CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


2ND TOUR FALLENFEST 2011 - PARIS
Avec : PANDA, TW!AM, BOZE AND THE GOLDEN BEES, OTIUM, CRUSHED CASE, X-TAZYK, ROBIDEND, AROVIDIA
Date du concert : 02-04-2011
Lieu : La boule noire - [ 75 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.fallenfest.com/
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 12 avril 2011 - Chroniqueur : Ssly69 - Photographe : Ssly69


A l'occasion du second tour du Fallenfest, j'ai pris la direction de la Boule noire afin d'assister à une soirée qui sur le papier parait bien alléchante. Et pour cause, cette soirée est annoncée comme étant dédiée au Rock/Metal/Alternatif, rien que ça... Tandis qu'une autre partie du festival prend place au Batofar sous le signe du Metal/Punk/Rock qui aurait tout autant pu me séduire.


 


L'installation se fait rapidement pour AROVIDIA qui sera le 1er groupe à se présenter à nous ce soir. La moyenne d'âge des membres du groupe laisse songeur, si bien que l'on est rapidement étonné en les voyant jouer. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, leur jeu de scène est déjà bien affirmé, qui plus est leur style de jeu est vraiment prenant. On sent souvent poindre leurs influences, très axées sur le hard rock, sans que cela devienne génant, leurs compo ayant réellement une touche personnelle. A aucun moment on à l'impression que le groupe ne cherche à reproduire quoi que ce soit. Ils savent déjà bien occuper la scène et communiquent continuellement avec le public, en somme, je me permets de dire que ce groupe a déjà de forts atouts, comprenant aussi leur jeu de scène, là encore ils ont une certaine aisance qui se ressent sur leur public qui semble grandement apprécier le moment.


 



 


Changement de style radical suite à la mise en place de ROBIBEND, ça reste rock, mais déjà moins violent comme le laisse penser la guitare seche du chanteur. Personnellement, les chansons en français me parlent peu, ce qui ne semble pas être le cas des jeunes demoiselles du 1er rang. Le répertoire du groupe est finalement trop "pop" à mon goût. Le jeu est bon, mais manque d'un bon coup d'energie pour me séduire. Le trio semble avoir du mal à remplir l'espace, et même si le chanteur semble à l'aise avec son public, le bassiste et le batteur se font plutôt timides. Ceci étant, le public semble quand même ravi, et je dois admettre que tout au long de leur passage leur jeu reste de bonne qualité.


 



 


Retour au style qui nous est plus cher avec X-TAZYK, ces derniers ayant eu des débuts dans un style punk se sont finalement penchés vers le métal. Certaines de leurs compos me laissent enthousiaste, mais me font vite retomber, j'en trouve certaines répétitives, et les influences annoncées par le groupe telles que Rammstein ou Metallica ne se font pas vraiment ressentir. On aura finalement un mélange de heavy métal et d'epic metal avec une voix très claire (trop à mon goût.). La scène n'est pas utilisée à son maximum, même si le chanteur reste énergique, accompagné (surtout pour le dernier morceau) du guitariste, le groupe reste partagé entre action et stagnation. Le bassiste se fait timide et passe son temps en retrait aux cotés du claviériste. Le batteur quant à lui semble par se déchaîner tout du long et prendre vraiment plaisir à jouer. Au final mon impression restera mitigée vis-à-vis de ce groupe, en espérant qu'ils arrivent à évoluer dans le bon sens.


 



 


La suite sera laissée à CRUSHED CASE dans un genre rock alternatif, les premiers accords ont de quoi séduire, encore une fois le son est très pop, bien que suffisament cadencé pour être accrocheur. Visuellement le style vestimentaire du groupe me fait trop penser aux jeunesses parisiennes qui se massent en boite de nuit, finalement la musique me laisse une impréssion de détachement, c'est propre et sans bavures, mais l'aspect pop-rock me semble avoir été revisité sous de nombreux aspect, et rares sont les groupes qui arrivent à sortir du lot. Cette impréssion est confortée par le fait que le groupe n'interagit que très peu avec le public, qui semble tout de même apprécier le show. Pour ma part, je n'accroche pas vraiment, mais je reste impatient de voir la suite.


