CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


HEADCHARGER - VALENCIENNES
Avec : HEADCHARGER, HUMAN JAIL, ONE MAN TERROR
Date du concert : 31-03-2011
Lieu : La Péniche IgelRock - [ 59 ]
Affluence : 40
Contact organisateur : Http://www.igelrock.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 11 avril 2011 - Chroniqueur : borgir62 - Photographe : Borgir62


Quelques heures à peine après l'annonce de leur participation au Hellfest, les Caennais de HEADCHARGER font escale à Valenciennes avant d'enchaîner 2 dates chez nos voisins Belges. Comme bien souvent quand on parle de concert métal pour cette ville, c'est à l'IgelRock que le public est convié en ce jeudi soir... Pas le meilleur jour pour organiser un concert, mais avec ces 2 concerts belges à enchaîner, impossible de faire autrement. Le temps de saluer les habitués et les organisateurs du concert (David, Fiston) et le premier groupe fait son apparition.


 


ONE MAN TERROR a le privilège d'ouvrir pour cette soirée et peaufinera pendant de longues minutes ses réglages. Le concert démarre donc en retard, mais c'est rarement un problème à l'Igelrock (et ça ne le sera d'ailleurs pas ce soir), et c'est un mal pour un bien, cela permettant à quelques retardataires d'arriver avant le début du set. Malheureusement, cette application ne sera pas récompensée puisque le son laissait à désirer, notamment en ce qui concerne les guitares, audibles principalement dans les graves. De même, le chant de Jimmy souffrira de ce son assez médiocre il faut l'avouer. Néanmoins, Jimmy nous montrera qu'il maîtrise assez aisément le chant thrash, et les growls de son acolyte, Rems, sont bien portés. Les premiers titres sont réussis, et les influences thrash sont bien présentes. Mais voilà, à la longue, les morceaux se ressemblent un peu trop, et les riffs, un peu trop classiques ne permettent pas une réelle liberté au niveau des compositions. Le groupe se cantonne à des basiques établis il y a pas mal d'années par des groupes cultes (Pantera par exemple) et une certaine lassitude commence à gagner quelques spectateurs. Il ne manque donc que la créativité pour que le groupe se lâche un peu plus dans ses compositions comme sur scène, et pour que l'on puisse davantage apprécier cette première partie qui, soyons honnête, nous aura permis de nous mettre dans le bain (même si le style ne collait pas du tout avec ce que nous proposerons les deux autres formations).


 



 


C'est avec une légère appréhension que je vois les HUMAN JAIL monter sur scène. Quelques jours avant le concert, je décidais de m'intéresser à ce groupe, juste histoire de. Après ces quelques écoutes sur le myspace, je craignais le pire, la version studio n'étant pas des plus réussie. Heureusement, il ne faut qu'un morceau pour me faire changer d'avis ! Comme quoi, il existe des groupes taillés pour la scène, et d'autres qui, sortis des studios, sont incapables de prouver quoi que ce soit. Avec un certain penchant pour Down, les lillois nous livrent un set fougueux, avec pas mal de touches à la Pantera ou...Headcharger. Les influences Stoner font un bien fou, et les Human Jail nous montrent qu'ils sont de logiques guests ce soir. Avec un meilleur son que ce que les maubeugeois ont précédemment connu, H.J profite d'un public qui commence tout doucement à se rapprocher de la scène, et le groupe semble d'ailleurs de plus en plus motivé et son aisance sur scène s'accroit de morceau en morceau, vec notamment un Max qui se démène. Une excellente surprise donc, et un groupe à revoir pour confirmer cette très belle impression,


 



 


Le clou du spectacle arrive enfin. HEADCHARGER monte sur scène, et les 40 pélerins présents ce soir se rapproche de la scène, leur réservant un accueil assez timide. Très peu de monde donc pour cette belle affiche, mais avec un concert à Mons (Belgique), à 30 minutes de là, le lendemain, on peut y voir une excuse... C'est sur "Up To You" que s'ouvre cette dernière partie, et il ne nous faut que quelques secondes pour comprendre qu'en dépit d'un public peu fourni, Headcharger va jouer le jeu à fond et va donner tout ce qu'il a pour passer une soirée exceptionnelle. Séb est intenable, comme à son habitude avec ses mimiques complètement déjantées, et use de son charisme pour haranguer le public d'innombrable "Venez-Venez-Venez !!!", ce qui a au moins le mérite d'en réveiller certains, et de motiver ceux qui ne demandent qu'à s'amuser.


 



 


C'est avec le sourire aux lèvres que le groupe enchaîne avec "Without A Nation" et le sourire est contagieux, tant le public semble apprécier ces premières minutes de show, surtout quand le son s'avère plutôt bon. Quelques titres plus tard, après des riffs ravageurs, une prestation exceptionnelle et un jeu de scène bien travaillé, le groupe nous propose de faire un petit flashback, en rendant hommage à Led Zep, reprenant "Comunication Breakdown", qui aura fait mouche auprès des spectateurs trentenaires et quadragénaires, mais également chez les plus jeunes. On se rapproche alors tout doucement de la fin, et Headcharger nous annonce qu'il n'y aura pas de rappel, prétextant que "ça nous fait chier, et ça vous fait chier aussi, alors donnez tout sur ce dernier morceau". Je me dis que c'est donc "You Wanna Dance..." qui arrive, mais c'est en fait "Intoxicated" qui commence et le public, pensant la fin arriver, se bougera un peu plus et il y aura davantage de mouvements en bordure de scène.


 



 


Le concert se termine par l'indispensable "You Wanna Dance You Gotta Pay The Band", qui conclut cette soirée de fort belle manière, avec un set parfait, et qui vient prouver que la scène française est tout simplement en très grande forme et n'a rien à envier aux autres pays. Headcharger est un de ces groupes qui vous prouvent que les concerts metal sont toujours de grands moments festifs. C'est indéniablement un groupe, et un style, à voir sur scène pour être davantage apprécié, et qui mérite d'être fréquemment cité quand on parle des grands noms du metal français.


 



 


Cette soirée se referme et les refrains des morceaux festifs de Headcharger resteront longtemps dans pas mal de tête. Merci à l'IgelRock et David pour l'accueil, à Fiston pour l'organisation et aux groupes pour leur prestation.



no images were found