CHRONIQUES DE CONCERTS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


SAXON World Tour 2011 - BORDEAUX
Avec : SAXON, CRIMES OF PASSION, VANDERBUYST
Date du concert : 11-05-2011
Lieu : Rock School Barbey - [ 33 ]
Affluence : NC
Contact organisateur : http://www.base-productions.com
Interview :
 Pavillon 666 - metal rock webzine  
Date de la chronique : 17 mai 2011 - Chroniqueur : Bodomania - Photographe : Bodomania


Nous n'avions pas revu les monstres du Heavy à Bordeaux depuis longtemps… 2002, me semble-t-il… Il était donc grand temps de les faire revenir parmi nous. Mais une question se pose. SAXON a-t-il toujours autant la forme en cette année 2011? Nous allons très vite le savoir, car les retrouvailles organisées par "Base Production" sont prévues pour ce soir. Loin de tenir la chandelle, VANDERBUYST et CRIMES OF PASSION seront également là pour nous balancer un bon coup d'Hard Rock et de Heavy Metal, histoire de prolonger le plaisir de l'attente...


 


Et il valait mieux arriver tôt en ce mercredi soir à Barbey, car une fois là-bas, la foule est déjà dans la salle. Les lumières se rallument... le set de VANDERBUYST vient tout juste de se terminer. Quel dommage, voilà ce qui sera la seule véritable déception de la soirée. Mais une petite présentation s’impose tout de même. Le trio originaire des Pays-Bas était venu défendre leur premier album éponyme sorti l'an dernier. Au vu des échos reçus, leur style Hard Rock 70’s/80's mêlé au Rock classique a apparemment remporté l'unanimité. Avec une énergie folle et une bonne exécution de jeu, les quelques titres distillés ont bien réchauffé l'atmosphère. Une prestation courte mais efficace à laquelle je n'aurais malheureusement pas pu assister…


 


Mais l'efficacité règne aussi côté coulisse, c'est dans un timing millimétré que les changements de plateau s'effectueront. Le deuxième groupe ne tarde pas à arriver. Il s'agit de CRIMES OF PASSION, qui compte à son actif un album au nom bien choisi pour débuter, "RIP". Fondé pourtant il y a à peine six ans, le style du groupe nous ramènera quelques décennies en arrière. Seulement au-delà du genre musical, ce qui relie les artistes de la soirée c'est également cette grosse énergie, la troupe va donc nous en faire la démonstration. L'excitation est palpable, même si l'un des guitaristes, Charles, est concentré et beaucoup moins démonstratif. Mais les autres se chargeront de l’animation… Simon, le bassiste torse nu ne cesse de sautiller entre deux backing vocals, Harry multiplie les déplacements et atterrit régulièrement sur les retours avec ses six cordes, Kev arbore un sourire qu'il ne lâchera pas tout en maltraitant ses baguettes. Et clou du spectacle, semblant sortir tout droit des années 80, le frontman à beau être le doyen de la formation, il assure pourtant le show avec une vivacité débordante. Comme le nom du groupe l'indique, la passion semble être un de leur moteur, alors le jeu scénique de Dale s’en ressent. Il apparaitra peut-être un trop expansif, voir caricatural pour beaucoup, mais une partie du public, lui-même très réactif, semble apprécier cette exubérance rock'n'roll. Une chanson sera d'ailleurs dédiée à une partie de la salle, plus exactement aux demoiselles présentes dans les rangs. Alors, une multitude de "for you" distribué par le chanteur au bandana s'abattra tour à tour pendant une petite ballade Heavy Rock. Cliché? D’une autre époque ? Oui. Mais, qui a dit qu’un flash-back était forcément une mauvaise chose. Sans être grandement originaux, les britanniques reprendront les ingrédients propres au genre avec une assez bonne maîtrise. Mettant l'ambiance avec des compositions très rythmées agrémentées par quelques rythmiques plus agressives, des soli mélodiques, ainsi que des refrains fédérateurs scandés par Dale. Quoi qu’il en soit, ce set frais et généreux aura tout de même été en accord avec l'aura de cette soirée: Plaisir et Nostalgie...


 





 


Il est l'heure de faire place à SAXON, mais pas avant d'avoir fait un petit tour au bar ou au merchandising, pour s’approvisionner avant l’arrivée d’un des membres de la célèbre NWOBHM. La "Rock School Barbey" est quasiment remplie ce soir, les spectateurs bordelais se déplaçant de manière très aléatoire aux concerts, ce succès est donc une bonne surprise. Et en plus d'être nombreux, plusieurs générations aussi animées, se mêlent... A 22h, la salle est aussi chargée dans les gradins que dans la fosse, tout le monde est à son poste, prêt à recevoir une leçon de scène par un groupe à la longévité exemplaire. En avant pour la cure de jouvence...


