Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
QLAY
CHRONIQUE QLAY - review
Contact groupe http://www.reverbnation.com/madeofqlay
Audio / Video
Mise en ligne le : 26 octobre 2013  | Intervieweur : Mary.Scary | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
P666 : Bonjour à vous QLAY et bienvenue au Pavillon 666 ! Et si vous nous faisiez l’honneur de vous présenter ?

Quentin Gendrot (chant/guitare/violoncelle): Nous sommes un trio de rock progressif et nous venons de Bordeaux. Je suis le fondateur, chanteur, guitariste, violoncelliste et parolier du groupe. Je m'occupe aussi de l'aspect visuel dessin, pâte à modeler...). Simon Renault est notre batteur et percussionniste, Shob joue la basse. Tous deux assurent aussi les choeurs. Nous venons tous de plusieurs groupes et projets, musicaux et artistiques, anciens ou encore actifs aujourd'hui.

P666 : Comment est né «The Swan, The Horse and the Black Matter » ? Quels thèmes aborde-t-il ? Qu’est-ce ou qui est-ce qui l’a inspiré ?

QG: Ca a été très simple: nous avions quelques titres prêts et rodés en live, et nous avons tout naturellement senti qu'il était temps d'en faire un disque. Nous avons choisi les 3 morceaux chantés ensemble, et j'ai ajouté les 2 titres instrumentaux par la suite. Et pouf.
En vrac, TSTHATBM parle des passions et des sentiments, des rapports entre humains, de cauchemars transformés en fantasmes ("Sleepless"), de pulsions de vengeance inassouvies ("Voice of the Adversaries"), et de l'acceptation de la frustration face à ce qui échappe à notre contrôle, comme la mort ("My Grief").

P666 : D’ailleurs… quelqu’un pour nous expliquer la poésie du titre de l’EP ?

QG: Le titre provient tout droit d'un auto-brainstorming (qui a dit "masturbation"?...) qui mélange simplement les noms des 5 pistes. J'ai voulu les présenter comme une histoire. Le cygne et le cheval sont deux animaux emblématiques, le premier symbolise la beauté et la féminité, et l'autre représente la virilité et la puissance. Ces 2 figures représentent aussi la mort chacune à leur manière, le cygne par son fameux chant funèbre (explicitement dépeint dans "Swan"), et le cheval par la manière dont il est représenté dans l'introduction de l'album, "Chevaux Morts", qui est issue d'un rêve.
La "matière noire", c'est Qlay. Une sorte d'argile étrange et sombre, elle représente notre désir enfantin de créer, construire, de tisser des liens entre des choses et des concepts, qui de prime abord n'en ont pas forcément, ou même sont opposés: ici, par exemple, le cygne et le cheval, le masculin et le féminin. Imaginez cette matière se subdiviser en des milliers de fils et s'enlacer autour de ces deux emblèmes, qui ne formeraient plus qu'un. Une manière aussi, peut-être, de décrire notre amour pour le mélange, entre les différents styles musicaux, entre les différentes émotions que la musique et l'art nous donnent la chance d'exprimer d'une belle manière.

P666 : Comment se passe la composition des morceaux en général ? QLAY agit-il désormais comme un trio de A à Z ?

QG: Je compose le violoncelle, la guitare, je définis les premières structures des morceaux et j'écris les textes (pas forcément dans cet ordre...) A cela j'ajoute des suggestions plus ou moins précises pour la basse et la batterie. Puis je les présente à Simon et Shob et nous travaillons la pâte ensemble en répétition.
Qlay était un projet solo au début, et cette forme existe toujours, une sorte de noyau dur plus brut que j'ai toujours autant de plaisir à présenter en live, et qui m'a aussi permis de nombreuses collaborations artistiques très riches (danse, théâtre, performances...). La loop-station y a une place importante, et il arrive même que j'écrive certains morceaux uniquement à partir de boucles créées à la maison...
Le projet a et aura toujours plusieurs facettes, et chacune ont autant de valeur l'une que l'autre. Il est même prévu dans l'avenir que Qlay évolue sous d'autres formes, avec (beaucoup) d'autres musiciens, mais je n'en dirai pas plus car cette idée n'est pour l'instant qu'à l'état de projet.

P666 : TSTHATBM est un album aux influences agréablement multiples ; était-ce une réelle volonté de proposer une galette variée ou s’agit-il tout simplement d’un pur hasard non calculé ?

QG: Un peu des deux. Qlay a pour concept la diversité des influences musicales (du metal extrême à la pop aérienne) et des émotions dépeintes (de la haine pure et viscérale à la joie simple d'un môme de 5 ans qui joue au bac à sable). Mais ce concept est issu d'une envie très spontanée: nous n'avions jamais prévu de mélanger tout ça dans un but précis, comme un exercice de style, car nous nous efforçons de proposer une musique somme toute assez homogène et cohérente, simplement faite pour toucher. Car tous ces styles, comme toutes ces émotions, ont un énorme point commun: ils viennent des tripes.

P666 : Le public est-il généralement réceptif en live ?

QG: En fait, oui. Ils nous est arrivé parfois, lors de nos concerts acoustiques, que le public observe un silence feutré pendant et même entre les morceaux. La première fois cela nous a un peu déstabilisés, car nous pensions être en train de les endormir... Mais lorsqu'à la fin du spectacle ils sont venus nous voir et nous féliciter chaleureusement, nous avons alors vu que le concert leur avait vraiment plu. Ca n'est pas toujours comme ça évidemment, certains endroits ont un public qui préfère picoler que d'écouter de la musique, mais même dans ces cas-là il y a toujours une poignée de gens qui reste du début à la fin pour nous écouter, et rien que pour ceux-là, ça vaut largement la peine de faire des lives. Même si Qlay et les chansons à boire se mélangent très mal... Nous ne jouons pas une musique festive, nous en sommes tout à fait conscients. Nous faisons des morceaux longs et en général pas très marrants. Nous comprenons que certains ne restent pas forcément tout le concert, tout en ayant quand-même apprécié notre musique. Je crois que c'est un peu le destin de tout groupe qui s'essaye à ce genre de musique progressive et tente de percer. Pour résumer, le public rentre généralement bien dans notre ambiance et nous en sommes heureux.

P666 : J’ai été particulièrement touchée par « Swan » et ce dès la première écoute… Ce titre évoque-t-il quelque chose en particulier ?

QG: Sincèrement, je ne sais pas (sourire). Il évoque sûrement des tas de choses, à mon avis il doit synthétiser beaucoup de moments de mélancolie contemplative au romantisme échevelé (sourire). Plus sérieusement, je ne l'ai pas écrit pour relater une émotion vécue, mais plutôt pour en créer une. "Swan" vient d'une envie, et non d'une expérience. Une envie très forte, je pense.

P666 : Si TSTHATBM était la bande originale d’un film, quel serait le synopsis, les personnages intervenant ?

QG: L'ordre des morceaux de l'EP n'est pas fortuit, même s'il est libre d'interprétation. Le personnage serait par exemple un enfant, peut-être "l'enfant qui réside en chacun de nous", comme le diraient si bien un Walt Disney, ou un Fisher-Price. Le disque commence sur un cauchemar, une procession de "Chevaux Morts", sans pattes, qui évoluent lentement sur une route de campagne, la nuit, sous une lune blafarde. Ces chevaux sont aveugles et hurlent des cris de bébé. Une image qui m'est venue d'un coup, un soir - j'aimerais beaucoup avoir l'avis d'un psy sur ce produit de l'inconscient, un cas d'école bien cliché, je pense (sourire). Les morceaux suivants représenteraient l'évolution de cet enfant, qui grandirait tout en se confrontant aux différentes passions que nous expérimentons tous au court de notre vie (peur, amour, vengeance, joie, angoisse, remise en question), pour finalement s'apaiser et trouver un équilibre, sur la fin de "My Grief". Avec des visions plus ou moins réelles du monde, et des fils d'argile noire... Par exemple.
Ou alors, un film qui parle de pingouins.
En fait, d'un autre côté, je préfèrerais presque ne pas répondre et laisser à d'autres personnes la liberté d'imaginer ce film. Cela fait aussi partie du principe: nous ne voulons pas avoir un seul scénario précis sur notre musique, comme certains peuvent le faire avec force chevaliers et dragons, ou d'autres avec des mort-vivants, ou encore des dieux nordiques ou égyptiens. Nous préférons suggérer un univers. En fait, j'aimerais presque vous retourner la question!

P666 : Quels sont les projets de QLAY ? Déjà sur le chemin d’un prochain album ?

QG: D'autres disques sont prévus, mais pas pour tout de suite. Chaque chose en son temps, nous voulons d'abord profiter de celui-là, le faire vivre au maximum. J'ai commencé à écrire les scénarios de clips pour plusieurs des titres de TSTHATBM, nous aimerions en réaliser au moins un dans les prochains mois. Et puis l'éternelle recherche des concerts... Chose qui devrait s'améliorer car nous avons rencontré une manageuse. Elle m'a par ailleurs programmé en solo sur une performance de shibari (bondage artistique japonais...) où je jouerai la musique en live. Un expérience particulière, dont j'avoue avoir hâte d'en connaître le résultat. Je voudrais aussi trouver du temps pour travailler notre aspect visuel (dessins, photos, costumes, décors scéniques, lights...), seul et en collaboration. Trouver des artistes et musiciens avec lesquels partager et remodeler notre musique, bien sûr. Enfin, je pense acheter 8750 cartouches de cigarettes et les donner à tous mes amis car je passe mon temps à leur en taxer. Mais ça c'est un projet à beaucoup plus long terme... Restons pour l'instant dans le court terme et l'accessible.

P666 : Nous arrivons à la fin de l’interview… Merci beaucoup d’avoir pris le temps d’y répondre ! Je vous souhaite bonne chance et surtout un très long avenir ! Un dernier mot pour les lecteurs ?

Qlay: Nous vous remercions également. Notre mot pour les lecteur: "Nous avons hâte de vous croiser, en concert ou ailleurs. Sincèrement. A bientôt."

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :