CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


FESTIVAL MAGNIFIK'
Avec : In Trails, Synthetic Waterfall, Furykane, T.A.N.K. , Mysanthrope
Date du concert : 18-09-2010
Lieu : Espace Fernand Leger - [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.asso-alc.org/
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 21 septembre 2010 - Chroniqueur : Hellbangeuse - Photographe : Hellbangeuse


C'est toujours avec une certaine dose d'appréhension que l'on se rend à un concert en grande banlieue parisienne. Il n'est pas rare de partager la salle avec 20 autres spectateurs et de se dire que quand même, les gens pourraient faire un effort de temps en temps pour se bouger les fesses. Mais la date de ce samedi 18 Septembre semblait suffisament importante pour que les Franciliens paresseux prennent leur courage à deux mains et se rendent à Chevreuse, au fin fond des Yvelines. Réaction en fait compréhensible puisque profiter de IN TRAILS, SYNTHETIC WATERFALL, FURYKANE, T.A.N.K. et MISANTHROPE en une seule soirée et dans une salle conviviale, ça ne se refuse pas!


Mais passons plutôt aux choses sérieuses qui commencent d'ailleurs sans tarder avec IN TRAILS qui prend immédiatement possession de la scène avec une certaine aisance. Le groupe ne cache pas son plaisir d'être sur scène et de pouvoir défendre par la même occasion quelques uns des morceaux qui figureront sur leur premier album studio à sortir prochainement. Le public, en majorité connaisseur, apprécie à juste mesure la prestation énergique mais maîtrisée de la formation. Hormis un batteur concentré presque uniquement sur ses futs, chaque membre du groupe y va de son petit grain de sel pour profiter du show. On sent la cohésion d'un groupe qui s'amuse réellement sur scène, se lançant quelques blagues tout en s'occupant avec ardeur de leur instrument. D'un côté plus "musical" la qualité est aussi au rendez-vous. Les parties à consonnances hardcore passent allégrement le cap du live, les compositions mélangeant de nombreuses influences (Death, Thrash, Heavy) restent tout à fait cohérentes bénéficiant, qui plus est, d'un son correctement réglé. Une prestation réussie, vous l'aurez compris.




 


Après cette mise en bouche qui bientôt, on leur souhaite, sera servie en plat principal, vient le tour de SYNTHETIC WATERFALL. Le groupe marque ici son retour sur scène après un changement de line-up en mai dernier. Cet espèce de déviergage scènique pour les deux nouveau membres (Maxime à la guitare et Tom à la batterie) se révèle particulièrement perceptible sur la première partie du set. On sent chaque membre du groupe extrêmement attentif à toute fausse note et il en va de même pour Timo qui se concentre ardemment sur son micro lors des parties de chant clair. Puis, comme la formation se rend compte que cette première fois se passe bien, quelques sourires commencent à dérider des visages très fermés quelques minutes auparavant. La communication avec le public est bon enfant et Synthetic Waterfall nous présente en même temps une face très atmosphérique et mélancolique de son univers. Les influences scandinaves du groupe n'y sont pas pour rien de même que les cheveux blond platine du chanteur trahissent ses origines finlandaises... Décidemment, on n'est pas prêt de voir un groupe franco-françois se lancer avec autant de maîtrise que Synthetic Waterfall dans un metal si atmosphérique et puissant à la fois.




 


FURYKANE est maintenant attendu sur scène. La présence du groupe fait "tâche" selon certains, remarque à laquelle je répondrais que la tâche n'est autre que ces metalleux qui pensent qu'un concert de metal ne peut en aucun cas faire monter sur scène un groupe qui s'habille en blanc et affiche un chant parfois rapé. Un peu d'ouverture d'esprit bon sang. Et puis quoi, vous les grands mâles, vous ne diriez pas non à profiter de la vue d'une chanteuse bien roulée qui se déhanche tout en criant remarquablement bien. Avouez-le, Jen en fait baver plus d'un ici. Surtout que le groupe affiche un jeu scénique savament étudié, plus qu'énergique et qui tient presque lieu de spectacle à lui seul. Il est vrai tout de même que Furykane affiche des influences qui peuvent en détourner plus d'un mais le mélange se montre agréable gràce à une chanteuse qui peut passer d'un chant rapé à hurlé en une seconde de temps. Côté instrumental, là aussi la prestation se montre particulièrement bien rodée et le public sera gratifié d'un mini solo de batterie au milieu du set. Chacun à le droit d'aimer un groupe ou non, mais se montrer intolérant c'est la preuve même d'un esprit assez limité.





 


 Passé ce petit coup de gueule et après avoir pour ma part apprécié un tel set, les gagnant du Metal Battle français du Wacken 2009 s'installent à leur tour. T.A.N.K, suite à son "décollage médiatique" l'année passée a enfin pu enregister et sortir son premier album, "The Burden of Will". Là encore, la prestation s'avère quasi-irréprochable et cela en devient presque frustrant de peiner à trouver quelques critiques objectives à émettre! Communication, énergie, voix, technique, tout est maîtrisé et même le batteur réussi à imposer sa présence avec un bandana et une expressivité rapelant celle de Franky Costanza. Le style amène quelques influences heavy metal à la guitare par-ci par-là mais la voix reste très thrash-death, bien rodée et puissante. Du côté de la fosse, ça bouge bien, voir très bien, personne ne semble fatigué et cela tombe bien : T.A.N.K n'est pas dernier sur la liste. Si vraiment une critique devait être émise à propos de la formation ce serait peut-être un certain côté néo-metal par instants mais voilà, j'ai bien dit plus haut qu'il ne fallait pas se montrer intolérant. Raté pour cette fois-ci.





 


Nous voilà déjà arrivé sur les coups de 23h15 et Misanthrope ne devrait pas tarder. Seulement voilà, l'épopée s'arrête ici pour moi car pour ceux qui ne connaissent pas, le dernier RER B part de St Rémy-lès-Chevreuse à 23h45 et la salle se trouve à une bonne demie-heure de marche de là. C'est donc face à un cas de force majeure qu'il m'a fallu retourner à contre coeur vers mes pénates et rater la seule date de Misanthrope pour cette année 2010.



no images were found