CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


HAPPY FUZZDAY
Avec : Los disidentes del sucio motel, chron goblin, battle gun paper
Date du concert : 11-06-2016
Lieu : Warmaudio - Décines [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : https://www.facebook.com/L%C5%93il-de-N%C3%A9ron-794421477273656/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 13 juin 2016 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Happy Fuzzday to l’œil de Neron, c’était Samedi soir au Warmaudio de Lyon-Décines. Pour fêter ce premier anniversaire de l’asso, l’œil de Neron nous avaient conviés à une soirée Stoner, rock n’roll en diable avec à l’affiche LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL, CHRON GOBLIN et BATTLE GUN PAPER, deux groupes frenchies et un canadien, chargés de contenter tous les amateurs de rock plombé et enfumé !

Dès 20heures, le trio Montpelliérain BATTLE GUN PAPER donne le « la » de la soirée avec son fuzz-rock, stoner si vous voulez, s’apparentant à du Karma To Burn, le chant en plus, mais pas que…
Ces rockers aux influences des 90’s n’inventent rien mais envoient du lourd, du pachydermique entrecoupé d’envolées bien rock n’roll. D’ailleurs, guitare, basse, batterie sont-ils pas le fondement du rock tel que nous l’aimons ? La guitare « miaule », la basse racle par terre, le chant est partagés et la batterie soutient l’édifice avec une certaine inventivité, que demander de plus ? Si, de l’énergie et cette énergie nous la retrouvons dans la prestation de ces sudistes.
Ce soir, alors le set fut court mais intense comme l’on dit dans ces cas là. Bonne chance pour la suite, Battle Gun Paper, vous le méritez !

Ce sont les Canadiens de CHRON GOBLIN qui prennent la suite ce soir sur la scène du « warm ». Ce sera une seconde découverte en ce qui me concerne avec ceux de Calgary, j’en avais entendu parler, mais sans plus. Alors ce soir je vais déguster leur rock n’roll mâtiné d’un zeste de boogie et d’une pincée d’heavy-rock.
Ce quatuor sort un peu du cadre stoner qui lui est habituellement attribué pour nous offrir depuis 7 ans et 3 albums, dont « Backwater » le petit dernier, un rock groovy influencé par la scène de Seattle des 70’s dans son stoner de base estampillé désert-rock, voire heavy-rock, inventif de par des « riffings » aventureux et osés.
Résultat, un stoner pas comme les autres sortant des sentiers battus, alors on apprécie, ou pas, pour moi ce sera OK, belle découverte d’un groupe qui devrait faire parler de lui un peu plus à chaque tournée, excellent !

Retour sur un stoner « frenchie » avec les fameux LOS DISSIDENTES DEL SUCIO MOTEL. Nom de groupe imagé qui nous conduit dans un rock cinématographique filmé par exemple à la frontière Americano/mexicaine par des gars venus de Strasbourg.
Sur scène cinq musiciens, chant double et doublé, claviers/samples, deux guitares, basse et batterie pour nous emmener dans leur délire « ciné » heavy-rock, stoner et grungy sur les bords. Le « plus » pour ces Strasbourgeois c’est un certain chant travaillé, des idées de « toile » et une base rock bien « couillue » par endroits ne négligeant pas des mélodies innatendues. Curieux mélange de Queens Of the Stone Age et de rock « dirty » à la Motôrhead, ceux de LDDSM ne lâchent rien en introduisant même dans leurs ébats un peu de punk/garage.
Bref ce soir, ils n’ont pas déçu et leur réputation ne fut pas entachée de quelques dérapages, on croirait qu’ils on fait ça toute leur vie (pourquoi pas !).
Pour nous, des titres de leur dernier opus « Human Collapse » à paraitre en septembre prochain, et d’autres… Seul petit regret pour moi, lorsqu’ils ont interprété leur dernier titre en fin de set, le fameux « Z », il manquait sur scène la présence du sheriff. A part ça leur prestation fut hautement appréciée à n’en pas douter, bravo !

Fin du concert avec sur scène l’équipe de l’œil de Néron et son gâteau d’anniversaire muni d’une bougie à souffler. Merci à eux pour ce moment sympathique et bien rock n’roll, on recommence quand ?