 



 


Et la suite me semble rapidement plus plaisante. Je me réjouis à la vue des membres d'OTIUM montant sur scène. Le groupe se présente dos au public avec une courte intro qui me fait de suite penser à du rock psyché, ce groupe, bien qu'affichant un style metal/fusion fait en effet entrer dans ses titres un peu de tout, avec entre autres une touche de hardcore. Ce style nous semble à juste titre introduit par le bassiste, ce qui correspond aussi bien à son style qu'à l'énergie qu'il arrive à dépenser sur scène. Les autres membres du groupe savent eux aussi mettre leur touche dans ce mélange de genres plutôt réussi, et ne restent pas cantonnés à leurs micros notamment en faisant participer le public. Là encore ce dernier apprécie et arrive à le montrer...


 




 


C'est avec un rock plus classique que nous apparaît BOZE AND THE GOLDEN BEES, ici on sent rapidement dans le jeu la maturité du groupe, une aisance scénique qui était encore peu présente ce soir. Le groupe communique peu avec le public, mais leur style enjoué palliera très bien ce défaut, bien que leur style ne parte ni dans la vitesse d'execution, ou encore un dans son lourd, je dois admettre que je me laisse entrainer par les riffs bien placés et la voix du chanteur qui n'éprouve aucune difficulté dans un chant en anglais qui ne présente pas le moindre défaut. Force est d'admettre que ce groupe sait tirer parti de ses influences dans le rock de la grande époque.


 




 


C'est au tour de THE WAY I AM (TW!Am) de monter sur les planches de la boule noire, pour l'avant dernier passage de la soirée. Ce groupe que l'on peut qualifier de metal alternatif me fait rapidement penser au style de Guano Apes, principalement dans certaines intonations de voix, en dehors de celà, le groupe semble créatif, et tout de suite la musique est très prenante. Pas de place à l'impro pour ce groupe qui à tout pour séduire, avec surtout un son fort et clair. Là aussi le jeu de scène et la proximité avec le public ont un rôle prédominant, il y a vraiment de quoi se réjouir. Dans ces conditions, ce sera finalement une bonne surprise que je ne peux que vous conseiller de découvrir.


 




 


Le final de ce soir nous sera offert par PANDA, formation qui suite à l'écoute de leur Myspace ne m'avait pas réellement enthousiasmé. C'est donc avec grand étonnement que dès les premiers accords me vient l'envie de bouger. Leur style très énergique est en effet loin de ce à quoi je m'attendais, et ce pour mon plus grand plaisir. De ce point de vue ce n'est pas l'assistance qui viendra me contredire, le son est aux petits oignions, il ne nous reste plus qu'à en profiter. Les membres du groupes semblent plus déchainés les uns que les autres, le chanteur ne cesse de sauter dans tous les sens (sans pour autant que son chant en patisse), là aussi je ne peux que vous conseiller d'aller les voir si vous en avez l'occasion, d'autant plus qu'ils sont passés de justesse à la prochaine étape du tremplin.


 




 


Ce genre d'évènements est toujours l'occasion de faire des découvertes (plus ou moins à nos goûts), le mode de sélection des groupes peut parfois paraitre obscur, voir selon certains injuste. Je ne me prononcerai pas à ce sujet, les gens étant libres de voter pour ce qui les aura le plus séduit, ou tout simplement d'apporter un soutien à des personnes qu'ils apprécient. Pour ma part cette soirée aura été une occasion de découvrir un peu plus la scène locale, qui semble particulièrement fournie, au point qu'il est difficile de voir tout ce qui se fait. Je resterai déçu que certains groupes n'aient pas été sélectionnés, mais je ne doute pas d'avoir d'autres occasions de les revoir dans les petites salles parisiennes, du moins dans un premier temps...



no images were found