Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
RIVHERSIDE
CHRONIQUE RIVHERSIDE - review
Contact groupe https://www.facebook.com/rivherside
Audio / Video
Mise en ligne le : 05 novembre 2013  | Intervieweur : Maulny77 | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
Avant de vous présenter l'échange que l'on a eu Renaud Villet (Rivherside) et moi-même, je me dois de souligner que le musicien est passionné, attachant à l'identique de la musique qu'il compose. Renaud Villet s'est livré en tout en honnêteté sans fuir les questions de cete interview en "face à face" sur Paris :


1/ Renaud, peux-tu nous présenter ton parcours et nous expliquer la raison pour laquelle tu as choisi d'ouvrer en solo?


Je joue en groupe depuis en vingtaine d'années et plus particulièrement depuis 10 ans dans des formations uniquement Blues. Il y a deux ans, j'ai décidé de créer des choses plus personnelles et me suis rendu compte qu'il m'était possible de le réaliser seul. Faire de la musique seul et me permet d'avoir une liberté totale. Mes premières compositions ont été maquettée chez moi et se sont orientées naturellement vers les racines du Blues avec pour objectif de pouvoir toucher un public rock plus large.


2/ Comment en vient-on à un one man band?


Le fait d'évoluer seul est pour moi une solution très pratique et appréciable, de plus cela représentait à la base un défit personnel que de se produire sous cette forme sur scène.


3/ Considères-tu Rivherside comme un side-project?


Non, cela est mon projet musical principal et celui qui est certainement le plus abouti depuis que je pratique la musique.


4/ Penses-tu qu'il existe un public réceptif à tes compositions?


Oui, il existe en France un public dans le domaine du Blues, mais j'aimerais par ces compositions toucher une audience plus larges, sensibiliser le domaine rock.


5/ Sur scène et sur l'album, es-tu épaulé ou œuvres-tu seul?


Sur l'album, je ne chante et ne joue que de la guitare. Je suis assisté d'un batteur professionnel et Pascal Mikaelian assure les partie d'harmonica. Pour la scène, j'ai une volonté de pouvoir sonner différemment entre l'enregistrement et le live. Si je dois utiliser un instrument lors d'un enregistrement et qu'il ne met pas possible de l'utiliser en concert, je transpose le morceau afin qu'il sonne en condition live. Les titres peuvent être présentés d'une certaine façon sur l'album et être différents sur scène, l'important est que dans les deux environnements les titres sonnent correctement. Pour la scène, j'utilise le foot-drums, un instrument assez unique fabriqué à la main pour restituer la batterie. J'ai pu faire l'acquisition de ce type d'instrument et il fait aujourd'hui partie intégrante de mon coté live et me permet de ma démarquer au niveau visuel.


6/ De par se coté visuel, n'as-tu pas peur d'être considéré par le public comme l'homme orchestre?


Non, je n'ai pas de problème fasse à cette image car l'homme orchestre exprime un coté folklorique de plus les one man band existe depuis longtemps dans le milieu Blues.


7/ Comment se présentent les retours des médias, de la presse spécialisé guitare...?


Les retours sont en général positifs faisant état de morceaux plus personnels, plus aboutis. Les médias de guitares ne se sont pas exprimés pour le moment.


8/ Penses-tu à l'avenir endurcir tes compositions?


C'est une démarche entreprise que je vais poursuivre, j'enregistre actuellement trois morceaux plus énergiques. Sur scène, mon attitude est plus électrique, plus rock'n'roll.


9/ En parcourant l'album, j'ai découvert des influences provenant d'Elvis pour le chant, de Stevie Ray Vaughan, d'Eric Clapton ou des racines du Blues, quel est ton point de vue sur ce sujet?


Cela me touche car j'adore Elvis et je n'avais pas fait le parallèle, mais effectivement les musiciens cités sont des gens que j'ai beaucoup écouté, mais aussi des artistes comme Moody Waters ou J. Lee Hooker font partis de mes influences. En ce moment, je suis plus à l'écoute de Blues plus épuré, plus ancré dans les racines.


10/ Les groupes dont tu assures les premières parties évoluent dans quel registre?


J'ai réalisé de nombreuses premières parties de groupes de Blues reconnus, mais je souhaite évoluer vers de formations plus rock afin de rencontrer un public plus variés.


11/ Merci Renaud pour ce moment, avant de te laisser le mot de la fin. Peux-tu nous dévoiler le choix pour ce nom, Rivherside?


Le Riverside Hotel est un lieu mythique basé dans le berceau du Blues, mes initiales étant R et V, je tenais à conserver ces deux lettres dans le nom de mon projet. Le H fait référence à une initiale importante pour moi.

Je remercie Pavillon 666 pour l'intérêt qu'il me porte et vous invite à venir découvrir mes vidéos live disponibles sur internet et mes compositions en écoute libre sur Deezer.

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :