CHRONIQUES DE CONCERTS

     
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


RAMMSTEIN
Avec : Rammstein, Duo Abélard
Date du concert : 08-07-2022
Lieu : Groupama Stadium - Décines [ 69 ]
Affluence : 50000
Contact organisateur : https://www.facebook.com/coridaparis
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 2022-07-09 - Chroniqueur : Chart - Photographe : Chart https://www.facebook.com/chartlivephotography


Quand on aime, on sait patienter. L'attente est toujours compliquée pour certains mais de mon côté j'ai appris à savourer le temps qui passe. Il en aura fallu de la patience et de la sagesse pour arriver finalement à ces dates des 8 et 9 Juillet 2022 lorsque l'on a acheté ses billets en 2019. RAMMSTEIN aura néanmoins eu la gentillesse et la bienveillance de ne pas annuler sa venue d'une part et d'autre part de nous proposer un nouvel album, et pas des moindres ! Je tiens d'ailleurs à préciser que cette chronique n'est pas accompagnée de photos officielles comme à notre habitude sur ce site n'ayant pas été officiellement accrédité. Mais comment résister à l'envie de vous parler de ce concert et de vous proposer quelques clichés pris au portable même si celui-ci est presque has been. On parlera de plaisir d'offrir et de partager un moment historique, rien de plus, rien de moins.

C'est devant un parterre de 50 000 personnes et dans un stade bien rempli que débute à 20h les festivités. On retrouve pour cette ouverture le DUO ABELARD. Ceux qui suivent RAMMSTEIN depuis quelques années et les ont peut-être vus à Nîmes en 2017 ou même durant la première partie de cette tournée en 2019, connaissent le principe. Il s'agit d'un duo de pianistes qui se fait un malin plaisir à reprendre les standards du groupe. Nos deux françaises officient durant 45 minutes. Pour ma part, je trouve l'exercice intéressant mais ai toujours un peu de mal à rentrer dans la prestation. Un groupe qui fait des reprises de la tête d'affiche aussi bien soit il me donne encore plus envie d'accélérer le temps et de voir cette fameuse tête d'affiche. Je n'avais pas vraiment apprécié le moment à Nîmes, j'ai eu un peu de mal cette fois-ci. Pardonnez moi mesdames car votre talent est bien là !

RAMMSTEIN... Cela donne quoi maintenant ? 25 années après la révélation « Sensucht » et d'années en années toujours plus de superlatifs pour qualifier ce groupe de toutes les exceptions. Le temps passe et ce n'est pas moi qui le dit, c'est le thème principal du dernier album en date, « Zeit ». Et bien RAMMSTEIN est passé en 24 ans du Transbordeur en 1998 au plus grand stade de la région avec deux escales à La Halle Tony Garnier en 2009 et 2013. Rien ne semble arrêter cette énorme machine allemande. On a toujours su que la fabrication germanique était de qualité et on va en avoir une belle démonstration pour ces deux dates. Tout a évolué pour devenir démesuré sur ce show. La scène est devenu immense avec cette tour centrale et ces deux cercles de lumières de chaque côté. Ceux qui ont l’œil auront peut-être remarqué cette forme de pénis géant suivant les éclairage. Mais RAMMSTEIN peut se le permettre. D'ailleurs ce groupe peut tout se permettre même d'avoir un son plus ou moins précis. Cela semble toutefois dépendre de l'endroit dans lequel on se trouve dans le stade donc on ne s'attardera pas sur cet aspect. On relèvera par contre une set-list incroyable assez orientée sur l'actualité du groupe avec pas moins de 4 morceaux de « Zeit » et 5 issus de « Rammstein » Sur 21 titres, cela donne le ton. On ouvre d'ailleurs ce concert avec deux gros titres, « Armee De Tristen » et « Zick Zack » avant de plonger 21 ans en arrière avec « Links 2-3-4 » suivi de « Sensucht ». On rentre dans le dur du spectacle avec « Mein Herz Brennt » et « Puppe ». A mon sens, la première partie du concert met les choses en place jusqu'à l'arrivée de « Zeit ». RAMMSTEIN transforme pendant un temps le stade en gigantesque dance floor avec le remix de « Deutschland » avant de lancer pour de vrai le morceau. Le moment de chauffe est terminé et c'est l'heure de passer aux choses vraiment sérieuses et d'en prendre plein la vue avec « Radio », « Mein Teil », « Du Hast » et enfin « Sonne ». En 5 morceaux le groupe met la barre si haute qu'une petite pause s'impose. Je ne vous donne volontairement pas les tous les détails du show car soit tout en vidéo sur internet, soit vous l'avez vécu, soit vous risquez de voir le groupe en concert et donc je vous évite du spoil. Sachez en tout cas que le groupe fait un retour sur scène pour une nouvelle série de titres avec notamment un « Engel » joué sur la petite scène sur laquelle le DUO ABELARD avait ouvert le concert de retour. C'est piano et public a capella pour une version d'anthologie puis un retour sur scène en bateau gonflable. Une tradition que le groupe perpétue une nouvelle fois mais en plus grand. C'est d'ailleurs le thème de cette tournée, on fait tout comme avant mais en plus grand, en plus fou ! On est passé d'un groupe qui jouait avec un lance flamme sur scène à quatre tours géantes placées dans le public avec des flammes de plusieurs mètres de haut. Et puis que dire du titre « Rammstein » ou de « Ich Will » qui amorcent l'apogée de ce concert avant une conclusion sur « Adieu » ? Dantesque, tout simplement !

J'espère très sincèrement que ce titre de conclusion n'est pas annonciateur d'un adieu définitif. Ok les gars de RAMMSTEIN prennent de l'age, comme nous tous mais ont encore des choses à dire. KISS, MOTLEY CRUE ou encore SCORPIONS sont les preuves vivantes que la retraite chez les rockers est une chose difficile à prendre. RAMMSTEIN mérite un statut de « parmi les meilleurs groupes du monde » même si ce soir la voix de Till était un peu fatiguée. Mais ce n'est pas ce que nous retiendront. On se souviendra d'avoir été littéralement éblouis par un concert d'une envergure démesurée et de morceaux d'anthologie.






 
 


Aller en haut