INTERVIEWS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES INTERVIEWS
>
WOLVE
Chronique liée
Lien du Groupe https://www.facebook.com/wolveofficial
Audio / Video
Mise en ligne le : 27 avril 2015  | Intervieweur : Maulny77 | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
Entretien téléphonique avec Alexandre Aguilera (guitare), le musicien revient sur la genèse de "Sleepwalker"


01 - Sans être original, peux tu nous présenter le groupe?

Tout est parti du cerveau de Julien Sournac, le leader du groupe, il est à créer la globalité de l'album. Etant en école de musique, il avait envie de créer sa propre musique. Sans vouloir au départ sortir d'opus, c'est parti d'un besoin d'expression. Julien a mis quatre ans à composer "Sleepwalker". Trouvant que cela sonnait bien, et ayant des retours positifs de son entourage, il a décidé de constituer un line-up pour la scène. La situation n'a pas été aussi simple que prévu car le projet a connu plusieurs changements de musiciens. Au bout d'un an on commence à avoir une formation stable.


02 - Quelles sont vos influences respectives?

La référence principale dont tous les membres adhérent est Tool, Julien et moi apprécions , le rock alternatif de années 90, The Smashing Pumpkins, Pearl Jam...nos gouts musicaux sont assez éclectiques, ils vont de la soul au rap en passant par le jazz.


03 - Evoluant dans un domaine prog incluant des diversités musicales telles que le jazz, le metal; l'atmosphérique... comment fait on pour inclure tant de variétés dans un morceau tout en maintenant une certaine fluidité?

C'est arrivé un peu naturellement, Julien avait une idée très aboutie de souhaitait obtenir à la fin mais de façon très imagée. Tout a été une question de feeling, il a maquetté de nombreuses fois et n'a pas hésité à revenir en arrière. Julien est très perfectionniste et a passé beaucoup de temps sur ce travail de composition.


04 - Dense et riche en diversité, vos titres peuvent ils être décomposer en plusieurs pièces, est-ce un choix volontaire permettant de conserver l'intérêt de l'auditeur?

Chaque partie est vraiment une pièce différente qui raconte une partie de l'histoire. Tout l'ensemble porte sur un thème commun dans trois ambiances différentes. Cassiah dégage une atmosphère plutôt terrestre, Ocean traite de tout ce qui est autour de l'eau et Colors Colapse est très spatial. De ca fait, il était difficile de dissocier ou de morceler les parties, il y avait un frais parti pris de conserver les chansons ainsi.


05 - Quel est le concept établi autour de l'album?

Le thème tourne autour du Sleepwalker, la personne qui va voyager tout au long de l'album. Il va voyager dans différents espaces, qui va finalement revenir à son point de départ.


06 - Le Sleepwalker est il créer car dans ce monde effrayant nous avons besoin d'une part de rêve dans la vie pour évoluer? A-t-il une vision cauchemardesque de la vie?

Le thème est assez sombre, le sujet principal est la mort et comment on peut renaitre. On a laisser l'auditeur faire sa propre interprétation, faire son propre voyage. Chaque musicien du groupe a un peu sa vision du voyage, le concept laisse une part d'imagination laissant à chacun voir ce qu'il souhaite.


07 - Qui est en charge de la production?

Julien s'est fait assisté d'ami, Brice Chandler, pour cet aspect. Ils ont enregistré dans un studio en Normandie puis chez eux à Paris. Mais Julien a vraiment tout gérer dans sa globalité. Il a sollicité Andy Vandette (Dream Theater, Rush, Porcupine Tree...) pour le mastering qui a accepté la demande.


08 - L'album est disponible sur Bandcamp, pourquoi cette démarche?


L'album a été un plaisir pour Julien lors de sa création, de ce fait il a trouvé ce principe plus simple pour faire adhérer le public au concept. Le mettre gratuitement disponible en digital permet d'avoir plus de lecture, et d'inviter les auditeurs à rejoindre notre univers.


09 - La complexité des morceaux vous permet elle de traiter sur scène l'intégralité de ceux-ci?

Les morceaux sont interprétés pratiquement tous dans leur intégralité à part "Ocean" qui est raccourci car nous n'avons une bonne manière d'aborder sa fin. Il nous semble que la fin n'est pas assez aboutie en live. Les musiciens apportant leurs touches, les morceaux sonnent un peu plus rock en live, les titres sont plus pêchus tout en conservant le coté atmosphérique.


10 - Hormis la promotion de l'album, quelle l'actualité du groupe?

Nous composons le second album, l'objectif est aussi d'organiser une mini tournée en fin d'année 2015. Nous avons déjà une date à Eragny au Covent Garden en Octobre.


11 - Ce prochain album sera-t-il composé de nouveaux titres ou allez vous utiliser des morceaux restés dans vos tiroirs?

On repart de zéro et on constitue de nouveaux morceaux. Julien a des maquettes non utilisées du premier album, mais on a choisi de repartir sur du neuf.




























original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock