CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DISORDER TOUR – SAINT ETIENNE
Avec : ANDREAS ET NICOLAS, ULTRA VOMIT, L’ESPRIT DU CLAN, BLACK BOMB A
Date du concert : 24-10-2010
Lieu : Le Fil - [ 42 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.myspace.com/rockimpactagency
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 27 octobre 2010 - Chroniqueur : Chart - Photographe : CHART http://www.myspace.com/chart333


Les dimanche soirs à Saint-Etienne, à l’exception des soirs où il y aurait un match de foot, sont plutôt calmes. Mais ce soir, le metal est à l’honneur dans du Fil grâce à une coproduction entre 'le Fil' et 'Rock Metal Agency'. Les concerts metal sont fréquents mais excessivement rares dans de bonnes salles dans cette bonne vieille ville. Alors, ce soir, c’est quasiment un évènement qu’on ne peut pas rater. Et c’est bien ce qu’ont du se dire les jeunes stéphanois venus en masse, parfois même accompagnés d’adultes. Quatre groupes français et pas forcément des moindres, voilà de quoi réchauffer l’atmosphère un peu fraîche.


 


  Vous connaissez sûrement ou au moins, vous avez entendu parler d’ULTRA VOMIT, mais ANDREAS ET NICOLAS, ça vous dit quelque chose ? Jusqu’à présent, aucun album n’a vu le jour et pourtant, ce duo est bien là, en ouverture de la soirée. Ils sont sur cette affiche pour la simple et bonne raison qu’il s’agit d’un projet du chanteur guitariste de ULTRA VOMIT, accessoirement aussi parce que le groupe a récemment signé sur LISTENABLE RECORDS. Oui, les choses vont plutôt bien pour eux et c’est largement mérité au vu de la performance de ce soir. Le duo joue en acoustique et utilise une multitude de samples pour créer une ambiance loufoque, voir complètement barrée. Qu’on le veuille ou non, ces gars-là ont vraiment du talent. On oublie le metal et on entre dans un univers absurde où se côtoient des singes facteurs, des canards, des chiens, des relations sexuelles déjantées et surtout improbable sur le net… Bref, de bonnes blagues niveau cour de récréation… La sauce prend très vite et très bien. On verra même quelques uns lancer des pogos sur ce set. La bonne humeur a gagné le public stéphanois sur l’heure qu’a durer cette prestation.








 


  Il est temps de maintenant passer aux choses sérieuses. Sérieuses ? Non, pas vraiment en fait puisque c’est au tour de ULTRA VOMIT de monter sur les planches du Fil. L’arrivée pourrait être spectaculaire avec cette espèce d’entrée en scène très « MANOWAR ». Mais on n’est pas là pour ça. Ces nantais sont plutôt du genre à jouer la parodie d’un style déjà à la limite, à la limite de quoi ? Non, je n’en dirais pas plus. D’ailleurs, c’est plutôt MOTORHEAD qui et visé avec ce premier titre « Quand j’étais Petit ». Tout comme ANDREAS et NICOLAS, ULTRA VOMIT bénéficie de quasiment une heure de set, alors, des morceaux, le groupe les enchaine à la pelle. Tout y passe, « Je ne t’es jamait autans aimé », « Mountains Of Maths », « I Like To Vomit », « Boulangerie Pâtisserie » et bien entendu « Je collectionne des canards (vivants) » en guise de rappel avec invité sur ce morceau, Andreas du précédent duo. ULTRA VOMIT mérite désormais la place qu’il occupe dans le monde du metal. Bien que les textes soient parfois un peu trop à la limite du moyen, son jeu de scène, sa maîtrise musicale, font de ce groupe un vrai groupe de scène. Les travers du metal, quels qu’ils soient, sont soulignés et utilisés d’une manière vraiment amusante. Même GRONIBARD qui pourtant n’est pas si éloigné dans le fond de cette formation nantaise n’échappe pas aux sarcasmes. C’est une très bonne chose qu’un style parfois trop sérieux comme le metal ait trouvé un groupe pour lui faire redescendre un peu les pieds sur terre. ULTRA VOMIT est l’incarnation de cette tendance en France et si le groupe continue d’assurer comme ça sur scène, on a de grandes chances de continuer à le croiser assez régulièrement.









 


  Les choses sérieuses commencent vraiment avec L’ESPRIT DU CLAN, en tournée pour défendre son quatrième album, « Chapitre IV : L’Enfer, c’est le nôtre ». Le groupe évolue dans une tendance mélangeant des influences à la fois metal et hardcore. On trouve d’ailleurs pas mal de punks venus assister à ce concert. L’ESPRIT DU CLAN a très certainement envie de toucher un public plus large que les métalleux habituels étant donné que même les textes sont en français. Malheureusement, le technicien du son n’est pas au top ce soir et le chant est assez inaudible devant la scène. Par contre, la prestation est toute autre. Le groupe est très fort et les musiciens vraiment en place. Malheureusement, l’heure de set est un peu longue et au bout d’un certain temps, les morceaux finissent par manquer d’intérêt. Pour tout dire, le groupe tourne assez vite en rond. C’est aussi leur style de metal qui génère ça. Mais le public n’a pas l’air de s’en soucier et se jette corps et âme dans le mosh pit, les circle pit et autres walls of death. Cela fait toujours son effet et c’est toujours aussi impressionnant. Pas de rappel et une fin de set un peu abrupte mais le groupe a fait son boulot.










 


  Quoi de mieux que BLACK BOMB A pour en terminer ? Il est clair que c’est le groupe idéal pour partir en tournée avec L’ESPRIT DU CLAN. Ils sont suffisamment proches musicalement pour attirer un public de furieux adeptes du mosh pit. Il faudra d’ailleurs très peu de temps pour mettre tout le monde dans le bain. Mais à la différence de L’ESPRIT DU CLAN, le chant n’est pas en français et le groupe entretien un aspect plus hardcore. Les deux chanteurs assurent des parties vocales très différentes. Poun assure des parties vocales hurlées ou mélodiques très intéressantes alors que Djag utilise plus de voix gutturales. Ce duo de voix fonctionne très bien. C’est le plus qui fait de ce groupe une formation vraiment intéressante. Et l’énergie déployée sur scène est elle aussi vraiment impressionnante. L’absence d’un deuxième guitariste paraitrait presque inaperçue vue l’occupation totale de l’espace par le combo. Même remarque que pour L’ESPRIT DU CLAN par contre, même si le set comprend de bons moments musicaux, on tourne un peu en rond. C’est un style quelque peu répétitif à la longue. C’est un défaut compensé par la très bonne prestation scénique…











 


  Si en termes de football, ce qui intéresse tout le monde en ce moment, Saint-Etienne arrive à rivaliser avec son rival de toujours, Lyon, en termes de concerts metal dans des conditions excellentes, la ville a encore du chemin à faire. Pourtant, c’est loin d’être mission impossible. La preuve a été faite ce soir. La salle était pleine et tout s’est très bien passé. Alors, quand est-ce qu’on se prévoit une bonne pointure internationale du metal au Fil ?



no images were found