Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
DIRTY SHIRT
CHRONIQUE DIRTY SHIRT - review
Contact groupe http://www.dirty-shirt.com
Audio / Video
Mise en ligne le : 26 mai 2013  | Intervieweur : Mary.Scary | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
P666 : Bien le bonjour à vous DIRTY SHIRT ! Vous avez un peu de bouteille mais pourriez-vous donner un petit condensé de votre historique aux lecteurs qui ne vous connaîtraient pas encore ?

Bonjour à vous et aux lecteurs du Pavillon. Pour la présentation, Dirty Shirt est un groupe roumain, né au milieu des années 90, mais après une pause de quelques années et changement total de l’orientation musicale, le projet actuel a commencé réellement en 2004-2005.

P666 : « Freak Show » est votre troisième album ; qu'est-ce qui l'a inspiré ? Quels sujets aborde-t-il ?

L’album « Freak Show » est fortement inspiré par la réalité et le cirque médiatique et politique qui décrivent cette époque. Par exemple, le morceau titre critique les chaines de télévision commerciales dont l’objectif principal et le « rating » et le gain. « Bad Apples » parle de l’image négative exagérée de la Roumanie en Europe, image renforcée à nouveau par les médias à la recherche du sensationnel. « Trust me » est structuré sur la dualité du discours officiel des politiciens et leurs pensées réelles. Malgré le fait qu’il y a une idée centrale, il ne s’agit pas d’un album concept, et il y a plusieurs titres sur des thèmes très différents, souvent dans une ambiant de fête.

P666 : Êtes-vous satisfait de l'accueil qu'il a reçu jusqu'à présent ?

Pour l’instant nous sommes contents des retours, aussi du public que de la presse, l’album recevant des chroniques excellentes dans des dizaines des magazines et webzines en Europe.

P666 : Une petite anecdote concernant sa composition et/ou son enregistrement ?

Il y a eu plusieurs moments intenses et marrants partagés lors de la préparation de l’album, difficile de trouver un seul. Probablement, pour nous un des plus mémorable a été lors de l’enregistrement des voix sur Rocks Off, ou chaque membre du groupe a eu le « droit » à une (voir plusieurs) prises de chant pour les parties d’ambiance. On a fait gravement les cons, et ca s’entends dans la version finale, avec plein de cris, sifflets et bruits bizarres.

P666 : Avec ce nouvel album, vous prouvez une fois de plus que vous êtes un groupe qui touche à tout ; est-ce important pour vous d?offrir une large palette musicale, un opus multi styles ? Le faîtes-vous dans le but de cibler un max de gens ou est-ce juste le reflet de la personnalité de chacun des membres ?

Un des principes de base dans notre groupe est de ne pas s’autocensurer (avantage de ne pas être signé). Par conséquent, si on a une idée qu’on aime et qui colle selon nos gouts avec nos morceaux, elle sera incluse, quel que soit le style. Ainsi, on s’est retrouvé avec une musique bien mélangée, mais, on espère, homogène en même temps.

P666 : Le groupe s'est arrêté juste après la sortie du premier album en 2000. En 2013, DIRTY SHIRT est-il plus fort que jamais ?

Bien évidemment, pour l’instant, on passe le meilleure période dans l’histoire du groupe, avec une activité et une reconnaissance sans précédent pour nous, aussi en Roumanie qu’au niveau international. Mais c’est sûre qu’on reste toujours un groupe bien underground.

P666 : Vous serez en concert chez nous à la rentrée 2013 ; avez-vous toujours été satisfaits de vos passages en France ? ; Que pensez-vous de la scène metal française ?

Nous avons joué en France à plusieurs reprises, mais jamais sous la forme d’une tournée. Nous venons de finir la tournée Roumaine, mais on est déjà très impatient pour les concerts en automne, en France et Allemagne. Concernant le public français, pendant les concerts passés, chaque vous nous avons eu des très bons retours et de l’ambiance. Mais maintenant ca fait plusieurs années qu’on n’a pas joué en France et depuis le groupe a beaucoup progressé.

La scène métal française est une de mes préférées, et cela indépendamment du fait que je vie en France depuis plus de 10 ans. C’est vrai qu’elle est méconnue à l’étranger et je l’ai découvert ici, mais le métal hexagonal a un « french touch » et une approche très éclectique du rock avec un gros son en même temps. Je pense que le métal français m’a beaucoup influencé comme musicien. Malheureusement, comme partout dans le monde, le rock passe une période pas très propice, malgré le fait qu’il y a énormément des bons groupes. Ils n’arrivent plus à percer et le rock et un mouvement de plus en plus underground.

P666 : D'ailleurs, comment se porte le metal en Roumanie ?

Un peu comme en France, en Romanie il y a de plus en plus de bons groupes, mais le métal n’est jamais pris en compte dans la mass média et il reste très underground. Au niveau infrastructure, la scène roumaine a beaucoup progressé aussi, et de plus en plus de groupes métal (connus mais aussi plus underground) tournent en Roumanie. Mais le public continue d’être présent surtout aux grands événements et festivals.

P666 : On peut entendre quelques passages de musique traditionnelle dans « Freak Show » ; vos racines sont une fierté (et vous avez raison ^^) Autant dire qu?il est plutôt rare de croiser des groupes de metal Roumains? Votre origine a-t-elle toujours été un point fort pour conquérir l?international ?

L’introduction des passages ou des inspirations folkloriques dans notre musique est venue de manière spontanée, comme d’autres influences. Le fait que ca colle bien est un atout aussi par rapport au public roumain qu’à l’étranger, mais, il ne s’agit pas d’un choix stratégique de notre part.

P666 : Question sadique : si vous ne deviez choisir qu'un seul titre de « Freak Show », lequel serait-il et pourquoi ?

Difficile de choisir un seul titre, mais moi personnellement, je préfère « Freak Show » et « Bad Apples », les morceaux qui d’un coté expriment parfaitement notre musique et qui ont même temps sont très « catchy ».

P666 : Quels sont vos projets futurs ?

Pour cette année notre agenda est bien chargé. Nous venons de finir la tournée roumaine, qui s’est très bien passée. Récemment on a conclu le concours de remix pour le morceau « Freak Show ». Cet été nous allons participer à quelques festivals en Roumanie, puis une tournée en automne en France et en Allemagne pour finir l’année avec quelques concerts à nouveau dans notre pays. Déjà, nous commençons les préparations pour 2014, avec quelques offres déjà pour des tournées et festivals et si le temps nous le permet, commencer le travail sur un nouvel album.

P666 : Un grand merci d'avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions et je vous souhaite bonne continuation pour la suite ! Je vous laisse le dernier mot !

C’est à nous de vous remercier pour cette occasion de s’exprimer au public français et on espère se voir en concert en septembre, plusieurs dates probables dans la semaine 9-16 septembre 2013.

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :