Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
KORTEX
CHRONIQUE KORTEX - review
Contact groupe http://kortex.band.free.fr
Audio / Video
Mise en ligne le : 19 février 2013  | Intervieweur : Reunee | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
1°) Salutations à vous ! Pour commencer bien simplement, comment vous portez-vous ?

On est toujours en vie, ha ha ha !

2°) « Still Alive » est votre deuxième EP, trois ans après la sortie de votre premier opus « Beyond The Mirror ». L'inspiration est-elle venue assez facilement ?

Sans problème, nous avons juste pris le temps pour le concevoir comme nous le faisons toujours et dans cette période nous avons dû également assurer l'intégration de notre nouveau guitariste soliste ce qui explique que trois années se soient écoulées. L'arrivée de Sami qui a insufflé de nouvelles influences a eu au contraire des répercussions très positives sur notre inspiration à tous.

3°) On entend toute une gamme d'instrument, dont certains peuvent surprendre (je pense au triangle sur « Reaction » notamment, et aux maracas sur « Lifer »). Comment avez-vous décidé d'inclure ces instruments dans votre musique ? Pouvez-vous nous présenter les joueurs de ces instruments ?

Il ne s'agit pas d'un triangle mais d'une cymbale tibétaine qu'on entend s'éloigner à la fin de Reaction. Les autres instruments qui ont été utilisés sont le udu, les bongos, certains types de shakers et aussi des cachichis. L'occasion s'est présentée alors que c'est un désir que nous avions depuis toujours. Guilhem Séguin propriétaire et unique interprète de ces instruments nous a proposé sa contribution et bien entendu nous avons accepté sa proposition. Comme de son côté ce talentueux batteur et percussionniste vient d'un autre univers que le metal, l'expérience était très intéressante.

4°) Sur la chanson « Watch Out » pourquoi des paroles en français et en anglais ? Quelle est l'histoire derrière cette chanson, qui est lourde de sens d'un point de vue textuel et musical ?

Aurélie : Les paroles de Watch Out ont été composées à partir d'un poème en français écrit par Lodie, une amie du groupe qui nous a offert son texte. Afin de ne pas "entraver" notre inspiration musicale avec la contrainte du texte, comme habituellement nous posons les paroles une fois la musique achevée, j'ai choisi de compléter le poème par une seconde voix narrative, avec des phrases en anglais pour préserver l'intégrité du poème qui nous a été confié. Ce texte n'est pas plus lourd de sens que la plupart des textes qu'on rencontre dans le metal mais sa singularité est qu'il appartient au monde réel ce qui lui donne fatalement une autre résonance. Révéler cette dernière était aussi le but de l'exercice.

5°) Pourquoi ce titre, « Still Alive » pour votre album? La petite flamme se consumant dans le cierge ici sur votre artwork, représente dans la littérature l'allégorie de la vie. Est-ce voulu ou involontaire ?
Beaucoup de groupes de la scène underground disparaissent autour de nous et avec les années qui passent, inévitablement, le paysage change. Fidèle à notre démarche fondatrice, nous sommes heureux de ne pas subir le même sort et de pouvoir toujours nous faire plaisir en composant et en jouant.
Nous avons choisi unanimement cette photographie de Pierre Berisset pour ses qualités visuelles et sa charge émotionnelle sans forcément avoir l'idée consciente d'un message particulier qu'elle véhiculerait. A posteriori elle nous a semblé cohérente avec le titre envisagé pour l'EP et cet esprit de célébration dans lequel nous étions.

6°) Aurélie, comment fais-tu pour préserver ta voix ?
Aurélie : Rien de particulier hormis le fait que j'ai rapidement pris des cours de chant "normal" pour acquérir les bases techniques et cette précaution a suffit. J'ai eu de la chance, j'ai été très bien conseillée. Je n'ai même pas eu à avaler la moindre cuillère de miel. J'ai croisé des personnes pour qui cela s'est passé autrement et si je peux me permettre un conseil pour ceux que cela tente, il ne faut jamais travailler dans la douleur, comme pour n'importe quel autre instrument.

7°) Comme sur votre premier opus, vous ne vous contentez pas d'un seul genre de musique : vous explorez des genres différents. Que pensez vous justement de cette segmentation de la scène Metal en plusieurs sous-genres (hardcore, Black, Death, Folk, ?) ? Avez-vous connu des difficultés pour booker des dates de concerts, en raison de la musique que vous proposez ?

Laurent : Théoriquement cette segmentation se présente en effet comme une contrainte mais dans la pratique nous n'avons pas eu à en souffrir pour partager des scènes avec des groupes de styles très différents.
Aurélie : En tant qu'auditeur ou spectateur, je m'appuie comme beaucoup sur ce type de classification pour choisir de la musique ou un film et elle me paraît être un "mal" nécessaire pour orienter un peu les oreilles. Même si cela peut-être contraignant ou réducteur, il faut l'accepter. Et j'apprécie pleinement les groupes qui officient dans un sous-genre "pur jus". Dans la pratique, il y a de la place pour tous dans le continuum.
Bruno : Elle est somme toute très artificielle. Il est dommage que le scène Metal se prive de toute la diversité qui lui est offerte. Notre démarche n'a pas bougée d'un iota, ne pas se cantonner dans un carcan musical particulier.

8°) Une tournée est-elle prévue sur la région parisienne ? Et à l'échelle nationale ?
Nous n'avons pas programmé de tournée en région parisienne pour la sortie de notre EP. Les salles parisiennes se raréfient et les conditions sont de plus en plus mauvaises : installation de limiteurs, coût de location des salles, back-line de fortune...
Depuis trois ans nous préférons nous déplacer en province pour explorer de nouvelles scènes et rencontrer de nouveaux publics. On en profite pour faire du tourisme et déguster les spécialités locales !

9°) Que peut-on vous souhaiter pour 2013 ?
Être soutenu pour la promotion du groupe et la programmation de dates qui demande beaucoup de ressources et devient difficile.

10°) Un dernier mot les jeunes ?
En cumulé, Kortex entame sa 160ème année, merci pour le compliment.
Un dernier mot pour les jeunes alors :
Stay open and metal !!!

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :