CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


THE FOUR HORSEMEN – CERGY
Avec : THE FOUR HORSEMEN, SEXTOYS R US
Date du concert : 15-10-2010
Lieu : Pacific Rock - [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.myspace.com/ajeterprom
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 19 octobre 2010 - Chroniqueur : YaDuJoR - Photographe : YaDuJoR


Voilà maintenant un an et demi que Metallica n’a pas fait un tour en région parisienne depuis les deux concerts de Bercy en avril 2009, qui n’étaient de plus pas des plus extraordinaires. Et il faut dire que ça manque, une bonne petite prestation des ‘Mets’ en live. Et bien, faute de faire venir les Américains à Cergy, c’est THE FOUR HORSEMEN (qui commence à connaître le Pacific Rock) qui revient fouler les planches dans ce petit mais sympathique bar/salle de concert du Val d’Oise !


 


Mais tout d’abord, c’est un groupe moins metal et plutôt hard rock qui monte sur scène sur les coups de 20h30 environ (très léger retard de  la part du Pacific, toutes mes félicitations, normalement il n’est pas rare d’attendre plus d’une heure). SEXTOYS R US nous livre un set ‘catchy’ et ‘rentre-dedans’, malgré la présence d’un public peu réactif, majoritairement composé de metalleux et de vieux routards venus pour entendre du bon vieux thrash 80’s. Les membres du groupe tiennent bon pour nous jouer leur rock teinté de mélodies pop, avec un batteur déchainé digne d’un gros groupe de death metal. Le chant est bon, les musiciens assurent, mais décidemment ce n’est pas du goût de la majorité de la salle. Il faut dire que leur musique plutôt douce contraste vraiment avec le Metallica « old school ». C’était bon mais sans plus, pas trop ma tasse de thé non plus.


 


Après une courte pause, c’est au tour des FOUR HORSEMEN de débarquer sur la petite scène du Pacific Rock au son de la célèbre intro de Metallica, « The Ecstasy Of Gold ». Le public répond cette fois ci bien présent et les premiers rangs se remplissent très rapidement. À peine le temps de dire « ouf », que le groupe nous enchaîne trois excellents titres des deux premiers opus du groupe, « The Four Horsemen » (forcément), « No Remorse » (j’ai regretté de ne pas m’être échauffé la nuque plus tôt, celle-ci a fait bien mal !) et « For Whom The Bell Tolls », au refrain scandé en cœur par un public qui connaît très bien les paroles.



Le groupe parisien n’hésite pas à piocher dans son très large répertoire de reprises et nous jouera un peu de tous les albums : le classique « One » et l’original « Eye Of The Beholder » extrait du « And Justice For All… », entrecoupé d’un très bon « Disposable Heroes » pour finir avant la pause sur un magnifiquement violent « Creeping Death ».


Ce qui est très bon avec The Four Horsemen c’est que vous avez l’occasion d’entendre en live des morceaux que vous n’aurez que très peu de chance d’entendre avec Metallica, sauf si vous les suivez sur toute la tournée mondiale !



 Le temps de sortir prendre l’air et revoilà nos « Metallica Français » sur scène, avec un « To Live Is To Die » bien groovy. Le groupe joue à la perfection, quelques pains sont à notés mais rien de bien grave et c’est normal ; j’ai même trouvé que niveau prestation technique, ils assuraient mieux que les vrai Mets (et surtout le batteur, on va dire que c’est le poste le moins dur pour battre le membre « réel » vu le nombre de pains assez impressionnant de Lars Ulrich en live). Le grand classique « Master Of Puppets » ré-enflamme le public dans la foulée, avant un plus calme « Fade To Black » qui saura apaiser nos nuques rudement mises à l’épreuve depuis le début du show. Le dernier album de Metallica, « Death Magnetic », à droit à un digne représentant de son potentiel, « That Was Just Your Life ». On finira mise à part ce titre par un retour en 1983 avec trois morceaux de « Kill’em All », avec bien entendu en final le célèbre « Seek & Destroy » où le public des premiers rangs, qui ont durant le morceau enlevés leur t-shirt (vous auriez du me voir avec mon corps d’athlète en train d’headbanger sur scène à côté du guitariste, c’était beau), ont eu le droit de monter sur scène pour les derniers riffs très explosifs de ce hit, du pur bonheur !




La set-list:


The Ecstasy Of Gold
------
The Four Horsemen
No Remorse
For Whom The Bell Tolls
Eye Of The Beholder
Disposable Heroes
One
Wherever I May Roam
Creeping Death
-------
To Live Is To Die
Master Of Puppets
Fade To Black
Trough The Never
Jump In The Fire
That Was Just Your Life
Hit The Lights
Seek & Destroy


 


Le concert se termine à 0h30 mais je n’ai pas vu le temps passé. Je n’avais pas écouté Metallica sur CD depuis leur dernier concert car ce groupe me lassait à force, mais je peux vous dire que voir les Four Horsemen en concert redonne goût aux Mets en moins de deux ! L’ambiance et le public était au rendez-vous, les musiciens ont tout donnés ; c’était vraiment un excellent concert. Un groupe à voir de toute urgence si ce n’est pas déjà fait !



no images were found