CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


CORKAGE - LYON
Avec : CORKAGE, HENRI ET LES FLAMMES DE L’ENFER
Date du concert : 19-02-2011
Lieu : Bar des Capucins - [ CORKAGE - LYON ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.myspace.com/corkageband
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 24 février 2011 - Chroniqueur : Black.Roger - Photographe : Black.Roger


Alerte, le métal descend dans les caves à Lyon. Ce samedi 19 Février à l’initiative de CORKAGE, deux groupes vont faire vibrer la cave du Bar des Capucins à Lyon-Croix-Rousse. Schéma classique du genre de lieu accueillant des métalleux et des rockers, un bar en haut, une voute de concerts au sous-sol. Peu de place donc, mais suffisamment pour installer la sono et faire participer une cinquantaine de spectateurs dans ces lieux humides au sol glissant.


Vers 21 heures 30, la formation invitée venant de Toulon, HENRI ET LES FLAMMES DE L’ENFER se décide à lâcher les décibels, diable ! Ce quatuor sudiste est en fait une boule de nerf musicale se complaisant dans un punk/hardcore (post ?) d’une efficacité redoutable. Le son est bon malgré la configuration exigüe des lieux. Les compositions sont variées, et entre calme relatif avant l’orage et déluge saignant nous collent au plafond voûté. C’est brutal, souvent déstructuré, mais toujours accrocheur avec un groove sous-jacent qui ne laisse personne indifférent. Alors forcément quand c’est bon et bien interprété, on aime. On aime les riffs cinglants et tranchants, la basse ronflante, la polyrythmie de batterie et le frontman Henri qui vit ses textes bien travaillés sous une carapace décousue. Le groupe s’éclate et nous avec sur une chorégraphie démente et extrême. Après le dernier morceau, la dernière déflagration sonore, le groupe distribue une pile de démos, sa première démo 3 titres percutante « Brutal Arcade Mode », sympathique !


 





 


Après la visite du bar à l’étage et les commentaires d’usage pendant l’installation du groupe suivant, on redescend au sous-sol pour se retrouver « underground » devant les Lyonnais de CORKAGE qui font leur « check » avant de nous introduire dans leur métal qu’ils appellent death/grunge, pourquoi pas ! La cave est pleine cette fois-ci jusqu’en haut des escaliers et le set peut commencer. Les cinq musiciens ne sont pas nés de la dernière pluie et ont déjà fait parler d’eux dans les 90’s. Après un certain flottement de quelques années, le groupe remonte au créneau en 2007 avec notamment l’arrivée d’Amine aux vocaux. Depuis, CORKAGE a enregistré sa démo 4 titres « Death To The Deserving » et écumé les salles de concert de la région, la motivation et l’enthousiasme étant à nouveau au rendez-vous. Et cela se ressent bien ce soir avec des compositions variées faites de climats prenants, de voix claires rock « grungy » et d’envolées brutales où le death métal revient en force avec ses « growls ». Le chant du frontman est modulable dans différents registres et c’est peut-être cela qui fait la différence. Les guitares enveloppent le tout de leurs « tricotages » particulier, ajoutez à cela une basse omniprésente et inventive, une batterie electro-choc, et vous aurez ainsi un quintette sachant nous tenir en haleine avec des morceaux naviguant entre rock aventureux et métal plombé. Leur prestation d’une heure environ fut donc bien appréciée par l’assistance, seul bémol le bon son ne fut pas toujours au rendez-vous. Malgré cela ce concert nous a démontré encore une fois la bonne tenue de CORKAGE dans la scène métal de la région, et pourquoi pas plus loin, qui sait ?


 





 


Il est minuit, le son est coupé couvre-feu oblige, on quitte l’humidité de la cave pour retrouver la pluie à l’extérieur ; Soirée humide donc mais très sympathique passée en compagnie de deux combos ayant la « pêche » dans le domaine de notre musique préférée. Merci encore à CORKAGE et HENRI ET LES FLAMMES DE L’ENFER pour ces moments musicaux intenses et bienvenus au cœur de Lyon.



no images were found