CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


RED MOURNING - LILLE
Avec : RED MOURNING, EMBRACE YOUR PUNISHMENT, BEYOND THE HATRED, DISORDER, WIND'S LAST BLOW
Date du concert : 09-04-2011
Lieu : Le Select - [ 59 ]
Affluence : 40
Contact organisateur :
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 17 avril 2011 - Chroniqueur : borgir62 - Photographe : Borgir62


Alors qu'à deux pas de là La Chimère accueille un festival Hardcore avec en tête d'affiche Alea Jacta Est, c'est au Select que mes pas me guident, davantage intéressé par le concert de RED MOURNING que je n'avais encore jamais vu, contrairement aux Toulousains précédemment cités. A leurs côtés, 4 groupes, tous issus du Nord. Ce concert était notamment le premier organisé par Céline Eckert dans la métropole lilloise, après avoir oeuvré sur la Côte d'Opale.


 


Le premier groupe, WIND'S LAST BLOW termine son show lorsque j'arrive sur Lille, raison professionnelle oblige, néanmoins à entendre le public sortant fumer quelques cigarettes et descendre les pressions, c'était une bonne introduction à la soirée, donc je me sens obligé de rectifier le tir et d'assister dès que possible à une de leur prestation. C'est ensuite au tour de DISORDER de se présenter face public assez bien garni (rajoutons aux entrées payantes le nombre de musiciens se produisant ce soir et les exonérations) quand on tient compte du concert "rival" qui se déroule à proximité. Les ayant vu la semaine précédente lors d'un concert qui ne m'avait pas impressionné outre mesure, je partais avec un a priori négatif. La forme est bonne, le duo de chanteur maîtrise bien son jeu de scène et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il y a de l'animation ! Néanmoins, les 2 voix ne sont pas des plus complémentaires, et instrumentalement c'est plutôt banal et les morceaux se suivent et se ressemblent beaucoup trop. Pas plus convaincu que la semaine dernière, je me détache progressivement des compositions proposées par Disorder et ne prête attention qu'à leur jeu de scène, qui était selon moi réussi.


 



 


Place à BEYOND THE HATRED. Les Valenciennois proposent un style aux diverses influences, que l'on pourrait englober sous l'étiquette thrash/metalcore. Là encore on dénote un manque flagrant d'originalité, même si on peut saluer la puissance vocale du très chevelu Aurélien. Les changements de rythmes orchestrés par la batterie mettent un peu plus de pêche aux compositions, mais sont lassants par moment, car il aurait été peut être préférable de mettre également en avant les guitares. Pourtant, les riffs sont accrocheurs et là encore, le groupe semble à l'aise sur l'estrade du Select, avec notamment la guitariste Nath qui viendra par exemple jouer au milieu du public. Une nouvelle fois, le public semble prendre beaucoup de plaisir, et l'ambiance commence à être festive, avec quelques pogos se déclenchant ça et là.


 



 


On enchaîne alors avec un groupe qui va impressionner son petit monde: EMBRACE YOUR PUNISHMENT. Après les petits groupes bien sympathiques pour se mettre dans l'ambiance, on va passer à au moins un échelon supérieur, tant les natifs de l'Avesnois vont nous offrir un show parfaitement maîtrisé de bout en bout. Evoluant dans un deathcore avec quelques "Gruiiiikkk", ceux qui répondaient auparavant au nom de C-vice vont lacher tout ce qu'ils ont et, contrairement aux courts extraits présents sur le myspace du groupe, s'affichent avec une technique beaucoup plus brutale et nettement plus technique. L'impression qu'un fossé sépare les 2 extraits du myspace et les morceaux joués ce soir est énorme, tant et si bien que j'en viens à me demander s'il s'agit bien du bon groupe. Le son est, globalement, bon et nous permet de distinguer toutes les facettes de leur musique. Le contact avec le public passe bien et là encore on observera une bonne ambiance, toujours ponctuée de pogos et de headbangs. Chose rare, il ne fait pas une chaleur suffocante dans la salle, ce qui permet au public de bouger davantage qu'à l'accoutumée. De bonne augure avant le final.


 



 


"Pregnant With Promises", dont l'artwork m'a rappelé "Incubation" des Valenciennois de S.U.P (Supuration ou Sphercial Unit Provided, faites votre choix), est le nouveau bébé des parisiens de RED MOURNING. Question originalité, les Parisiens n'ont rien à se reprocher. Evoluant dans un metal dans lequel on pourra remarquer diverses influences musicales telles que le Blues, le Death, le Punk et du Core, on a ici affaire à un subtil mélange des genres, et ce pour notre plus grand plaisir. Après avoir lu la chronique présente sur votre webzine (et d'autres, ne soyons pas sectaires), j'étais des plus motivés pour ce soir.


 



 


S'axant autour du dernier album, on assiste à un concert festif, qui appelle au mouvement et l'harmonica, bien que surprenant au départ, apporte cette petite touche un peu plus délurée, qui fait la différence ("One Step Away"). Au chant, Hoog impressionne par sa technique, alternant à merveille le crié et le chanté. Les passages mid tempos permettent de savourer au mieux la prestation de la formation, et les grooves font des ravages et permettent le déclenchement de headbangs dans la foule. Technique, maitrise du style, prestation scénique, communication avec le public, tout y est et ce pour notre plus grand plaisir et même si de prime abord le style peut être déroutant, leur talent nous permet de faire abstraction de ça très rapidement et on en prend alors plein les oreilles.


 



 


Avec un son au rendez-vous, Red Mourning bénéficiait de conditions optimales pour impressionner son petit monde. Tout est juste, parfaitement audible et les morceaux du dernier opus font mouche auprès du public. En une heure de set, les parisiens auront remporté un challenge qui n'était pas gagné d'avance, à savoir conquérir un public avec un savant mélange de metal et de blues. Haut la main !


 



 


Cette soirée s'achève donc sur une excellente surprise, avec un très bon running order puisque, Wind's Last Blow excepté (désolé messieurs, je me rattraperai), la qualité est allée crescendo. Merci donc aux formations présentes ce soir, au public qui aura mis une bonne petite ambiance, et à Céline qui, pour son premier concert lillois, aura réussi son pari.



no images were found