 


C'est sous une pluie d'applaudissements donnée par un public enthousiaste (et déjà conquis) que déboule la bande à Biff. Avec "Hammer Of The Gods", un avant-goût de leur dernier album nous attend en ouverture. Mais avec la set-list qu'ils nous ont concocté, on s'apprête à voyager à travers les époques, alors les extraits de "Call To Arms" se compteront sur les doigts d'une main. En quelques minutes nous replongeons 21 ans en arrière avec les lignes enragées du célèbre "Heavy Metal Thunder", repris en chœur par la foule. Au vu des retours, ce titre très attendu est encore plus puissant aujourd'hui. Mais il ne sera pas le seul morceau intemporel, "Never Surrender" et "Motorcycle Man" surgissent déjà. Une prestation qui commence bien, d'autant plus que le groupe comme les spectateurs respirent la grande forme. Egal à lui-même, plein d'assurance et de dérision, le charismatique Mr Byford n'aura pas besoin de faire grand chose pour enrôler les fans. Même pendant sa petite bafouille lors de la présentation d'un nouveau titre, qui déclenchera aussitôt un fou rire général. Les autres musiciens ne sont pas en reste, entre Nibbs Carter, le bassiste survolté qui ne cesse d'interagir avec le public, la force tranquille et les guitares multiples de Paul Quinn, ou encore les démonstrations solistiques exécutées par Doug Scarrat en direction des jeunes demoiselles présentes dans la fosse… (Vu!) En parlant de séquence séduction, quelques minutes après le si bien nommé "I've Got to Rock (To Stay Alive)", c'est justement une ballade qui nous attend, avec le titre éponyme de leur dernière sortie. Sûrement du au fait que ces morceaux plus récents sont encore méconnus (la date de sortie étant prévue pour la fin du mois), ils ne remporteront pas autant d'engouement. Mais après une telle carrière, ce n'est pas les tubes qui manquent... "Solid Ball Of Rock" comblera l'assistance. Les rythmiques thrashisantes de "Man and Machine", l'atmosphère plus lourde de "The Eagle Has Land" ou encore le refrain de "Play It Loud" aussi mémorisable et efficace que les autres (tout étant dans le titre, en même temps), serviront de prétexte à un déchainement des bordelais. Biff fera monter la pression un peu plus encore en faisant appel au public pendant le refrain de "Denim And Leather". Son successeur "Princess Of the Night" viendra conclure ce long set par des notes cultissimes, accueillies comme il se doit par un public surexcité et nullement rassasié... Après un tambourinage intensif provenant de la salle, les membres de SAXON remontent sur scène pour le rappel. Enfin, les rappels, car nous retrouverons tout d'abord "Crusader" et "747 Strangers in The Night" comme deuxième attaque. Mais il en faudra bien plus pour achever les l'assistance. Re-départ du groupe, Re-"Ho Ho Ho HoHo", (re)venue de Nibbs Carter pour un petit solo de basse, histoire de chauffer la salle (chose qu'il sait parfaitement faire). Et l'arrivée de "Strong Arm Of The Law". Doug Scarrat se chargera de la suite, nous apportant à son tour un court solo avant d'entamer l'ultime offrande qui sent bon le bitume, je veux bien sur parler de "Wheels Of Steel". Presque deux heures de show et la générosité et l'énergie sont encore là. Le salut sera évidemment plus qu'applaudi et c'est le sourire aux lèvres que les membres de SAXON quittent définitivement la salle.


 





 


Un bon retour aux sources organisé par "Base Production", un public bordelais qui aura répondu présent, des premières parties dynamiques et généreuses, et enfin, une tête d'affiche qui aura tenu toutes ses promesses. Après toutes ces années, SAXON nous montre qu'il a encore de l'énergie à revendre, en restant encore bel et bien un groupe de scène. Aussi sympathiques que charismatiques, les musiciens ont été à la hauteur de leur réputation. Une belle soirée rock'n'roll, riche en flash-back...


 


SET-LIST SAXON


 


_ Intro / Hammer Of The Gods


_ Heavy Metal Thunder


_ Never Surrender


_ Motorcycle Man


_ Back in ’79


_ I've Got to Rock (To Stay Alive)


_ Dallas 1 PM


_ Call To Arms


_ Solid Ball Of Rock


_ Demon Sweeney Todd


_ And The Bands Played On


_ Man and Machine


_ The Eagle Has Landed


_ Play It Loud


_ When Doomsday Comes (Hybrid Theory)


_ Denim And Leather


_ Princess Of The Night


 


Rappel:


_ Crusader


_ 747 Strangers in the Night


 


Rappel 2:


_ Bass Solo


_ Strong Arm of the Law


_ Guitar Solo (par Doug Scarrat)


_ Wheels of Steel



no images were found