Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
7 WEEKS
CHRONIQUE 7 WEEKS - review
Contact groupe http://www.myspace.com/7weeksmusic
Audio / Video
Mise en ligne le : 21 décembre 2011  | Intervieweur : Bakounine | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
1) Salut 7 Weeks, la dernière fois que vous répondiez à nos questions c'était en 2009, juste après "All Channels Off". Alors comment ça va, aujourd'hui ? Que s'est-il passé entre temps ?

Hello ! et bien il s’est passé pas mal de choses : on a tourné (70 dates), on est passé en trio, on a écrit ce ciné-concert qu’on ensuite adapté pour en faire un album et on compose actuellement notre prochain album prévu pour la mi-2012.

2) Vous sortez aujourd'hui un album-concept lié au film "Dead of Night". Pouvez-vous nous dire comment est venue cette idée ? Est-elle venue d'un coup ou a-t-elle découlé d'un long processus ?

C’est suite à la demande de Christophe Guillot du ccm John Lennon à Limoges en juin 2010 qui voulait qu’on fasse un ciné-concert avec 7 WEEKS, on a évoqué plusieurs films avec lui et on s’est décidé pour celui-là. Quand on a réecouté les bandes du concert en janvier 2011 on s’est dit que ce serait vraiment bien de le retravailler pour en faire un album studio, ce qu’on a fait cet été pour le sortir là en décembre.

3) Pourquoi avoir choisi ce film en particulier? Étiez vous de grands amateurs de ce dernier ?

Non pas vraiment, on le connaissait juste de réputation mais quand je l’ai vu j’ai tout de suite senti que ça allait coller, il y avait ce ton détaché, mélancolique qu’on pouvait exploiter au travers du personnage principal. Ce n’est pas un film gore ou violent mais c’est très éprouvant, tout est dans la psychologie des personnages et la mise en scène.

4) Au niveau du processus de composition, avez-vous tout écrit en pensant au film et à l'ordre des "scènes" et des atmosphères que vous vouliez créer ou aviez-vous déjà des morceaux en place avant de démarrer le concept ?

On avait 2 idées préalables mais on a vraiment tout composé en regardant le film. On a tout décortiqué, scènes par scènes, on a timé le film et on a vraiment voulu faire comme les pianistes qui jouaient par-dessus les films muets.

5) De nombreux samples et extraits du film ont été incorporés, ce qui contraste avec vos anciennes productions. Vous avez d'ailleurs travaillé avec un featuring. Est-ce que cela a chamboulé votre façon de faire ?

Si on a laissé des dialogues du film c’est parce qu’ils font partie intégrante des morceaux, on a composé avec le film et donc avec les voix des personnages, il était donc naturel de les laisser. Il y a aussi la cas où on ne met pas de dialogues : on coupe le son du film soit parce qu’il y a la musique originale soit parce qu’on a décidé d’utiliser une séquence comme un clip.
Concernant le featuring il est venu naturellement parce qu’on avait besoin d’une orchestration plus étoffé que celle que le trio pouvait faire en live (notamment sur les ambiances). On a donc fait appel à Manu (du groupe Olen’k) qui est un ami et qui a su intégrer tous ces nouveaux sons pour nous sans dénaturer notre méthode de travail et notre identité. Je pense d’ailleurs qu’on sera amené à retravailler avec lui.

6) Pouvez-vous nous décrire brièvement le processus d'enregistrement de cet opus ? Avez-vous apprécié ces moments ?

Oui c’était une super expérience, on a enregistré tout en 2 jours au Studio Midilive qui est un ancien studio des années 70 avec une pièce énorme où l’acoustique est incroyable. Même si ça a été très vite, on a eu le temps d’utiliser cette pièce et ses ambiances, ce qui donne ce son très « proche » du groupe dans cet album. On a fait ça avec François « Shanka » Maigret, c’était un vrai plaisir de bosser avec lui.

7) D'un point de vue visuel, comment avez-vous travaillé l'aspect-concert ? Jouez-vous sur toute la durée du film ou y incorporez-vous seulement des extraits ?

