CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


HEIDENFEST - PARIS
Avec : TWILIGHT OF THE GODS , ENSIFERUM , EQUILIBRIUM
Date du concert : 22-09-2010
Lieu : Elysée Montmartre - [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.myspace.com/garmonboziainc
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 16 octobre 2010 - Chroniqueur : YoG - Photographe : YoG http://www.yog-photography.com/


Le Heidenfest. Un festival à ne pas rater dirons certains. Il faudrait donc m'expliquer la raison qui pousse à ouvrir les portes d'un festival en plein milieu de semaine à 17:00. A ma grande surprise, l'Elysée Montmartre est en petite configuration ce soir ; un grand rideau noir divise la salle en deux, et il y a tout de même beaucoup de place pour circuler. Peut-être est-ce dû au fait qu'un peu plus loin, c'est à un concert de Dimmu Borgir que certaines personnes auront préféré se rendre ? Mystère. Quoiqu'il en est, ce n'est pas de bonne augure ; l'ambiance n'est pas à son paroxysme, à mon grand dam.


 


Ayant donc raté bon nombre de groupes, j'arrive à la fin du set d'Equilibrium, qui m'a paru assez sympathique. Le son n'est pas trop sale et le groupe a l'air de bien s'amuser sur cette belle scène. Les lumières sont assez agréables, bien qu'un peu faiblardes, mais qu'importe ; l'ambiance est sur scène. Le "final" auquel j'assiste est composé de "Die Affeninsel" ainsi que de "Unbesiegt" si je ne me trompe pas ; et je suis bien content de pouvoir assister à quelques pogos ci et là, à ma grande surprise car vu du "fond", ça n'avait pas trop l'air de bouger quelques minutes auparavant. Un bon moment, mais pas assez de "matière" pour pouvoir qualifier convenablement la prestation du groupe. A revoir dans de meilleures conditions, donc !






 


Au tour de la formation finlandaise de folk métal "Ensiferum" d'investir la scène quelques minutes plus tard, et là, changement d'ambiance. Les esprits semblent s'être bien échauffés, et la réaction ne se fait pas attendre. Le public saute, hurle, bouge dans tous les sens, et il commence à faire bien chaud malgré le peu de monde qui rôde dans le coin. Le groupe va offrir une prestation globalement bonne, desservie par des lumières tantôt bonnes, tantôt insuffisantes (hélas). Le public est très réactif, et la setlist proposée est vraiment efficace et tirée de différents de leurs albums. On s'amusera des frasques de Sami Hinkka, et on finira par se lasser du manque de chaleur de Petri Lindroos au micro, qui n'a visiblement pas trop envie de dialoguer mais est trop occupé à headbanguer inlassablement avec ses compères. Tapie derrière un énorme bouclier, Emmi Silvennoinen ne se fait hélas pas trop entendre, mais nous éclaire tout de même de sa présence. Une femme dans ce monde de brutes (et de bourrelets fièrement exposés), ça rend tout de suite la scène plus attrayante. La fosse n'aura visiblement pas survécu au set proposé, tant tout le monde semble exténué lorsque le groupe quitte la scène sous les acclamations d'un public sous le charme !


































 


Et pour finir, nous accueillons "Twilight Of The Gods", un tribute à "Bathory" composé par quelques "sommités" telles que Nick Barker (Dimmu, Cradle..) , Rune Eriksen ("Blasphemer" dans Mayhem), Patrick Lindgren (Thyrfing) et j'en passe ! Autant dire qu'il y a du beau monde sur scène, et que l'on peut s'attendre à du beau et du gros vu que Bathory, c'est le bien. On installe de longues tiges incandescentes sur scène, et c'est quasiment le seul éclairage que l'on aura pendant quelques chansons. Et cet hommage n'aura pas l'effet escompté, car même si l'on a beau se rappeler la formation originale, ce tribute band ne dégage rien… On a beau se dire que tout va s'enflammer (sans faire de mauvais jeu de mots), ça reste plutôt plat et l'attitude assez désinvolte du groupe provoque un petit malaise… J'en veux pour preuve le mouvement de foule "public -> sortie" qui s'est déjà amorcé au bout de la seconde chanson.










 


Un bilan très mitigé donc sur ce Heidenfest ; du bon mais aussi pas mal "d'ennui" par moments (il suffit de voir le nombre de personnes affalées par terre en cercle). L'affiche était néanmoins alléchante, et on peut présager du bien pour les prochaines éditions en espérant un public plus nombreux (ou alors un choix de salle plus petite).



no images were found