INTERVIEWS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES INTERVIEWS
>
LOFOFORA
Chronique liée
Lien du Groupe https://www.facebook.com/Lofofora?fref=ts
Audio / Video
Mise en ligne le : 17 janvier 2015  | Intervieweur : Maulny77 | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
Rencontre avec Reuno entre la balance et le show au Bring The Noise 2015, un échange rempli d'humour et de rires.

01/ Salut Reuno, Peux tu revenir sur l'accueil reçu pour "L'Epreuve du Contraire", quel est ton ressenti?

Je trouve qu'il est réussi toute humilité gardée, il est logique qu'avec le temps tu arrives à mettre sur le disque tout ce que tu as dans la tête car tu maitrises un peu plus tout le processus.
Les gars qui nous suivent depuis longtemps disent que c'est un bon disque de Lofo.


02/ Varié, parcourant un large panel de Lofo, le travail de composition a-t-il été murement calculé ou est-ce une collection de titres issus du fruit du hasard?

C'est sorti comme ça... Notre musique est faite à l'instant, sur l'humeur du moment. Les copains de la technique ayant écoutés l'album avant d'être masterisé ont trouvé qu'il représentait un tour d'horizon de tout ce que Lofo à fait auparavant.


03/ La tournée est engagée avec déjà quelques dates de réalisées, quelles sont les affluences et ambiance générales?

Cela se passe plutôt bien malgré certaines fréquentations en retrait due à la crise. Bien que le groupe soit relativement ancien, on a la chance que le public se renouvelle quand même. On peut constater que les anciens continuent de nous soutenir et que les jeunes viennent à leur tour.


04/ Engagés, vous ne mâchez pas vos mots. Lofofora reste ancré sur ses textes pertinents, qu'est ce qui te motive ou révolte à l'heure actuelle?

On a que l'embarras du choix. J'imaginais qu'avec le temps que j'allais m'assagir, prendre les choses avec plus de philosophie. Mon pire ennemi est l'ennui, la routine...


05/ 20 ans après le premier album de Lofo, quel bilan en tires tu? N'as tu pas la sensation d'avoir été des précurseurs, d'avoir ouvert la route pour une multitude de formations?

Franchement, je ne vais pas faire de fausses modesties dans le fait qu'en mélangeant des influences musicales metal portées par des textes en français, on a pas mal débroussaillé le terrain, même si l'on était pas les premiers.
A nos débuts, on nous classait comme les digne héritiers des Béru et de Trust parce qu'il n'y avait pas grand monde auparavant qui avait eu des propos virulents en français.


06/ Que peux tu nous dire des deux groupes qui accompagnent Lofo ce soir?

C'est la concurrence, ça fait chier... On leur a tout appris et maintenant ils veulent se mesurer à nous.
On va leur mettre la peignée.
C'est des copains, Aqme on les a vu naitre et Tagada Jones sont nos bretons préférés.


07/ Schultz nous a quitté en septembre, quel est l'avenir du Bal?

A ce jour, nous n'en avons pas parlé entre membres de Lofo. L'actualité est de faire les deux dates hommages à l'initiative de Nico (Tagada Jones)... Ce n'est pas encore digéré et de ce fait pas encore à l'ordre du jour.


08/ Qu'est ce que t'évoque le Bring The Noise?

Quand on était jeune et ado, il n'y avait pas beaucoup de musiques musclées sur les médias à l'époque à quelques rares exceptions près. Aujourd'hui, on a 25 chaines et ce guère mieux, il n'y a pas plus de place à la création. C'est bien d'avoir un espace comme Bring the noise et Oui FM où l'on peut envoyer la purée avec une musique burnée.
C'est tout à leur honneur.



original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock