CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


FESTIVAL HEAVY METAL – SAINT DENIS SUR COISE
Avec : BLOODY MARY, ENDLESS, LOTTA ROSIE, SICKNESS
Date du concert : 26-03-2011
Lieu : Salle du Stade - [ 42 ]
Affluence : 80
Contact organisateur : http://mcpcrusaders.wifeo.com/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 29 mars 2011 - Chroniqueur : Chart - Photographe : CHART http://fr.myspace.com/chart333


Premier weekend du printemps, direction Saint Denis Sur Coise. On ne s’attend pas forcément à ce que cette petite commune des Monts du Lyonnais soit le lieu idéal pour organiser un rassemblement de motards doublé d’un concert metal. L’idée est alléchante et rien que pour ça, c’est sans hésiter que je me rends sur place afin d’assister aux festivités organisées par les MCP CRUSADERS, club de motards local présidé par Jurassyk. La salle des fêtes du village s’est transformée pour l’occasion en salle de concert. Une petite scène a été montée dans un coin et c’est là que les quatre groupes se produisent. Oui les quatre groupes car FIRE WIZARD aura finalement du annuler sa prestation ce soir.


 


SICKNESS ouvre le bal. Le groupe s’est formé très récemment et ce soir, c’est son premier concert après seulement huit répétitions. On sent non sans une pointe de compassion, que ces jeunes musiciens ne sont pas vraiment à l’aise. SICKNESS base son répertoire sur des reprises en tout genre, NIRVANA, METALLICA, ZZ TOP, NOIR DESIR… Le manque d’expérience se fait sentir mais il faut un début à tout. Ce n’est pas si simple de monter sur une scène et jouer. On leur pardonne leurs erreurs et leurs ratages. On les encourage même à persévérer car c’est en forgeant qu’on devient forgeron.


 



 


Après un changement de plateau et une coupure d’électricité, LOTTA ROSIE finit par monter sur scène. Cette formation nous vient de Villeurbanne. Leur spécialité, les reprises d’AC/DC ! Reprendre un groupe et composer un répertoire solide n’est pas un exercice facile car on a vite fait d’être comparer à l’original. En plus, reprendre le groupe mythique australien avec une chanteuse pourrait paraître étonnant. Et bien, il faut que vous sachiez que les morceaux anciennement interprétés par feu Bon SCOTT sonnent terriblement dans la bouche de cette chanteuse. LOTTA ROSIE a par ailleurs concentré son répertoire sur la période la plus ancienne du groupe. On compte notamment dans leur repertoire « If You Want Blood (You’ve Got It) », “Whole Lotta Rosie” « High Voltage », « TNT », “Shot Down In Flames”… La seule escapade vers les années Johnson se fait avec « You Shook Me All Night Long » lui aussi très bien interprété. On apprécie aussi la reprise de « Let There Be Rock » coupée par un morceau de LED ZEEPELIN, « Whole Lotta Love » incluant un petit solo de batterie. Le cover band partira sur l’incontournable « Highway To Hell » après avoir remercié l’organisation et le public bien au rendez vous durant cette prestation.


 



 


C’est maintenant le moment de retrouver ENDLESS pour une nouvelle série de reprises. Le groupe fait son entrée sur une série de morceaux de SAXON puis enchaîne sur quelques titres de ZZ TOP. Là encore, le niveau des musiciens est confirmé. Les reprises sonnent bien. De plus, le chant est partagé entre le batteur et le guitariste. Chanter en jouant de la batterie est loin d’être un exercice facile mais le musicien s’en sort très bien. Le public est un peu moins réceptif qu’avec LOTTA ROSIE. Peut-être est-ce du au fait que l’on a à faire avec un troisième groupe de reprises ou peut-être à l’heure qui, inlassablement tourne, avec pour conséquence la fatigue qui se fait sentir. ENDLESS propose en fin de set une nouvelle série de reprises d’AD/DC. Pour ceux qui auraient raté le groupe précédent, c’est séance de rattrapage avec certains morceaux que l’on a déjà pu écouter durant la soirée. Du coup, l’attention baisse d’un cran. ENDLESS doit nous quitter car l’heure est avancée et il reste encore un groupe. C’est sur « Sin City » que le combo nous dira au revoir.


 



 


C’est enfin au tour de BLOODY MARY d’arpenter la scène. Le groupe a fait le chemin depuis Nancy pour venir jouer ici. Etant donné l’heure tardive, environ 2h30 du matin sans le changement d’heure, un bon nombre de personnes ont levé le camp. C’est quelque peu regrettable car il s’agit du seul groupe de la soirée à proposer des compositions originales. Le style du groupe est un mélange de blues et de hard rock. Le trio s’en donne à cœur joie malgré l’heure tardive. On sent chez eux une certaine expérience scénique et un goût prononcé pour les années 80. Le trio fonctionne bien sur scène. Les musiciens enchainent une série de titres dynamiques. Les revoir dans des conditions plus favorables ne serait tout de même pas de refus car sans vouloir paraître désobligeant, il est vraiment tard et la fatigue gâche la pleine appréciation du combo.


 




no images were found