INTERVIEWS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES INTERVIEWS
>
VADER
Chronique liée
Lien du Groupe https://www.facebook.com/vader
Audio / Video
Mise en ligne le : 01 avril 2020  | Intervieweur : Chart | Traducteur : Chart

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
1. Comment est-ce que tu vas durant cette période étrange ?

James (Batterie) : Ça va, je vais bien. Je suis en bonne santé, je reste chez moi. Je bois du café. Cela ne concerne pas que moi mais beaucoup de monde. J'ai beaucoup de chance.

2. Est-ce que tu travailles toujours avec le groupe ou est-ce que vous êtes en stand-by ?

Non, tout est en stand-by.

3. Vous avez du annuler des concerts ?

Oui malheureusement nous avons du annuler notre tournée européenne. Nous en sommes désolés mais la santé passe avant tout.

4. En écrivant la chronique de votre nouvel album, j'ai été amusé par son titre, « Solitude In Madness » qui correspond tout à fait à notre période. Quand l'avez-vous choisi ?

C'est très approprié effectivement mais c'est accidentel. Nous l'avons intitulé bien avant que tout cela n'arrive.

5. Quand avez-vous commencé à travailler sur la composition ?

Nous avons commencé à travailler il y a à peu près un an. Nous avons assemblé les structures à peu près en mars 2019. Nous avons terminé les arrangements en studio.

6. Comment s'est passé l'enregistrement ?

Nous n'avons pas travaillé au Hertz Studio cette fois-ci. Nous avons enregistré au Royaume-Uni à Suffok avec Scott ATKINS au Grindstone Studios. Nous étions avec quelqu'un de très différent. Le procédé était quasiment le même mais être avec une personne différente change certaines choses. Scott est très concentré sur la justesse de la performance. Il était très stricte avec tout le monde. Il voulait que l'interprétation soit la meilleure possible. C'est un musicien passionné. Il a été une valeur ajoutée au groupe. La production en elle même est très propre. On peut entendre chaque instrument mais c'est aussi un album rugueux et la manière dont il arrive à ce résultat vient de la manière de jouer. Je pense que d'avoir travaillé avec Scott sur cet album a améliorer beaucoup de choses.

7. Le son de VADER est toutefois respecté c'est pourquoi je pensais que vous aviez enregistré au Hertz Studio.

VADER y a travaillé durant ces 15 dernières années. Il était donc temps de changer un peu. C'est vrai que VADER a sa propre manière de sonner. Peter (chant/guitare) est très pointilleux avec ses riffs. Cela doit être nouveau mais en même temps familier. Cela devait sonner plus frais cette fois. Nous devions prendre quelqu'un qui n'avait pas travaillé avec nous durant ces 15 ans. Nous devions essayer de nouvelles idées d'une manière totalement différente. Cela devait donc être frais tout en étant un album de VADER.

8. Beaucoup de monde enregistre à l'heure actuelle au Hertz Studio. C'est aussi un moyen de se démarquer que d'aller enregistrer ailleurs.

Tu peux l'entendre avec certains groupes qui vont depuis longtemps au Hertz. Les albums deviennent plus ou moins similaires. Il y en a beaucoup qui vont dans ce studio car VADER et BEHEMOTH y ont travaillé. Ils font un très bon travail pour faire quelque chose de différent à chaque fois. Mais c'est toujours les mêmes pièces, les mêmes micros, plus ou moins les mêmes techniques donc avec le temps, il est devient difficile de se renouveler. Ils font tout pour garder de la fraîcheur et ils s'en plutôt sortent bien mais cela sonnera toujours comme on l'a fait. Aux débuts du death metal EARRACHE envoyait ses groupes dans le même studio et après un moment tous les albums sonnaient de la même manière. Je pense qu'il est assez facile d'avoir de la diversité. Je pense aussi que d'ici un moment il y aura le même problème avec Scott. Je vois pas mal de personnes commencer à travailler avec lui. Il fait un travail vraiment excellent mais je pense qu'il est important d'aller voir ailleurs et nouvelles. Cela permet de garder de la fraîcheur pour tout le monde.

9. Est-ce qu'il y a un concept derrière les textes de l'album ?

Habituellement Peter écrit des textes en rapport avec l'actualité. Évidemment, cela n'a rien à voir avec la pandémie actuelle puisque les textes ont été écrits il y a 6 mois. Peter s'est inspiré des différents climats politiques à travers le monde à partir de la période qui commençait avec le dernier album en 2016. Il utilise des images pour illustrer ce qu'il ressent. Il s'agit toujours d'un album de death metal et pas de punk politique. Cela traite de ce qui se passe d'une manière individuelle. Pour en savoir plus, il faudra demander à Peter car je suis là pour donner le rythme.

10. Est-ce que tu sais si Peter est en train d'écrire quelque chose sur la période du moment ou s'il a des idées ?

Non, pas actuellement. Nous étions sensés assurer des concerts. L'album sort toujours en mai. Nous sommes donc concentrés sur la reprogrammation de ce que nous pouvons et sur ce que nous pouvons assurer pour la promotion de cet album. Nous essayons de limiter les dégâts. L'écriture est ce qu'il y a de plus éloigné de nos esprits à l'heure actuelle car nous sommes au point le plus critique dans le cycle. Je suis sûr que cela lui donnera des idées et des inspirations pour le prochain album mais nous avons déjà celui-ci qui doit sortir et que nous devons soutenir. La bonne chose malgré tout c'est que nous sommes à la maison. Nous avons été sur la route depuis longtemps, avant même que « The Empire » ne sorte en 2016. Nous nous sommes arrêtés de tourner pour enregistrer avant de repartir sur la route. Je pense que tout le monde est assez heureux de faire une pause. Cela faisait longtemps que je n'en avais pas pris une. Me reposer et reprendre des forces est une bonne chose.

