CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


KLONE - ROUBAIX
Avec : KLONE, GENERAL LEE, SIX DAYS AFTER
Date du concert : 07-04-2011
Lieu : Hôtel de la Musique 5 - [ 59 ]
Affluence : 80
Contact organisateur :
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 14 avril 2011 - Chroniqueur : borgir62 - Photographe : Borgir62


A la veille de son European Tour avec King's X, KLONE faisait une halte à Roubaix, pour donner un concert à l'Hôtel de la Musique 5, accompagné de Six Days After et General Lee. En dépit d'une tournée marathon de 17 dates du 08/04 au 01/05, les Poitevins trouvent quand même le temps de venir nous saluer, avec peut être en tête l'accueil reçu le 08/10/10, date de leur dernier passage sur la métropole lilloise (La Chimère).


 


SIX DAYS AFTER avait donc l'honneur d'ouvrir pour un groupe dont la réputation ne cesse de grandir, avec comme point d'orgue une participation au Hellfest (Mainstage). Pas très porté sur le rock screamo, je n'étais pas des plus motivés à l'idée de voir les lillois sur la scène de l'HDLM. Je laisse néanmoins mon scepticisme de côté et quitte alors le stand de merch et rejoins le public. A l'aise sur scène, le quatuor maîtrise bien son sujet, et bénéficie de l'appui d'une partie du public, qui, visiblement, ne découvrait pas vraiment ces jeunes gens. Avec un son réglé à l'origine par Seb de Lumberjack Feedback, qui a quand même l'habitude de faire les balances, on pouvait s'attendre à quelque chose de bien rodé, bien en place... Mais en un rien de temps, l'ingénieur son dépêché par Six Days After aura réussi à en décevoir plus d'un. Un son qui s'il n'est pas catastrophique, ne restera pas parmi les succès de cette belle soirée. En effet, on s'est trop souvent retrouvé avec un son à la limite du supportable, tant les graves étaient présents, mais n'étaient jamais accompagnés des aigus. Néanmoins, le chant restera lui parfaitement audible, que ce soit les screams ou les parties beaucoup plus calmes, et on aura eu tout le loisir d'apprécier les moments un peu plus rentre-dedans, lors desquels on pourra se rendre compte du potentiel possédé par le chanteur, et ce en dépit d'un chant clair pas toujours très juste. L'essentiel est là, Six Days After nous aura proposé une assez bonne première partie, et avec un son qui aurait du être plus juste, il ne fait nul doute qu'ils auraient pu être davantage qu'une petite surprise...


 



 


On passe à un échelon supérieur avec GENERAL LEE, qui possède déjà beaucoup plus d'expérience que le précédent groupe. Fondé en 2002, les Béthunois possèdent déjà une solide expérience de la scène et l'ont notamment partagé avec Cult Of Luna, Misery Index ou Baroness. De ces expériences passées, le groupe en a tiré bon nombres d'enseignements, notamment dans ses prestations scéniques, ce qui se traduit par un chanteur intenable ou un claviériste très mobile. Parlons justement du synthé, seule mauvaise note de la prestation du groupe. Le show démarre alors que je suis encore au merch, j'écoute de loin les premières notes, et tout sonne bien. Très bien même. Les guitares sont bien réglées, le chant est juste, la batterie envoie et la ligne de basse tient la route. Quelle ne fut pas ma surprise quand, au moment de rentrer en salle, je m'aperçois de la présence d'un synthé qui, même au sein de la salle de concert, peinait à se faire entendre. C'est d'autant plus dommage que le reste est on ne peut plus juste. General Lee nous propose un show bien carré, le mélange post hardcore/apocalyptique impressionne et Arnaud se donne sans compter. Dans le public, on en voit quelques uns headbanguer et le groupe bénéficie d'un bon accueil. Il n'en fallait pas moins pour aborder dans de bonnes conditions la tête d'affiche.


 



 


Accompagné de Nico Amosse, guitariste de Trepalim, remplaçant Michael Moreau qui sera bientôt papa, KLONE foule enfin la scène. Place au spectacle. Pour ceux qui n'ont pas eu la chance de les avoir déjà vu en live, et qui avait pu écouter les précédents opus des Poitevins, dont l'exceptionnel "Black Days", la grande question est: "Yann Ligner est-il capable d'impressionner la salle avec une voix bien particulière ?" Pour les autres, aucune attente particulière, si ce n'est en prendre plein les oreilles avec un show qui sera sans aucun doute excellent. Il ne faudra alors que le premier couplet de "Rite Of Passage" pour convaincre les sceptiques. La puissance du chant de Yann est impressionnante et les émotions qui s'en dégagent vous prennent au ventre.


 



 


Tout comme leur dernier passage, Klone nous propose de revisiter principalement le dernier opus "Black Days", agrémenté ça et là et de morceaux issus de "All Seeing Eyes", tels que "Promises" et "Empire Of Shame". On notera la présence de "Immaculate Desire", dont le clip devrait voir le jour sous peu, et le tube "Give Up The Rest", qui sera vraiment le meilleur morceau de la soirée, joué à la perfection. Sur scène, le groupe se fait plaisir, avec un Yann qui se balade au sein du public, un Florent qui impressionne derrière les fûts ou Guillaume qui viendra souvent se mettre en bordure de la scène afin de prendre la température du public. Aux samples et au sax, Matthieu est concentré et alterne entre ses instruments sans fausse note, même si on pourra regretter le fait qu'on ne l'entendra pas toujours, caché par les martellements frénétiques de Florent, notamment sur "Spiral Down". Enfin, Nico et Jean Etienne (chanteur de MISS BURTON) sont un poil plus en retrait, la scène n'aidant pas des plus larges, mais on les voit tout de même headbanguer ou jouer avec le sourire.


 



 


Le public apprécie et semble prendre une grosse claque, face à un groupe qui pourra partir en Angleterre avec la satisfaction du travail bien fait. Klone a su relever un challenge qui n'était pas des plus aisés, à savoir convier et satisfaire un public un jeudi soir, alors que ces derniers temps sont marqués par la présence d'un public exigeant (trop ?) et qui boude certains gros concerts. Cette soirée se termine donc sous les applaudissements et les spectateurs mettront beaucoup de temps à quitter les lieux, félicitant les membres du groupe et les attendant au merch.


 



 


Le temps pour moi de remercier Céline, organisatrice de cette excellente soirée, les groupes et de souhaiter bonne chance aux Klone pour leur tournée britannique et il est déjà temps de rentrer, avec les morceaux de "Black Days" qui trottent dans mon esprit. Merci également à l'HDLM, ses bénévoles ainsi qu'au public qui a su se bouger.



no images were found