Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
7 WEEKS
CHRONIQUE 7 WEEKS - review
Contact groupe http://www.7weeks.fr/
Audio / Video
Mise en ligne le : 19 février 2013  | Intervieweur : Mary.Scary | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
P666 : Votre dernière interview en notre demeure date d?un peu plus d?un an? comme on dit familièrement mais simplement : quoi de neuf au sein de 7 WEEKS depuis ce temps ?

Quand on s’est eu il y a un an on venait de sortir l’abum ‘7 weeks plays Dead of Night’ qui montrait une image différente du groupe, avec des morceaux ambiants, des influences différentes du Stoner et du rock Lourd. Tout cela a modifié le groupe et notre façon de penser la musique sur scène comme sur disque, sans renier ce qu’on faisait, mais disons qu’on s’est plus ouvert. On a inclus Manu aux claviers (qui était avant avec nous uniquement sur les ciné-concerts) dans le groupe, on a pas mal cherché, composé pour finalement aboutir à Carnivora.

P666 : « Carnivora » sort dans moins d?un mois? Qu?en est-il des thèmes abordés dans ce nouvel album ?

Chaque chanson peut-être vu comme une petite histoire, soit narrée par le personnage lui-même, soit par un tiers extérieur. C’est en quelque sorte un recueil de nouvelles. Ca pourrait être une sorte de road movie sous trip, y’a pas mal d’allusions à la mythologie blues, à la fuite, au fait d’être pris en chasse ou en cage. La religion y est assez présente aussi. Bref comme d’hab c’est assez sombre ! Mais il n’y pas de concept global, les textes n’ont pas tous un lien entre eux.

P666 : Où et comment s?est passé l?enregistrement ?

Dans les mêmes conditions que « 7 weeks plays Dead Of Night » : au studio Midilive. On a fait 4 jours de prises instru puis 2 jours de prises chant avec François ‘Shanka’ Maigret (qui a déjà produit nos 2 précédents albums). On a fait un premier mix avec lui mais avec le recul ça ne nous plaisait pas et on a tout refait avec Pascal ‘Power’ Mondaz (responsable du dernier Elderberries) et le résultat très dynamique nous a convaincu, cet album est assez dense il avait besoin d’un mix précis sinon on craignait que les gens passe à côté des morceaux.

P666 : L?artwork est très accrocheur ; aviez-vous cette idée en tête ou avez-vous laissé libre cours à l?artiste ?

J’ai envoyé mes textes et quelques indications, quelques images à Gilles Estines (SKik) et là il s’est laché, donnant même une dimension supplémentaire à l’album, celle du road movie dont je te parlais plus haut, on a vraiment l’impression de traverser un endroit perdu et désolé : en version digipack 3 volets avec le livret c’est vraiment superbe. On avait déjà travaillé avec lui pour Dead Of Night et une fois de plus il nous a comblé !

P666 : 7 Weeks, Diary ? Day 7 (titre présent sur « Carnivora »)? un problème avec le chiffre 7 ? ^^
Aucun !! C’est marrant ça fait plusieurs fois qu’on me le demande pour cet album, il n’ya pas de signification particulière, mais ça m’amusait de placer ce chiffre plusieurs fois dans l’album. En même temps il est tellement symbolique qu’on peut facilement y trouver une connotation. Mais si on rentre dans les détails, 7 weeks c’est le nom de la première démo que l’on a gardé comme nom de groupe, Diary – Day 7 c’est le journal d’un déchu au septième jour de sa fuite, il y a la phrase « 7 weeks of faith, 7 weeks of sound » dans le titre « Acid Rain » et 2013 est la 7eme année d’existence du groupe. Mais je t’assure que rien n’a été prémédité !

P666 : Vous semblez sensibles aux ambiances cinématographiques et cela s?entend également dans ce dernier opus ; si « Carnivora » était la bande originale d?un film, quels seraient le synopsis et les personnages ?

Comme je l’ai dit, il n’y a pas de concept global, mais si on doit trouver un fil conducteur, celui du mec dans sa voiture qui prend du peyotl et raconte ce dont il est témoin, où les histoires qu’on lui narre dans un bar miteux serait pas mal, un peu comme cette vieille série avec un autostoppeur qui était toujours plongé dans des histoires bizarres et à moitié fantastiques (mais dont je ne me rappelle plus le nom).

P666 : Nous allons vous retrouver cet été lors du Hellfest? quel effet ça vous fait ?
Ben t’imagines bien que de partager la scène tous ces groupes dont on est fan c’est plutôt excitant. Et puis c’est toujours un peu une étape pour un groupe français de jouer là-bas. Le comité de prog a aimé le disque et il nous a programmé, nous ne sommes apparentés metal que d’assez loin donc c’est cool de savoir que ce sont des gens ouverts.

P666 : Vous allez bientôt fêter les 7 ans de 7 WEEKS (haha encore un 7 !)? Fiers du chemin parcouru ? Et si vous aviez l?occasion de changer quelque chose, le feriez-vous ?

Oui assez fier, car on ne doit rien à personne, ça fait 6 ans qu’on développe ce projet en nous y investissant à 100%, on a fait plein de choses : 4 disques dont on est fiers, un ciné-concert, presque 200 dates et plein de rencontres. Aujourd’hui on commence à en récolter les fruits. Il ya forcément des choses qui ne se sont passées comme prévu mais on le savait déjà à l’époque, alors non on ne changerait rien, on ne regarde pas trop en arrière.
P666 : Quels sont vos projets à venir ?

On a pas mal de dates à venir, actuellement on est en tournée européenne jusqu’au 16 février, puis en mars on joue du 07 au 23 mars en France avec Mudweiser et Loading Data, puis le Hellfest et encore dates (tout est à jour sur le site). On a signé également le ciné-concert chez Melodyn, donc je pense qu’on sera amené à le refaire sur la fin 2013 et en 2014.

P666 : Nous arrivons à la fin de l?interview? Merci d?avoir pris le temps d?y répondre ! Un dernier mot pour nos lecteurs?
Merci à vous tout d’abord, et pour ceux qui veulent se procurer les albums on a mais une boutique en ligne sur www.7weeks.fr.
à bientôt !

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :
 




Go to Top