11. J'ai l'impression que VADER est sur la route depuis... le début !

A peu près oui ! C'est comme ça que VADER a survécu. Certains groupes comme BEHEMOTH ont pu prendre de longs breaks. Mais je ne pense pas que VADER soit ce genre de groupe. VADER est plutôt comme un tank qui ne doit pas s'arrêter de rouler.

12. Oui, un peu comme OBITUARY ou CANNIBAL CORPSE...

Oui, un peu comme MOTORHEAD aussi. Lemmy a tourné quasiment jusqu'à sa mort. Un peu comme SLAYER aussi qui ne s'est jamais vraiment arrêté, sortant des albums régulièrement passant du studio à une tournée. C'est la mentalité du groupe et de Peter. Il ne changera pas ça. Il tournera jusqu'à la fin. Il fait ça depuis le début de VADER et je ne vois pas ce qu'il pourrait faire d'autre sans ça. Je pense qu'il deviendrait fou ! (rires) Je pense que si VADER faisait un long break, ce serait plus difficile de revenir. Le groupe fonctionne d'une manière constante. CANNIBAL CORPSE est de la même génération. TESTAMENT fonctionne à peu près de la même manière. Depuis que SLAYER a décidé de s'arrêter il y a moins de groupes qui prennent la route comme nous le faisons. Ce genre de groupes va manquer.

13. J'ai remarqué que la plupart des morceaux de cet album étaient plutôt courts, pas plus de 3 minutes. Cela donne un album très direct. Est-ce que c'était intentionnel de votre part ?

Ce n'était pas forcément intentionnel de notre part. Les chansons sont arrivées comme ça. Il n'y a rien de plus pénible qu'une chanson qui est plus longue qu'elle ne le devrait.

14. Cela donne un album très compact.

Certaines personnes nous disent qu'il s'agit du timing parfait pour cet album. Nous pourrions faire un album d'une heure ou d'une heure et quart. C'est un point de vue assez commun en ce moment mais cela n'a pas vraiment de sens. Cela revient à privilégier la quantité à la qualité. Donc non, ce n'était pas du tout intentionnel. Les chansons faisaient la bonne durée et les structures sont bien comme ça. Pas la peine d'en rajouter.

15. Oui, je suis tout à fait d'accord. Lorsque tu commences à écouter l'album tu vas jusqu'au bout et cela te fait l'impression d'une grosse baffe !

Oui, tout à fait et en même temps il y a des contrastes dans ce voyages avec des parties rapides et des parties plus lourdes. C'est en effet un voyage assez court mais un véritable rollercoaster. Et je pense que c'est beaucoup plus ce qui fait un album plutôt que sa durée.

16. Je pense que c'est peut-être un peu tôt mais quels sont les morceaux que tu es impatient de jouer sur scène ?

Je pense qu'elles sont toutes bien à jouer live. Je pense que nous allons toutes les essayer et voir comment elle passe avec le public. Il nous arrive de penser que certaines vont être bien accueillies et ce n'est pas toujours le cas. Parfois certains nous demandent de jouer des titres auxquels nous n'avions pas pensés. Nous ne pouvons jamais vraiment le prédire. Mais là j'attends de voir car il y a beaucoup de moments cools dans tous les morceaux. Il y a toujours un moment que j'attends dans chacun des nouveaux morceaux. Nous les jouerons en live et nous verrons ce qu'il se passe.

17. Est-ce que vous avez pensé à jouer l'album en entier sur scène ?

Oui, nous pourrions le faire techniquement. Chacun de nos morceaux peut être interprété en concert. Nous pourrions jouer le nouvel album en entier. Les morceaux auraient tous leur place en concert. Ils sont assez courts donc nous pouvons les placer assez facilement et nous aurions un peu de temps pour placer les hits. Mais il faut faire attention car il y a toujours quelqu'un pour vous demander pourquoi vous n'avez pas joué tel ou tel morceau. Nous pourrions toujours jouer tous les hits mais ce serait un set de deux heures ! Nous faisons attention à garder un set de une heure, une heure et quart. Cela veut dire qu'il faut enlever quelques morceaux et c'est toujours délicat.

18. Je sais que c'est un peu délicat en ce moment mais est-ce que vous avez des projets pour cette année ?

Je pense que la majorité de ce que nous avions prévu serait simplement reporté et se passera. Reste à savoir quand et comment. Beaucoup de travail a été gâché et nous devons savoir ce que nous allons faire et comment. Cela sera plus facile de parler de tout ça lorsque les quarantaines commenceront à être levées en Europe.

19. Et toi quelle sera la première chose que tu feras lorsque tu pourras à nouveau sortir ?

Oh ! Je ne sais pas ! Peut-être qu'à ce moment-là j'aurais peur de sortir. Peut-être que j'aurais tellement l'habitude de rester à la maison à regarder Netflix que je ne saurai plus quoi faire d'autre ! (rires). Je pense que lorsque les restrictions seront levées j'irai au club de gym. J'ai essayé de faire de l'exercice chez moi mais c'est compliqué. C'est aussi difficile pour moi de pratiquer mon instrument. Je suis en appartement et ça fait près de 10 ans que je joue en studio ou sur la route. C'est donc assez difficile de travailler à la maison avec mon matériel.

20. Merci pour cette interview, je te laisse le mot de la fin :

Merci. Les temps sont durs. Prenez soin de vous. Appliquez les mesures barrières. Restez en contact avec vos proches. Nous traverserons ça et nous retournerons en concert. Les gens veulent récupérer un peu de la vie normale à nouveau mais à l'heure actuelle tout le monde doit être calme et patient.

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

We cannot display this gallery