CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


ELUVEITIE - PARIS
Avec : Eluveitie, Korpiklaani
Date du concert : 30-10-2010
Lieu : Trabendo - [ 75 ]
Affluence : 700
Contact organisateur : http://www.myspace.com/nuclearblasteurope
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 03 novembre 2010 - Chroniqueur : Aris3agaiN - Photographe : Aris3Again http://www.myspace.com/aris3-again


Une tournée réunissant les Suédois de Korpiklaani et les Suisses d’Eluveitie. Comment résister et ne pas pointer le bout de son nez à la Porte de Pantin en ce dernier samedi d’octobre ? Pour ma part, pas d’hésitation, d’autant que le concert est prévu au Trabendo, petite salle sympathique située à deux pas de l’immense Zenith. La date est totalement sold out depuis déjà quelques semaines, et tous les présents semblent ravis d’être là. N’ayant pas eu l’opportunité de recevoir un pass photo, voici tout de même quelques clichés de la soirée pris du « balcon », loin du tumulte de la fosse.


 


Le premier groupe de la soirée est censé être GodNR.Universe!, combo uniquement connu des puristes d’Eluveitie, formé d’Anna et de Meri, deux membres de la petite troupe suisse. Malheureusement, Ivo Henzi, autre guitariste d’Eluveitie, leur servant de musicien live, a dû abandonner la tournée à cause de problèmes apparemment personnels. Les deux jeunes femmes se sont donc vu contraintes d’annuler les dernières dates prévues (celle de Paris étant la toute dernière), pour se concentrer sur leur set avec Eluveitie. Dommage, car cette première partie aurait pu être tout à fait appréciable, d’autant que l’information n’a pas été rapidement relayée au Trabendo. Résultat : le public attend trois quarts d’heure un signe de vie, sans succès. L’absence du « groupe de chauffe » ne sera expliquée que bien plus tard dans la soirée, par Chrigel Glanzmann. Les techniciens s’agitent finalement sur scène, pour installer le matériel de Korpiklaani. L’impatience monte, la fosse brûlante est prête à en découdre, il est largement temps que les Suédois débarquent sur les planches.


 


Et ils arrivent efficacement, sur les premières notes de « Vodka » (single du dernier album en date du combo, « Karkelo »). Au programme de ce soir, un bon résumé de toute la discographie de la troupe, avec des morceaux tapant dans tous les albums. Korpiklaani est l’un de ses groupes dont les différents disques sont restés relativement homogènes, et cela se sent de façon très agréable en concert. Tous les titres se suivent sans problèmes, en se ressemblant parfois un peu, certes. Néanmoins, les musiciens sont souriants, et l’on sent une grande volonté de faire plaisir au public. Jonne Järvelä, chanteur et guitariste, se montre toujours aussi charismatique et efficace, et se dresse clairement en leader, alors que d’autres membres du combo se révèlent plus discrets, à l’image de Jaakko "Hittavainen" Lemmetty, violoniste, ou de l’accordéoniste Juho Kauppinen. On apprécie le duo rythmique formé par un Jarkko Aaltonen headbangueur et un Matti "Matson" Johansson ultra carré et au jeu très visuel. Le show est très dynamique, et la fosse danse au rythme des différents morceaux, à l’image de « Viima » (seul représentant du pourtant excellent « Tervaskanto »), « Cottages & Saunas », ou encore « Crows Bring the Spring ». Le set se termine sur les titres les plus connus et appréciés de Korpiklaani, « Wooden Pints », « Happy Little Boozer », mais surtout et enfin, « Beer Beer ». Ces deux derniers morceaux sont d’ailleurs repris en chœur par une fosse comblée. Les musiciens restent longuement sur scène pour remercier les premiers rangs après un show d’un peu plus d’une heure, peut-être un peu court, mais le respect du timing est obligatoire lorsque l’on assiste à une co-tête d’affiche comme celle-ci. Korpiklaani nous confirme son image de groupe dynamique et décidément très efficace sur scène, et il nous tarde déjà de le revoir avec un digne successeur de « Karkelo ».











 


Set list :


Vodka


Journey Man


Korpiklaani


Cottages and Saunas


Kipumylly


Huppiaan Aare


Pellonpekko


Viima


Juodaan Viinaa  (Hector cover)


Paljon on koskessa kiviä


Tuli Kokko


Crows Bring the Spring


Pine Woods


Wooden Pints


Happy Little Boozer


Beer Beer


 


C’est maintenant au tour des Suisses d’Eluveitie de monter sur les planches. Réservée après leur dernière prestation à Paris, durant le Pagan Fest, à cause d’un Chrigel trop présent et moyennement pagan dans l’attitude, j’attends beaucoup du combo pour remonter dans mon estime. Leur dernier album, « Everything Remains as it Never Was » a reçu un accueil très partagé, ce qui ne fait qu’ajouter une pression sur les épaules de nos Suisses. Quoi qu’il en soit, la troupe dispose de nombreux fans dans la capitale française, dont l’enthousiasme et l’impatience montent au fur et à mesure que le temps passe. Le set débute sur l’intro dudit dernier disque, suivi de « Nil », efficace mise en bouche. A la vue de la fosse en furie, il paraît clair qu’une bonne partie du public est, en effet, présent pour assister au set d’Eluveitie. Chrigel s’impose moins en leader et laisse davantage de place aux autres membres du groupe (qui sont d’ailleurs un peu serrés sur la petite scène du Trabendo), notamment aux deux filles de la troupe. Au niveau de la set list, l’accent est largement mis sur « Everything Remais as it Never Was », mais aussi sur « Slania », sans surprise, puisqu’il s’agit probablement de l’album le plus énergique de la discographie de la formation. La première partie du set manque néanmoins de pêche, les derniers morceaux du combo ne passant pas aussi bien en live que les autres. C’est à partir de l’excellente « Inis Mona », reprise en chœur par un public en transe, suivie d’une « Slania’s Song » très efficace, que les choses deviennent réellement intéressantes. L’unique extrait d’ « Evocation I » réside en « Omnos », chanté par mesdames, proposant un moment de répit aux pogoteurs et autres. On aurait pu apprécier quelques titres supplémentaires de cet opus très agréable, mais Eluveitie a clairement fait le choix de mettre de côté les ballades pour sortir l’artillerie lourde. Au cours du set, quelques membres de Korpiklaani se pointent sur la scène pour venir danser et jouer au violon avec des cintres (?). On ressent toute la bonne ambiance et l’entente d’une fin de tournée visiblement relativement alcoolisée. Après une sortie de scène que beaucoup ont cru être la fin de la soirée, les membres d’Eluveitie remontent sur les planches pour deux derniers morceaux, extraits de leur premier album, « Spirit ». Le concert se termine donc sur l’énorme « Tegernako », devant un parterre de fans ravis. Après un long salut, c’est la sortie de scène sous les applaudissements.










 


Set list :


Otherworld (Intro)  


Nil


Gray Sublime Archon  


Bloodstained Ground


Your Gaulish War


Thousandfold


Inis Mona


Slania's Song  


Omnos


Isara


Quoth the Raven


Kingdom Come Undone


(do)Minion


AnDro


Tegernako


 


 


Il est temps d’aller affronter la nuit parisienne pour rentrer chez soi (ou terminer la soirée en bar, au choix). Quelques-uns prolongent le plaisir en allant échanger quelques mots avec les différents membres du groupe près du bar. Voilà donc une soirée sympathique et pleine d’entrain. On attend désormais la prochaine soirée de folk / pagan de pied ferme, qui sera probablement le Cernunnos en janvier.



no images were found