CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


STRAY FROM THE PATH
Avec : Stray from the path, the devil wears prada, gideon, loathe
Date du concert : 09-12-2019
Lieu : Ninkasi kao - Lyon [ 69 ]
Affluence : 250
Contact organisateur :
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 2019-12-11 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Nouvelle tournée Européenne pour STRAY FROM THE PATH et bien entendu ce lundi soir 9 Décembrer au Ninkasi kao, c’est l’étape de Lyon qui est d’actualité, date organisée par nos amies de Sound Like Hell productions évidemment.
Après un accueil timide réservé aux groupes de première partie, THE DEVIL WEARS PRADA, GIDEON et LOATHE, le public se déchainera pour la tête d’affiche très attendue il me semble.

Messieurs les Anglais, tirez les premiers, alors ce sont ceux de Liverpool, LOATHE qui ouvrent le feu ce soir à 19 heures 15. Ces britishes nous envoient des tirs à boulets rougis dès le départ du set, surprise, quelle énergie spontanée ! Le frontman, Kadeem France, nom prédestiné pour chez nous ce soir, est intenable en live et très démonstratif dans le domaine du metalcore.
Alors, Loathe est-il un ovni dans le « core » ? Peut-être, en tous cas un second album intitulé « Ilet it in and it took everything » dont la sortie est prévue en Février 2020 est à défendre en live mais pas que. Le groupe semble vouloir devenir novateur et avance influencé au départ par les Deftones et Slipknot. Pour l’instant leur prestation fut explosive ce soir à Lyon, une réelle surprise en ce qui me concerne.

GIDEON, en provenance d’Alabama aux « states », prend la suite avec disons-le franchement un metal/hardcore assez classique et convenu.
Actif depuis plus de 10 ans cette formation a déjà fait ses preuves avec l’enregistrement de 5 albums dont le petit dernier se nomme « out of control » (2019), tous bien accueillis par la critique. Leur hardcore est rapide avec des refrains accrocheurs sur un rythme soutenu cela va de soi. Mais les titres se révèlent un peu trop répétitifs, leur agression métalcore étant tout de même appréciable en live, bonne prestation donc mais sans plus dira-t-on !

Ah, voici maintenant THE DEVIL WEARS PRADA, groupe de hardcore/metal se situant dans la mouvance « cristian core ». Cela fait longtemps que j’en entend parler et donc ce soir je vais enfin voir et écouter tout ça en live, une première donc.
Cette formation Américaine affiche déjà 14 années d’activités avec 7 albums parus entre 2006 et 2019, « the act » étant le nouvel opus paru en 2019. Les titres « rentre-dedans » sont tempérés par l’utilisation de claviers pour une ambiance emo/screamo metal particulière.
Le groupe veut expérimenter, cela se ressent, les nouveaux titres semblant décousus mais en live, c’est peut-être un plus. En tous cas ce soir, leur set fut très remarqué à défaut d’être remarquable nous laissant un arrière-goût bizarre venu d’ailleurs dans la sphère metalcore actuelle.

Dire que les new-Yorkais de STRAY FROM THE PATH étaient très attendus après la sortie de leur nouvel album « internal atomics » relève d’un doux euphémisme. Et dès le premier titre le Ninkasi s’agite vraiment, enfin !
Andrew, frontman charismatique s’il en est, mène la danse hardcore soutenu par un guitariste incroyable et une rythmique imparable et inventive. Il est vrai que depuis bientôt 20 ans leur punk/hardcore dénonciateur fait mouche et ce ne sont pas les déflagrations textuelles et musicales qui diront le contraire. Cela plait comme le faisait en son temps Rage Against the Machine, parallèle facile mais pourquoi pas !
Alors ce soir SFTP, à l’aide de rythmiques souvent lourdes et riffs vicieux enfonce encore une fois le clou dans votre tête, et dans vos bras et jambes vu l’agitation en fosse avec stage-diving non-stop. Bien entendu tout le monde peut monter sur scène est c’est très bien. STFP mérite donc notre respect pour son engagement et ce soir le Ninkasi kao a tremblé sur ses fondations cqfd !

Mot de la fin : un grand merci à Sounds Like Hell productions organisateur émérite et au Ninkasi pour l’accueil, on recommence quand ?