On joue sur la totalité du film, on en voulait pas le couper, le remonter etc… C’était un challenge assez lourd parce qu’il a fallu tenir compte des dialogues, de la musique (qu’il fallait couper et donc les voix aussi à ce moment là etc…) et cela représente 1h20 de musique mais c’était ce qu’on voulait faire : illustrer le film du point de vue d’Andy -le personnage principal- qui est le seul dont on ne connait pas les pensées, il ne parle quasiment pas et est très ambigu.

8) Doit-on s'attendre à ce que des titres de cet album prennent place dans les setlists habituelles de 7 Weeks ? Ou pensez-vous qu'ils doivent rester entièrement liés au concept et à des concerts utilisant uniquement cet album comme support ?

Pour l’instant on ne joue ces morceaux là que dans le cadre des ciné-concerts mais on commence à réfléchir à comment adapter ça sur scène. C’est assez bizarre car on a adapté les morceaux du ciné-concert pour en faire un album (on a réduit certaines structures, changer la forme), on les a retravaillé à nouveau pour les prochains ciné-concerts et on commence à essayer de les adapter sous une nouvelle forme pour la scène ! En tous les cas je pense qu’il est assez difficile de faire cohabiter les anciens morceaux et ceux-là dans une même set-list. Actuellement on écrit le prochain album et on commence à tester des nouveaux morceaux sur scène, peut-être que c’est là qu’on fera le mélange du 7 WEEKS « classique » et de celui du ciné-concert.

9) Au final, que restera-t-il pour vous de cette ambitieuse aventure ?

Une manière de s’affranchir encore plus des styles et des genres. On avait un peu peur de l’accueil de cet album plus « posé » voire expérimental à certains moments, et en fait ça passe super bien. Les gens sont quand même ouverts et c’est tant mieux.

10) D'un point de vue plus général, vous avez eu l'occasion de pas mal tourner en France et même à l'étranger. Alors quels ont-été les meilleurs moments ? Avez-vous préféré des publics ou d'autres artistes pour tourner ?

On a pas mal de super souvenirs, pour ma part la tournée avec Suicidal Tendencies et Infectious Grooves reste un moment à part, être pendant plusieurs jours avec les mecs que j’avais en poster dans ma chambre … c’est pas rien ! Sinon on a aussi beaucoup de super souvenirs de tournée avec les Mudweiser, on a fait quelque chose comme 25 concerts avec eux, donc ça laisse des traces ! Ce sont des mecs super.

11) Vous venez de Limoges qui est une ville qui m'étonne du point de vue de son activité musicale : Un certain nombre de groupes qui commencent à se faire un nom (je pense entre autres à Myciaa ou à vous), pas mal de concerts au CC John Lennon (il me semble qu' Arch Enemy doit passer en ce moment). Est-ce que vous pensez qu'il y a une vraie scène rock-metal à Limoges plus qu'ailleurs et pourquoi ? Un rapport avec la porcelaine ?

Je ne sais pas si ça a un rapport avec la porcelaine mais j’en doute! Limoges est une ville assez petite où tout le monde se connait plus ou moins. Il n’y pas une grosse scène, peu d’artistes tournent et encore moins en rock/metal. Il n’y a pas de tourneurs, pas de réel label, tout le monde fait tout en DIY en gros. C’est actif mais localement. Cependant c’est vrai qu’on voit l’activité évoluer un peu depuis quelques temps mais on est très loin de villes comme Nantes, Rennes ou Bordeaux par exemple.

12) Quels sont vos projets à venir avec 7 Weeks (autre albums, vidéo, tournée, apéro...) ?

Actuellement on travaille sur le prochain album et on va sortir un clip d’un des morceaux de « 7 WEEKS plays Dead Of Night ». On a plusieurs dates sur les prochains mois, elles sont actualisées sur www.7weeks.fr.


13) C'est la fin de l'interview. Merci d'y avoir répondu. Je vous laisse y poser les derniers mots...

Merci à toi et à bientôt sur une date ou un ciné-concert.

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :