Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
SCARRED
CHRONIQUE SCARRED - review
Contact groupe https://www.facebook.com/Scarredofficial
Audio / Video
Mise en ligne le : 29 juin 2013  | Intervieweur : Black.Roger | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
01) Salut SCARRED, un certain "buzz" s'est créé autour de vos concerts actuels qui font la promotion de "Gaia - Medea", êtes-vous satisfaits de cet engouement pour votre groupe ?

Sacha :
Salut à toi ! Je crois qu’on n’en est pas vraiment conscient, mais ça fait déjà bien plaisir d’entendre que tu le vois comme ça. Il est vrai que depuis la sortie de notre deuxième album début mai sous Klonosphere, les retours sont très bons et on ne peut qu’être content malgré une minorité de chroniques moins flatteurs.
Je ne sais pas si on peut parler de buzz pour les concerts. On avait fait une petite tournée début juin avec nos compatri-potes de «An Apple A Day » pour justement faire la promo de la nouvelle sortie, mais je dois dire que les premiers jours étaient assez galère car franchement presque pas de visiteurs. Ensuite, heureusement que Mâcon, Chambéry et Montpellier on bien rattrapé le coup ! C’était vraiment une super ambiance et quelques salles nous ont agréablement surpris pour leur qualité. Et c’est vrai que les gens qui sont venus nous voir donnaient l’impression d’avoir particulièrement apprécié notre set. On ne peut qu’être satisfait et on espère que cela va nous permettre de continuer sur cette voie. En tout cas, nous sommes rentrés à la maison sur les rotules mais avec un joli souvenir et surtout une belle envie de revenir sur les planches dès que possible.

02) Ce second album a tout pour plaire, des compositions variées, une excellente production et une démarche métal progressive intéressante. Que pensez-vous de son enregistrement avec le recul, des anecdotes peut-être ?

Sacha :
Après avoir passé des mois à bosser cet album en studio et en mix, je peux te dire que c’est assez difficile, encore maintenant, d’avoir le recul nécessaire pour en parler comme il faut.
Avant tout, on doit remercier notre cher Doudin (François Dediste) du Ear We Go Studio pour son incroyable boulot et sa grande patience avec nous ! On avait une approche très perfectionniste pour cet album et on se prenait vraiment la tête pour que tout soit en place comme il faut. Ce qui était très avantageux pour nous, c’était que le studio est relativement proche de chez nous – pour moi, ce n’était qu’à 10 minutes de chez moi – ce qui nous a permis aussi d’aérer les enregistrements dans le temps. Il y avait des petites pauses, parfois de quelques semaines, avant de reprendre le studio. Comme ça tu pouvais te reposer les oreilles et avoir une petite distance pour réajuster ton son.
Le mixage et mastering a été exécuté par Jochem Jacobs au Split Second Studio et il lui aussi fait un travail de cinglé et a vraiment accroché sur la musique ! Merci à lui.

03) Parlez-nous des thèmes choisis et des paroles pour les dix titres de cet opus aux allures de concept album.

Bertrand :
Le concept de l’album est une opposition entre l’hypothèse de Gaïa et celle de Médée. Le scénario en ligne avec Gaïa et celui de la symbiose, les êtres vivants cohabitent sur Terre en symbiose. Pour Médée, c’est totalement inverse, les espèces vivantes cherchent à se dominer les unes les autres, ce qui mènera à la destruction de la planète. C’est pour ca que les deux titres ouvrent et closent l’album. Cela renvoie aussi à l’idée de dualité, on aime bien opposer deux thèmes ou traiter la dualité à travers d’un thème défini. Mosaic par exemple parle de la démence, The Great Pan(dem)ic aborde la manipulation de l’information par les institutions qui nous dirigent. En général ce sont des thèmes d’actualité et je trouve que l’opposition Gaia / Médéa reste actuelle si on la met en parallèle avec l’actualité.

04) Vous avez sûrement beaucoup de projets actuellement, parlez-nous de ceux qui vous tiennent le plus à coeur.

Bertrand :
Oh oui ! Des idées et des rêves plein la tête encore ! On va attaquer la composition du 3eme opus dans les prochains mois car le processus est assez long chez nous, il nous faut quelques années pour pondre quelque chose qui nous satisfait entièrement. On a hâte de repartir sur la route et de faire partager notre musique avec le public. C’est très important pour nous, on aime bien échanger avec les fans, après tout on fait ça pour eux ! Je crois que notre plus grand kiff c’est quand quelqu’un qu’on ne connait ni d’Eve ni d’Adam vient nous voir pour nous dire qu’il a adoré le concert qu’il vient de voir ou l’album et qu’il veut une petite dédicace et sur son CD ou son T-Shirt. C’est vraiment très gratifiant pour nous, c’est ce qui nous motive et nous fait avancer.
On aimerait beaucoup faire des festivals sur la saison 2014, on rêve évidement du Hellfest, re-jouer au Wacken Open Air, au Dowload. Ca serait un rêve qui deviendrait réalité ! Bien plus qu’un honneur !
Sacha :
Et on essaye de pondre un clip vidéo qui sortira, on l’espère, vers l’automne/hiver 2013.

05) Etes-vous plus à l'aise dans de petites et moyennes salles de concert ou en festival, qu'en pensez-vous ?

Bertrand :
C’est trois expériences totalement différentes. Les petites salles c’est vraiment la proximité avec les gens qui motive. C’est trop bon les headbangers et les moshpits à un mètre de toi !!! Et puis t’as pas besoin de micro pour leur parler, tu peux leur donner des bières... C’est bien sympa quoi ! Pour ce qui est des salles moyennes c’est clair que d’avoir une grosse sono et plus de place pour bouger sont des avantages pour nous, on prend de la place quand même !
Sacha :
Je pense qu’on a déjà eu droit à presque tout. De la grande scène de festival (quoique là, il y a encore de la marge vers le haut), au plus petit café avec un espace de 5m2 pour faire ton show on tu te prends les cheveux dans les mécaniques des grattes etc… Mais c’est exactement ce que Bertrand dit, c’est différent en on apprécie toute scène tant que l’ambiance est bonne !

06) Consacrez-vous beaucoup de temps à l'écriture et à la composition de nouveaux morceaux. Comment partagez-vous votre temps entre concerts et travail en répétition et ou studio ?

Bertrand :
Comme on l’a dit plus haut, c’est vraiment long. On va attaquer la composition du 3ème bébé cet été. On n’a rien de vraiment défini pour l’instant, alors il y a encore beaucoup de boulot ! On a quelques ébauches par ci par là… En général ca part d’un plan autour duquel on construit et un morceau peut être en chantier pendant plusieurs mois. Si ca marche pas on passe à autre chose et on y revient avec plus de recul. C’est une formule qui marche assez bien pour nous, ca permet de voir ce qui fonctionne vraiment dans le morceau ou pas. Pour moi c’est plus un travail sur l’ambiance générale du morceau et les émotions ou états d’esprit que tu veux faire passer, sur le groove du morceau plutôt que sur la technicité. On hésitera à mettre un riff à deux notes si on trouve qu’à cet endroit c’est ce qui fonctionne le mieux.
La préparation des concerts est faite en parallèle de la composition. On peut soit faire une répétition sur deux ou l’on va tester des setlists, trouver des transitions et répéter les morceaux pour la scène et l’autre ou on écrit. On ne joue pas de concerts tous les weekends donc majoritairement c’est de la compo et on répète le set deux semaines avant la date.

07) Avec quelle grande formation aimeriez-vous partir en tournée si vous en aviez le choix, et pourquoi ?

Bertrand :
Meshuggah ou Gojira je pense pour se manger une bonne baffe tous les soirs ! Ce sont juste des groupes incroyables. Slayer parce que Slayer c’est la vie, mais il y’a tellement de groupes avec qui on aimerait jouer que il te faudrait tout le magazine.
Sacha :
Si je devrais juste en choisir un, ce serait Strapping Young Lad bien qu’ils ont arrêté. Rien que pour les délires de Devin ! Si j’avais des pouvoirs surnaturels, je prends Pantera ! En une bonne cure de désintox en fin de tournée !

08) Votre meilleur souvenir de concert, racontez-nous...
Bertrand :
Dernièrement le concert de sortie de l’album, on a vraiment senti le public avec nous et ca fait chaud au cœur. C’était une belle fête avec des groupes qu’on aime beaucoup et dont certains comme Ferium d’Israël sont venus de très loin. C’était épique pour nous.
Sacha :
Oui, le même concert pour moi aussi. Il n’était pas parfait au niveau du jeu, mais quelle ambiance !!! Ferium était vraiment la cerise sur le gâteau ! Faut savoir qu’il s’agit d’un groupe qu’on a rencontré au tremplin international du Wacken en 2009 et ils représentaient Israël. Ils campaient juste à côté de nous et nous avons immédiatement sympathisé pendant ce weekend de fou. Dire que presque 4 années plus tard, ils viennent à Luxembourg pour venir partager la scène avec nous pour notre sortie d’album, c’était tout simplement époustouflant !

09) La pire galère en tournée aussi...

Bertrand :
Mmmh … le pneu qui crève dans les montagnes Slovènes, les intempéries en général, les baffles ou les retours qui lâchent… La routine du groupe en tournée quoi ! On n’a pas eu droit à la panne sèche ou mécanique encore, on paye quelqu’un pour toucher du bois pour nous toute la journée ! J’avoue que sur la date à Montpellier, après celle où on s’est rencontré, il y’a un des membres de An Apple A Day qui s’est blessé, on le salue bien d’ailleurs.

10) C'est fini pour ces quelques questions, merci d'y avoir répondu. Vous avez la parole maintenant, dites- nous tout...

Déjà merci à toi pour nous avoir interviewé et pour la belle chronique du concert de Chambéry ! Ca fait plaisir de partager tout ça !
Si toi, internaute à cheveux long ou pas, tu as envie d’en savoir un peu plus sur le groupe tu peux ouvrir un nouvel onglet dans ta navigateur et taper www. scarred.lu ! Tu trouveras toute l’actu du groupe, les dates de concert, les vidéos, les liens vers les pages Facebook, Twitter, la chaine youtube du groupe, le shop bref, tout ce qui touche au groupe de près ou de loin. Vous pouvez nous écrire, nous poser vos questions on répond personnellement ! Allez aussi faire un tour sur la page du collectif dont on fait partie, le Noïze Collective ça vaut vraiment le coup de poser une oreille sur ce qui s’y trouve ! On en profite aussi pour remercier les gens qui ont travaillé avec nous sur cet album encore une fois, ils le méritent bien, ainsi que les gens qui l’ont acheté, merci du fond du cœur pour votre soutien.

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :