CHRONIQUES DE CONCERTS

     
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


TRAMFEST 2022
Avec : TEN 56, UPON US ALL, HURAKAN, SURVIVAL ZERO, NOSTRONAUT
Date du concert : 03-09-2022
Lieu : La Chapelle Argence - Troyes [ 10 ]
Affluence :
Contact organisateur : https://www.facebook.com/tram.association
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 2022-09-11 - Chroniqueur : inglewood - Photographe : inglewood photographie https://www.facebook.com/inglewoodphotographie


Le défi était de taille, en effet, l’association troyenne TRAM (Troyes-Rock-And-Metal) avait décidé d’organiser son festival annuel, le quatrième, dans LA salle dévolue aux concerts et festival du centre-ville troyens abandonnant ainsi leur repaire habituel un peu à l’extérieur de la ville pour une version indoor.

L’équipe avait à cœur d’atteindre les standards d’un festival digne de ce nom et il faut bien avouer que l’orga fut au top. Espace restauration avec tables et bancs, stands de merch pour les groupes bien mis en valeur et deux bars dont un en extérieur avec du houblon de qualité. Le tout mené par une équipe de bénévoles (de potes également) super efficaces, organisés et souriants, encadrés par notre asticot local.

Coté logistique, c’est un 10 !

Pas de blablas, je connais la salle par cœur et dans ses moindres recoins. Pas surpris, donc en voyant la qualité de l’installation coté lights et son. Tout est réuni pour que nous passions une bonne soirée avec TEN 56 (Nu Deathcore – Paris), UPON US ALL (Metal – Toulouse), HURAKAN (Deathcore – Paris) SURVIVAL ZERO (Groove Metal – Troyes) et NOSTRONAUT (Stoner – Troyes), un plateau assez varié.

Un coucou au copain Ben de bgpmusiclive.com qui avait quitté sa région parisienne pour ma campagne et on y va !

NOSTRONAUT ouvre la soirée dans un registre stoner très propre et bien dans les standards. Le chanteur bardé de son Hagström (magnifique) et le bassiste de sa Rickenbacker 4003 (Lemmy forever) m’ont fait grande impression, sans dénigrer leurs deux acolytes bien sûr.
Le chanteur, capitaine de vaisseau a su nous embarquer avec lui de manière assez naturelle et j’ai bien apprécié ce qui m’était proposé. C’est solide.

Survival Zero c’est un peu la « dream team » locale, tous les membres ont été ensemble ou non dans diverses formations troyennes par le passé. Le groupe est sortit du bois au début de la crise covid et à du ronger son frein pendant de longs mois malgré la sortie d’un excellent album « The ascension ». Depuis, les gars se sont rodés sur les routes (notamment au Hellfest) et je dois dire que c’est la performance la plus propre que j’ai pu voir d’eux.
Une mise en place remarquable, rien ne bouge rythmiquement, Pierre est impérial au chant, haranguant un public prêt à en découdre sur les riffs gras et massifs de Survival Zero. Ce groupe sait ce qu’il fait et maîtrise beaucoup des aspects d’un live réussi, gardez ce nom dans vos radars.


La soirée ne faiblit pas avec la montée sur scène de UPON US ALL. Un registre Djent et des compos aérées, mais aux tonalités pesantes. Le chant alterne growls et clairs avec brio, et même si l’agressivité est bien présente, on ressent une réelle volonté mélodique qui a su séduire une audience très réceptive.


Avec HURAKAN, on passe clairement du côté d’un Deathcore moderne et dans l’ère du temps. Que c’est bien fait les amis ! Des riffs massifs, du breakdowns cassage de nuque, de magnifiques samples et un chant hyper cohérent. Un groupe de tueurs qui a moissonné la Chapelle Argence.


On passe aux stars de la soirée, Ten56. Décrit par certains comme « la sensation metal 2022 », le groupe composé de grands noms du metal français se veut dans la lignée du grand SLIPKNOT, créatif comme un certain KORN, et d’une puissance GOJIRESQUE, qu’en est-il ?

J’ai vu Ten56 au Motocultor , et je dois bien l’avouer, j’ai été séduit, il aurait pu en être de même ici, si on avait vu quelque chose… Ten56 (comme pas mal de groupes actuels) mise sur un light show de type « malvoyant », c’est-à-dire dans le noir 90 % du temps et le reste avec deux phares de bagnoles s’illuminant au rythme du kick.
Mis à part ça, il faut bien l’avouer, c’est mortel ! Le groupe enchaîne avec grande violence low kick et uppercuts sans nous laisser reprendre notre souffle.

La fosse s’est liquéfiée devant tous les assauts de Ten56. Un set pro, maîtrisé et efficace, mais trop court, le groupe n’ayant sorti qu’un EP. À suivre, évidemment, bravo, mais pitié, mettez de la lumière, vous n’êtes pas si moches.


Pour conclure, je dirais que ce premier Tramfest indoor est aux yeux de tous une franche réussite. Le public a répondu présent avec pas mal de gamins bien vénères (ça fait plaisir.), beaucoup de sourires et un grand plaisir de se retrouver enfin pour se faire plaisir.

Merci à TRAM et Maurine pour l’accred.






 
 


Aller en haut