout glisse vers la fin, que l’on ne désire pas, avec rappels et photos souvenir du, et des groupes de la soirée sur scène avec le public en nage en arrière- plan, amen !
Set-list en photo.

Un seul mot pour terminer cette chronique d’une soirée réussie, « merci » ! Merci aux trois groupes qui nous ont collé contre les murs du CCO grâce à des prestations sans faille, merci encore à Sounds Like Hell productions pour l’organisation des festivités, et merci au public motivé qui a tout renversé ce soir.