CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


RAMPAGE METAL FEST - LYON
Avec : DARKANE, HACRIDE, DESTINITY, FRONTAL, VIOLENCE FROM WITHIN, DEADLYSINS
Date du concert : 11-09-2010
Lieu : CCO-Villeurbanne - [ 69 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.myspace.com/rockimpactagency
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 12 septembre 2010 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


En ce début de Septembre 2010, c’est de nouveau le CCO de Villeurbanne qui va accueillir une soirée dénommée Rampage Metal Fest, organisée par la dynamique Rock Impact Agency. Au menu de ce Samedi 11 Septembre, pas moins de six formations, des petites en devenir, mais aussi des combos déjà confirmés sur la scène Européenne. Ils sont prêts à défendre chèrement leur métal devant un public qui se fait timide de par sa présence au départ, mais qui va se révéler plus important et remuant au fil des prestations.


 


Evidemment, à 17 heures 30 lorsque les thrashers fous Lyonnais DEADLYSINS montent sur le ring (pardon sur la scène), ce n’est pas encore la foule, il est tôt et le soleil brille au dehors, vous m’avez compris. Qu’à cela ne tienne Matt et ses sbires ne sont pas venus là pour rigoler mais pour nous cracher à la figure leur thrash old-school efficace et puissant. Devant nous donc nous avons un frontman déchaîné, deux guitaristes qui tranchent dans le vif du sujet, une basse énorme ce soir et un batteur qui va démolir son kit. Ca assure vraiment ce soir, il n’y a pas photo. Le son est bon, les compos aussi avec une petite reprise de Slayer dans le set, ils ont du « punch ». Personne ne s’y trompe, on se régale avec ce thrash vintage qui est toujours aussi délectable lorsqu’il est bien maitrisé comme ce fût le cas pendant cette petite demi-heure jouissive au possible.







 


Changement de style pour la suite avec les locaux de VIOLENCE FROM WITHIN. Ici place à un deathcore évolutif, travaillé et progressif avec instauration d’ambiances recherchées et déchainement soudain de violence death-métal bien envoyée. V.F.W. exporte déjà sa musique dans les pays limitrophes comme l’Italie et bientôt la Belgique. Le combo a prit de l’assurance avec un frontman bien plus présent, des soli de gratte remarquables de précision. Bien sûr les nombreuses ruptures de rythmes ne sont pas favorables à un suivi physique de la part de l’assistance, mais leur musique a gagné en intensité et en technicité avec une certaine cohésion, c’est certain. Au final le quintette a très bien assuré, on apprécie.






 


Place maintenant aux Lyonnais (encore) de FRONTAL qui ont eu l’opportunité de se produire au Wacken Open Air cet été. Avec FRONTAL, comme je le dis souvent, c’est le choc ! Diègo tient la scène comme personne avec sa voix arrachée et venimeuse. La cuisine du groupe faite de death, de thrash, de « core », et d’aventures prog est bien réussie, la sauce prend immédiatement. Conséquence, ça bouge dans la fosse enfin, comment résister aux coups de boutoirs d’un duo basse-batterie char d’assaut énorme et précis, aux guitares meurtrières et décapantes aux dérives aventureuses qui nous cisellent le cerveau sans préambule. Ceux qui connaissent la formation se régalent évidemment. Pour les autres la découverte prend des allures de « direct in your face », vous m’avez comprit. La formation est bien partie pour un avenir prometteur, c’est ce qu’il en résulte après cette démonstration de métal explosive.






 


DESTINITY prends maintenant possession de la scène. Après des concerts donnés à travers toute l’Europe dont sa prestation au fameux Summer Breeze en Allemagne, le voilà de retour « à la maison » comme le dit Mick son frontman charismatique. Ce soir de nouveaux titres alternent avec de plus anciens comme le fameux « Evolution-Devolution » extrait de leur excellent album « Synthetic Existence ». Bien sûr le quintette nous propose des compositions du petit dernier opus « XI Reason To See ». DESTINITY au fil des ans a trouvé sa voie et leur set est précis, carré (comme d’hab, dirait le guitariste Zephiros), et puissant dans un registre thrash/death mélodique qui fait secouer les tignasses et se déplacer en « circle-pits ». C’est énergique et décapant de professionnalisme acquit depuis 1996 année de naissance du groupe. Et même si par moments des relents d’AMON AMARTH et HYPOCRISY s’échappent de la casserole où mijotent leurs compositions, on doit reconnaitre que leurs prestations actuelles ne supportent aucune critique négative, excellente démonstration encore ce soir, tout simplement.








 


La scène est maintenant en ébullition pour installer le matériel de HACRIDE. HACRIDE qui fait figure de groupe « à part » dans le métal Français actuellement. Ici tout est question d’ambiances, de dissonances, de contretemps, de polyrythmies, de calme et de tempêtes soudaines où la formation se lâche pour nous écraser les neurones. Groupe  aux allures de métal inclassable puisant ses influences dans du métal extrême, mais se déclinant en « post-core » dérangeant pour nos oreilles habituées à des rythmiques « rentre-dedans » classiques et bien prévisibles. Le public semble partagé quant au fait de savoir si on aime ou pas, si c’est bon ou trop alambiqué, trop « math-core » dirons certains. Ce qui est sûr c’est que ce métal prog est un petit bijou de créativité et d’originalité délivré par des musiciens débordant de technicité. D’ailleurs HACRIDE est l’un des seuls groupes Frenchies à avoir passé les frontières de l’hexagone pour aller dans toute l’Europe délivrer des prestations efficaces et remarquables, c’est un signe vous dis-je. Pour en revenir au show de ce soir, je dois avouer que j’ai aimé surtout la dernière partie du set avec cette progression écrasante de maturité presque groovy. Personne ne me contredira sur ce point, d’accord.







 


Nous arrivons maintenant au terme de ce Rampage Metal fest avec en tête d’affiche les Suédois de DARKANE  pour une date unique en France actuellement. DARKANE n’est pas un nouveau venu dans la scène thrash-death, il faut le reconnaitre, après cinq albums et de nombreux concerts donnés depuis une douzaine d’années déjà. Ce que nous servent les Suédois ce soir est un mélange de thash/death brutal par moments entrecoupé de titres plus mélodiques avec samples occasionnels. Ce qui au début de l’heure qui leur est accordée, emble assez sympathique, se révèle linéaire et un peu ennuyeux au fil du set. Difficile donc pour moi d’accrocher vraiment à leur musique je vous le dit carrément et sans détour. D’ailleurs une bonne partie du public sort progressivement pendant le show, c’est un signe qui ne trompe pas bien souvent et cela semble être le cas ce soir. Alors même si un morceau un peu plus « rock n’ roll » nous est proposé pour remonter un public ne réagissant que peu à leurs compositions, ça ne le fait pas. Déception donc pour la première fois que j’assistai à un concert de DARKANE. Tout ce que je peux dire à leur encontre c’est le terme « pas mal » mais sans plus, dommage de clôturer cette soirée réussie dans l’ensemble par une prestation sans étincelle, sans flamme, sans véritable engouement.


 






 


Belle soirée métal dans son ensemble et nous remercions toute l’équipe de Rock Impact Agency pour sa détermination à vouloir faire vivre la scène métal dans notre région. Et, bien sûr, merci à tous les groupes participants qui se sont donnés à fond pour défendre leur musique, on apprécie.



no images were found