CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


DARK HALLOWEEN FEST - LYON
Avec : TAMTRUM, TEMPLE OF NEMESYS, SYSTR
Date du concert : 29-10-2010
Lieu : Lyon’s Hall - [ 69 ]
Affluence : 120
Contact organisateur : http://www.myspace.com/femalesasso
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 31 octobre 2010 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Le Dark Halloween Fest 2010 de Lyon se déroule en trois volets ce week-end spécial de fin Octobre. La première soirée a donc lieu au Lyon’s Hall, et c’est l’association les Femâles qui se charge de (bien) organiser ce concert typé électro/dark/rock/gothique avec trois formations connues et reconnues pour leur « chaudes » prestations. Beaucoup de monde à l’ouverture des portes à vingt heures qui entrent dans notre salle mythique de l’underground lyonnais qui va se transformer pour l’occasion en un grand « dance floor », que le nuit qui se promet d’être agitée commence donc.


 


Mise dans le bain immédiate avec de gros « beats » technoïdes et binaires du rock-électro avec SYSTR, Symbiotic Stridutalions de Nantes. L’envoi est assez puissant avec les compositions de leur dernier album « gazole ». C’est efficace de prime abord et la sauce prend bien au départ. Mais bien vite on se rend compte que le son est assez brouillon avec des « pains » à la clef. Le chanteur essaie de booster le tout mais sa voix ne suit pas et semble forcée et limite par endroits. Le public ne se manifeste pas encore et reste assez statique sauf une poignée d’aventuriers qui se laisse aller à un headbanguing en règle devant les retours de scène. Bref, la prestation ne fut pas trop convaincante, ce fut pas mal, mais sans plus, peut-être qu’une autre fois…










 


Nous allons maintenant passer au cran supérieur avec TEMPLE OF NEMESYS. La formation intrigue de part son « look » dark/gothique, mais pas seulement. Avec une intro spacio temporelle nous sommes plongés dans leurs aventures futuristes avec un électro-rock implacable qui nous interpelle d’entrée de jeu. Tout y est, les titres et images sur écran, le jeu explosif et martial des guitares, les machines au top tempo renforçant la batterie, les éclairages futuristes avec lumière noire. Et puis, il y a ce frontman qui fait penser tout de suite à DAS ICH. Les compositions sont variées, puissantes et accrocheuses.






La salle se met soudain en mouvement emmenée par un irrésistible élan procuré par la musique de cette formation qui a tout comprit au film de l’électro-gothique et qui fait mouche avec ses morceaux. Morceaux qui sont autant de « cérémonies » dark. Chorégraphie incontournable et énergique sur scène, personne ne peut résister à cette grand-messe gothique qui nous prend la tête, et le corps entier. Et nous sommes transportés loin très loin dans une autre dimension. Excellente découverte pour ma part, TEMPLE OF NEMESYS sur scène c’est tout simplement hors du temps. Long moment jouissif en diable pour les participants à cette soirée qui se laissent emporter par le rythme électro bien plombé, bien transcendant pour un voyage nocturne et sombre dans les galaxies intérieures de notre âme damnée. Dix compositions aux climats recherchés, il n’en fallait pas plus pour satisfaire tous les amateurs de la darkwave actuelle.






 


SetList:


Intro


Temple of N.e.m.e.s.y.s


First Ceremony


Space Requiem


We’re All The Same


Roadroller


Seeds Of Space


Messe


Stand Up


Versus


Heretic.


 


Le temps a passé, avec un peu de retard au programme, mais tout le monde attend bien sûr avec impatience TAMTRUM que l’on ne présente plus dans la mouvance électro-rock, avec toujours la même devise « sex, drugs & R n’ R » évidemment. Après sa prestation remarquée au dernier Hellfest cet été avec en guest de belles égéries dénudées, nous attendons d’oreille ferme cette prestation dans une petite salle. Sans tambour, ni trompette mais avec percussions, machines et voix arrachée, TAMTRUM rugit sur les planches avec ces tempos écrasants avec des titres renversants dans le style. Benoit Sixteen tient la grande forme et s’agite au milieu de la scène devant nous provocant une assistance en folie qui vient s’écraser contre l’estrade. Le spectacle est sur scène évidemment mais aussi dans la salle où tous les « freaks », dégénérés du rock et « sex-addicts » manifestent de différentes façons leur approbation des compositions. Entre « Fuck You I Am Drunk », bouteille à la main et « My Fall » clope au bec, le trio infernal nous en met plein la vue et nous gave de sons techno-rock jouissifs et décadents.








Petite remarque quand même, si benoit Sixteen tient le « crachoir » de bonne façon, et si C.N.X en fait des tonnes aux claviers fixe et portatif, Sylvicious semble un peu fatigué et semble « largué » ce soir, on l’a vu en meilleure forme et présence scénique dans d’autres concerts. Cela n’entache en rien cependant la démonstration de ce soir où pendant plus d’une heure TAMTRUM va nous démontrer qu’il tient le « haut du pavé » dans le genre actuellement et que ses prestations live ne laissent personne indemne, telles un ouragan rock avant-gardiste fulgurant, déchirant de neurones et provocant immanquablement. Excellent de toute façon, on en redemande bien sûr.








Set-list


Le Son


O.Killed


Tamtrum


My Vile


Abort


Under


Fuck You


Parano


Swallow


My Fall


Milky


Datura


World


 


Minuit est déjà largement passé lors de l’extinction des feux, quelle soirée ! Il ne nous reste plus qu’à remercier la dynamique association Les Femâles pour cet « a propos », ce concert réussi dans le temple de l’underground Lyonnais, la suite vite !



no images were found