CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


UNLEASH THE HOSTILE TOUR - PARIS
Avec : BENIGHTED, KRONOS, GOROD
Date du concert : 17-04-2011
Lieu : Nouveau Casino - [ 75 ]
Affluence :
Contact organisateur :
Interview :
Pavillon 666 - metal rock webzine Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 29 avril 2011 - Chroniqueur : Hellbangeuse - Photographe : Hellbangeuse


Quoi de mieux qu’un bon concert de Brutal Death pour terminer une semaine riche en émotions metalliques. Pour ce faire, c’est un Nouveau Casino complètement sold-out et débordant d’énergie qui accueille la dernière date du Unleash The Hostile Tour et cette soirée va se révéler digne des plus belles fins de tournées….


 


Une joyeuse ambiance s’est d’ailleurs déjà installée dans la salle lorsque GOROD commence bruyamment son set sur « Earth Pus », nous présentant par la même occasion son nouveau crieur, Julien Deyrez (Zubrowska) et son nouveau guitariste, Nicolas Alberny (Arcania). La troupe est visiblement très en forme ce soir et nous assène son Death Technique teinté de Jazz avec un doigté chirurgical qu’une batterie froide et implacable ne fait qu’élever un peu plus. Et malgré la complexité d’un style qui ne s’assimile pas du premier coup, le public réagit instantanément, à l’image d’un pit déjà en action au sein duquel quelques t-shirt à l’effigie du groupe se baladent furieusement. Le ton est donné, de même qu’un son à la hauteur de nos espérances. L’arrivée de Julien au chant n’a pas bouleversé l’équilibre du groupe et apporte au contraire une touche chaleureuse qui contribue à faire monter la sauce sur scène comme dans la fosse. Les compositions s’égrènent dans la sueur, privilégiant principalement les titres extraits du dernier « Process of a New Decline » recueillant les suffrages positifs d’une audience conquise. Ce soir, le spectacle est autant visuel qu’auditif comme nous le prouve si bien ce charismatique Ben qui n’arrêtera pas de maltraiter sa basse même avec l’arrivée sur scène des petits voyous de BENIGHTED et KRONOS venus barbouiller tout le monde de crème à raser. Un set maîtrisé, réussi et furieux qui ne fait qu’annoncer le reste de la soirée.


 




 


Quelques minutes plus tard, les enragés de KRONOS prennent d’assaut le Nouveau Casino accompagnés de leur tout nouveau chanteur, l’écossais Chris Lewis (Cancerous Womb). Depuis le départ de Kristof en 2009, le groupe semblait quelque peu en stand-by mais avec l’arrivée de cet imposant growleur, la machine est belle est bien repartie. Aidée par un public démarrant une fois encore au quart de tour et investissant la scène à coup de slams incontrôlés, l’ambiance ne faiblit pas d’un poil et la chaleur commence à se faire sérieusement sentir. Décidés à assurer un show exemplaire, les vosgiens nous offrent un son magistral, qui ne tombe jamais dans les aigus et où chaque instrument nous assène brutalement une avalanche de technicité clairement audible. Que demander de plus, quand la fraternité et la bonne humeur sont également au rendez-vous ? L’occasion rêvée pour Julien de GOROD de s’inviter sur scène pour un mémorable featuring sur « Phaeton », où le reste des artistes de la tournée débarquent eux aussi avec des affiches à l’effigie du groupe pour ensuite plonger dans la fosse. Difficile de résister à cette incroyable atmosphère qui tient tout le long du set et à cette musique si brutale et efficace qui en aura rendu plus d’un complètement fou. Du grand art.


 




 


Il est maintenant temps d’accueillir les stéphanois de BENIGHTED qui arrivent tout innocemment sur scène (débardeur rose d’Eric Lombard à l’appui) afin de pouvoir mieux nous corrompre. Le set démarre très fort avec « Prey » extrait du tout nouvel album « Asylum Cave ». Complexité et puissance seront donc les maîtres mots de ce show comme nous le prouve la polyvalence et la maîtrise de Julien Truchant qui alterne à merveille les growls porcins et classiques. La patte du groupe est toujours aussi reconnaissable avec son groove omniprésent alors qu’on nage pourtant en plein massacre. Julien s’en amuse d’ailleurs avec l’audience annonçant les morceaux les plus « délicats » avec beaucoup d’ironie et incitant son public à laisser quelques bouts de cerveau en offrande aux murs de la salle. La fosse ne se fait d’ailleurs pas prier et s’en donne à cœur joie dans un pit assoiffé de sang. Du côté de la set-list, l’accent est largement mis sur le dernier « Asylum Cave » dont la moitié des titres passent ce soir allègrement aux fourneaux, nous prouvant par la même occasion être véritablement taillés pour le live. Les classiques de BENIGHTED ne sont pas oubliés pour autant et les brûlots que sont «Nemesis », «Grind Wit » et « Fœtus » remportent toujours un franc succès sur scène, grâce à un son qui se révèle une fois encore à la hauteur de nos plus folles espérances. Pour assurer l’ambiance, les compères ont prévu tout un tas de bêtises dont la première consiste à faire venir chanter Chris Lewis en caleçon bien gonflé pour un mémorable « Forsaken ». Les membres de KRONOS et GOROD viennent également animer la fête, jeter quelques poignées de bonbons sur le public, manger un ou deux croissants assis en tailleur au milieu de la scène et y déambuler ensuite comme des enfants excités. Un pur régal, qui se termine en apothéose sur la puissante reprise de « I Will Be Heard » d’Hatebreed, où toute la salle s’époumone joyeusement en chœur histoire de s’arracher les cordes vocales une bonne fois pour toutes.


 




 


Après cette décharge électrique, il ne nous reste plus qu’à sécher nos larmes et espérer revivre rapidement une si belle soirée. Cette dernière date du Unleash The Hostile Tour est une totale réussite, un coup de cœur absolu derrière lequel se cache l’essence même de ce qu’est véritablement la musique et le Metal en particulier. Merci aux groupes, à la salle et Base Productions de nous avoir servi sur un plateau d’argent ce bonheur à l’état pur.



no images were found