CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


BABYMETAL


Avec : Babymetal, Skynd

 Pavillon 666 - metal rock webzine
Date du concert : 09-02-2020
Lieu : L'Elysée Montmartre - Paris [ 75 ]
Affluence : 1380
Contact organisateur : https://verygroup.fr/veryshow/?fbclid=iwar36ilwhru0yb8cmqdectn7uzxlz_qj0osmjuwoezhgva3zfhxvm_ml6jcg
Interview :
    Date de la chronique : 2020-02-16
Chroniqueur : inglewood- Photographe : inglewood photographiehttps://www.facebook.com/inglewoodphotographie/


C’est en 2014 que Babymetal a débarqué en France avec un concert événement à la Cigale de Paris qui accompagnait la sortie de leur premier album éponyme. Le retentissement fut immédiat dans le monde entier avec son lot de passionnées et de haters. Adoubé par de grands noms de la scène metal comme Metallica, Judas Priest ou encore Slayer, les trois gamines et leur Kami Band ont écumé les plus grandes scènes du monde ainsi que les festivals majeurs avec un succès indéniable.

Six ans et deux albums plus tard, Babymetal était de retour en France ce dimanche 9 février à l’Elysée Montmartre de Paris, complet depuis bien longtemps pour la circonstance.



19h30, c’est parti pour la première partie, le groupe SKYND. Nous avons affaire à un trio composé d’un bassiste claviériste, d’un batteur, tous deux masqués et d’une chanteuse.

Beaucoup de mystères autour de ce groupe, qui sont-ils, d’où viennent-ils, c’est pratiquement introuvable et c’est fait bien exprès afin de préserver le concept. Quel est-il ce concept ?

Une musique electro, très dark et plutôt lente sur des textes traitant de crimes des plus célèbres serial killers, le tout chanté par une fille maquillée en poupée malsaine et pas mal inquiétante. La mise en scène est minimale, personne ne bouge beaucoup, juste la chanteuse qui se dandine de manière flippante entourée de grosses rampes de spots.

Au bout de trois titres, j’avais compris le truc et j’ai bien commencé à m’ennuyer. Trop lent et sans mise en scène (des projections auraient aidé ?), de plus la voix trafiquée m’a usé le truc est rigolo une ou deux fois, mais à chaque titre…bof.

Je ne pense pas être la cible de ce genre de choses et je trouve que ça ne collait pas avec le thème de la soirée, une erreur de casting sur cette première partie.



20h30, c’est partie pour une (petite) heure d’un spectacle millimétré. Je parlerai bien de spectacle et non de concert car chaque chanson dispose de sa propre chorégraphie qu’exécutent avec force grâce et détermination, Su-Metal, Moametal et Riho Sayashi (membre non-officiel) et bénéficie de ses propres projections et éclairages ad hoc.

Babymetal, c’est du fun, ne l’oublions jamais, on touche à plusieurs cultures et plusieurs univers. La dénomination kawaii metal (metal mignon) des origines à un peu évolué vers quelque chose de plus adulte et plus profond, que ce soit dans les textes ou les attitudes. Nous avons maintenant affaire à un groupe adulte et mature mais qui reste kawaii, bien sûr.

Sur scène, c’est super-efficace les filles sont très dynamiques et le groupe derrière elles, le kami band (entièrement renouvelé pour cette tournée), défouraille comme il faut avec une grande maîtrise. La salle est à fond et chante toutes les paroles même si elles sont en japonais. C’est une véritable communion dans la fosse, on retrouve une ambiance festive au milieu des maquillages japonisants et de quelques cosplay, une ambiance très agréable qui vous entraîne irrémédiablement.

La majeure partie des douze titres joués viennent du dernier album « Metal Galaxy » (pas le meilleur à mon goût) dont le « fameux » « Oh! MAJINAI » en duo avec le chanteur de Sabaton, Joakim Brodén qui m’a causé un excellent fou rire. En effet le grand écran projetait l’image d’une multitude de Joakim Brodén dansant la gigue ! Un poil ridicule à mon goût ...

Pour le reste c’est époustouflant de maîtrise et de patates, des titres comme « Distortion » ou « Megitsune » rendent très bien et même l’inattendu « PA PA YA!! » fonctionne pas mal, malgré la partie rap assez désagréable à mon sens.

Petit regret pour ma part, le groupe n’a pas joué « Arkadia », le dernier titre du nouvel album, qui est, je trouve le meilleur de celui-ci avec sa progression épique et sa grande vélocité musicale.

Un excellent concert assez court tout de même et bien éloigné des mises en scène pratiquées au Japon ou le show est extraordinairement plus spectaculaire. Babymetal a fait le job, c’est évident, on a hâte de les revoir au Hellfest cet été, j’espère que le meilleur accueil leur sera réservé.

Merci à Anne-Lyse de Verygroup.