CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


I SCREAM 7 SHOWERS – DECINES
Avec : I SCREAM SEVEN SHOWERS, SISTA SEKUNDEN, S.M.N., SWINE PUNCH
Date du concert : 08-09-2010
Lieu : Warmaudio - [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur :
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 11 septembre 2010 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Le Warmaudio de Décines (près de Lyon) accueille bien souvent des concerts punk et hardcore, et ce soir il ne va pas déroger à la règle. Thousand Ghosts Highway nous propose une affiche particulière pour keupons et coreux de tous poils avec un combo Suèdois, deux formations Japonaises svp, et en ouverture un quatuor local ne faisant pas tâche dans le menu. La petite salle sera bien remplie au final même si nous sommes un Mercredi-soir.


 


Pour lancer la soirée et nous déboucher de bonne façon les « cages à miel », rien de mieux que le punk-hardcore de SWINE PUNCH qui va nous secouer les tripes pendant 20 petites minutes jouissives en diable. Car SWINE PUNCH ne fait pas dans la dentelle en jouant l’énergie et l’efficacité. Diego en frontman charismatique en fait des tonnes sur les planches et ses acolytes envoient du lourd bien précis, bien accrocheur dans le style, bref on aime. Le public continue d’entrer dans les lieux pour une soirée qui s’annonce chaude dans un lieu bien nommé au demeurant. Exit SWINE PUNCH en nage pour nous présenter la suite qui est attendue avec une certaine curiosité.








 


La suite, ce sera avec les fils du soleil levant, premier combo nippon de ce soir qui opère en trio. Son nom, S.M.N. ne vous dira peut-être rien, mais son punk-rock aux relents des RAMONES sous amphétamines, peut-être bien que oui. Guitare, basse, batterie, deux voix mixées pour le pire ou le meilleur, les accords sont simples mais la présence scénique est très physique,  on s’envoie en l’air, mais aussi dans le public visité régulièrement par les musicos de Fukuoka. La température commence à monter dans l’assistance avec cette démonstration de punk certes classique, mais « excellente », mot employé entre chaque titre par nos amis Japonais qui semblent contents de cet accueil en France où ils jouent pour la première fois visiblement.







 


En troisième groupe, on nous propose SISTA SEKUNDEN venu de la lointaine Suède et qui va enflammer la fosse avec son punk/hardcore sous la forme d’un ouragan sonore. Le frontman est complètement déchainé sur scène, il est aussi complètement « drunk » comme il nous l’annonce d’emblée, mais le set de ceux de Malmö va se révéler d’une violence groovy redoutable. On prend tout ça en pleine figure comme une locomotive lancée à pleine vitesse. Sur scène et devant, ça gesticule dans tous les sens, ça brasse, ça sue. DMP, le hurleur de service avec son look déjanté nous donne le tournis, quelle claque ! Malgré une bonne discographie à son actif, le combo est surtout taillé pour le live où ses compositions prennent toutes leur ampleur. D’ailleurs il est perpétuellement en tournée, que ce soit en Europe, au Japon bien sur, mais aussi aux USA. Après cette tornade qui nous a secoué le « core », il va être difficile au combo suivant de faire plus en intensité.









 


Défi relevé par ceux de Kobé (Japon) qui ne sont pas venus là pour rigoler (si, un peu quand même car ils aiment bien la France, les bières sucrées et la bonne cuisine de chez nous, dixit le groupe backstage). I SCREAM 7 SHOWERS avec le look adéquat du Japonais coloré, tignasses rouge, jaune, jaune & noire pourquoi pas, va nous donner une bonne leçon de hardcore ravagé et ravageur.  Dès les premiers envois nous sommes collés aux murs et au plafond du Warmaudio qui transpire de toute ses pores. Le sol est trempé par l’eau et la bière, les giclées nous arrivant directes parfois dans les cheveux et sur les appareils photos, bonjour l’ambiance. La mixture servie par les Nippons est un mélange explosif de punk, hardcore et thrash, je ne vous fait pas un dessin. D’ailleurs si vous voulez un souvenir audio, vous pouvez écouter leur dernier et second méfait « Take Back Our Future » dont les titres ont été largement repris ce soir, sortez donc de vos poches 2100 yens…Bref, pendant un bon moment nous avons reçu une avalanche de décibels (avec du bon son il faut le préciser), grâce aux guitares saturées, rythmique en béton armé et frontman arrachant la scène littéralement. Groupe vraiment énorme à revoir absolument en live.









 


Il fallait donc être présent au Warmaudio pour cette soirée un peu exceptionnelle, personne ne semble avoir été déçu, au contraire. Merci encore à l’organisateur Thousand Ghosts Highway pour ce plateau de choix qui a en quelque sorte remis les « pendules à l’heure » pour cette rentrée underground 2010.



no images were found