CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


ZUUL FX - PARIS
Avec : ZUUL FX, KOMAH
Date du concert : 04-03-2011
Lieu : Nouveau Casino - [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://marv.fr/index.php
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 06 mars 2011 - Chroniqueur : Hellbangeuse - Photographe : Hellbangeuse


Pour fêter la sortie de son troisième album "The Torture Never Stops", Zuul Fx a décidé d'investir les planches du très parisien Nouveau Casino en cette fraîche soirée de mars. Bien que peu de monde aie fait le déplacement (comme en témoigne l'absence de queue à l'entrée de la salle), l'ambiance n'en demeure pas moins joyeuse et c'est avec un certain entrain que les Belges de Komah commencent à jouer peu avant vingt heures.


 


Peu sont ceux qui peuvent se targuer de véritablement connaître le groupe qui défend depuis 2009 son premier album : "Straight Line". Pourtant, la formation a eu l'honneur de jouer au Dour Festival l'an passé mais aussi d'ouvrir sur des tournées intéressantes comme celle de Pro-Pain assez récemment. Le Metal proposé par Komah est de ceux qui absorbent quantité de styles différents (Death, Hardcore, Sludge, Thrash) pour un résultat lourd et gras : une musique efficace qui ne se complique pas la vie. Des parties de guitares un peu plus complexes et enlevées viennent compléter le tout de temps à autre pour donner un relief aux compositions. Ce style finalement assez simpliste possède néanmoins une énergie live qui se transmet aisément et ce n'est pas le public présent ce soir qui s'en plaindra. Les têtes s'agitent avec entrain sur les parties Hardcore qui ne sont d'ailleurs pas loin de passer pour de véritables moshparts en puissance. Toutefois, bien que le son soit globalement honorable, la voix du chanteur ne bénéficie pas de la même intensité se révélant de fait peu audible et maîtrisée. Un sacré point négatif pour un groupe qui prend un plaisir évident à se produire sur scène. Espérons que Komah saura corriger ce défaut problématique puisqu'il serait dommage de faire retomber le souffle qui semble les porter depuis déjà quelques temps chez nos camarades belges.


 




 


Après quelques rapides balances, les maîtres de la soirée prennent possession d'une salle qui n'attend plus qu'eux. La foule s'est quelque peu densifié et semble prête à en découdre dès que les premières tonalités de l'intro retentissent. Et quand Zuul Fx lance les hostilités avec le tout frais "The Maze", on comprend qu'on n'est pas là pour se reposer. L'énergie véhiculée par ce nouveau morceau est affolante et la fougue avec laquelle les musiciens font crier leurs instruments est plus que communicative. Visiblement, les Parisiens ne se sont pas reposés sur leurs lauriers pour nous concocter ce nouvel album et l'arrivée de Clément Rouxel (T.A.N.K) à la batterie n'y est pas pour rien. Emmenant chaque composition avec une précision millimétrée tout en restant groovy, la musique de Zuul Fx en devient d'autant plus efficace que redoutable. Visiblement enjoué par son retour sur la scène metal française, le groupe nous annonce par la même occasion qu'il ouvrira pour Megadeth et Slayer à la fin du mois. Mais Steeve, qui nous assure souffrir d'une extinction de voix bien qu'on ait du mal à le croire n'en oublie pas pour autant le show. Sa voix semble en effet en pleine forme et parfaitement apte à interpréter le large éventail des compositions au programme ce soir bien que les passages au chant clair ne sonnent pas toujours justes. Les tubesques "Behind the Light", "Hate me Bastard" ou encore "Cabal" se mêlent ainsi avec réussite aux derniers "Man of Silence", "The Torture Never Stops" et "Dancing around Death". Du côté de la fosse, les nouvelles compositions remportent toutes un suffrage unanime comme en témoigne l'agitation qui règne ici bas, entre têtes tournoyantes, cris gutturaux et pogos enjoués. Karim à la guitare et Seb à la basse ne se lassent pas de leurs instruments et se mettent eux aussi en valeur en nous proposant un jeu très lourd (notamment à la basse) et expressif. Et si l'ambiance est bon enfant avec un batteur qui n'hésite pas à faire un petit défilé en caleçon, la qualité de la prestation n'en demeure pas moins très professionnelle. Voilà un show qui ne nous laisse plus qu'à espérer le meilleur pour un Zuul Fx encore plein de ressources et d'humanité.


 





 


S'il est encore un peu tôt pour crier à la gloire de la scène Metal française, ce soir tous les espoirs sont permis avec un Zuul Fx au meilleur de sa forme qui a su approfondir son jeu et sa technique au fil des années. Ce dernier "The Torture never Stops" se profile d'ores et déjà comme un album plein de promesses pour un groupe qui a encore de l'énergie à revendre. Prenez donc le temps d'aller les voir en concert car vous ne serez pas déçus.



no images were found