Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
VOICE OF RUIN
CHRONIQUE VOICE OF RUIN - review
Contact groupe https://www.facebook.com/voiceofruin
Audio / Video
Mise en ligne le : 11 juillet 2014  | Intervieweur : Pounk | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
1. Salut Voice Of Ruin, bienvenue sur P666, pourriez-vous commencer par vous présenter un peu et nous expliquer comment le groupe a vu le jour?

Nils : Salut, nous sommes un groupe de 5 fermiers amateurs de hard, de houblon et chaire fraiche. Le groupe a vu le jour en 2008 à Nyon, entre deux labours, sur les cendres d’un ancien groupe dont il ne restait que Randy (chant), Olivier (batterie) et moi-même à la gratte. Comme notre style ne nous aidait pas à arrondir nos fins de mois difficiles, nous avons décidé de prendre notre unique taureau par les cornes et de créer Voice Of Ruin dans le but de remplir les caisses. Par la suite, Après plusieurs déboires de line-up, nous avons enfin trouvé une configuration stable fin 2012 avec les arrivées successives de deux associés exemplaires, à savoir Erwin (2010, basse) et Tony (2012, guitarelead), nous permettant ainsi de subvenir un peu mieux aux besoins de notre exploitation.


2. Votre dernière moisson en date, à savoir Morning Wood, a été enregistré au Boss Hog Studio, ça fait quand même du chemin! Pourquoi ce choix? Et surtout comment s'est déroulé l'enregistrement?

Nils : Et oui, c’est loin le Nord, mais les frites sont incomparables et la bière excellente. Mis à part cet attrait sans pareil, la principale raison est que notre guitariste lead (Tony) y avait enregistré un album avec son autre groupe (Nevercold), et qu’il nous a fortement recommandé cet endroit. Après un premier essai convaincant durant l’été 2013 pour enregistrer notre single « Cock’n’Bulls », nous nous sommes jeté à l’huile de friture pour ce deuxième album. Ce qui n’a évidemment pas été de tout repos...encore une fois à cause de la bière.De plus il s’agit du premier album enregistré à deux guitares, et avec un style nettement plus travaillé que sur l’éponyme. Au final il me semble que tout c’est bien passé et nous sommes tous très contents du résultat.
Randy: Le plus dur dans le Nord, c'est de surmonter les gueules de bois atroces qu'on attrape régulièrement avec ces satanés bières belges...malheureusement on se fait toujours avoir.


3. Les morceaux passent souvent, et très habilement, du coq à l'âne, est ce de part vos attirances pour la ferme et le sexe ou plus sérieusement de part des influences variées? C'est une volonté déjà affirmée avant la composition ou ça vient plutôt de manière "instinctive"?

Nils :Si tu parles de la musique, je peux répondre en tant que gratteux et dire qu’en effet les influences sont assez multiples, et que les songs ont été composées sur un laps de temps assez long, notamment avant, pendant, et après la formation du line-up final. C’est peut-être pour ça que les morceaux sonnent assez variés. Si tu parles des lyrics, je laisse le soin à Randy de répondre.
Randy: Quant aux paroles, je trouve mes thèmes lors de belles soirées de débauche, c'est donc pour ça que je parle principalement de sexe et d'alcool. Parfois je tombe sur des films qui mettent en scène des animaux, alors je m'inspire de ces images pour varier un peu mes textes. Il m'arrive cependant d'écrire sobrement sur certains thèmes d'actualité ("Sex For Free" ou "Viols Désinvoltes"), mais toujours en rapport avec le sexe.


4. Concernant votre album justement, ça fait déjà un petit moment qu'il a débarqué dans les bacs, les critiques sont bonnes, comment a-t-il été accueilli par le public? les retours sont ils bons?

Randy: Tout le monde le veut, il s'arrache dans les grandes surfaces et Johnny Halliday nous a contacté dernièrement afin de nous faire part de son inquiétude...il risque de perdre sa place de meilleur vendeur de disques de tous les temps en France. Quant aux retours, je te laisse imaginer les éloges que nous recevons chaque jour. Au final, c'était notre but principal de gagner autant de pognon et de devenir célèbre. On va bientôt pouvoir ranger nos pelles et nos tracteurs et notre guitariste Tony pourra enfin arrêter de tourner du porno via sa boîte de prod ("BraquemarProd").


5. J'ai cru remarquer qu'au niveau dates ça marche plutôt pas mal pour vous en ce moment, le public est plutôt réceptif à votre set? Vous avez quand même inclus des morceaux issus d'anciens opus dedans?

Nils :Le public réagit super bien à nos songs actuelles. Depuis le début, on essaye de composer une musique avant tout énergique, qui puisse transmettre quelque chose de positif sur scène. Le but est que les gens qui nous regardent puissent passer un bon moment et se mettre une bonne mine.Pour ce qui est de nos anciens morceaux, on ne les joue plus, surtout parce que le line-up et par conséquent le style ont complètement changé depuis l’éponyme.
Randy: Tony commence d'ailleurs à avoir de la peine à suivre en backstages...ces dames sont de plus en plus nombreuses et en demandent toujours plus.


6. Des dates, des cds, du nouveau merch' et même des clips, vous avez déjà fait un bon bout de chemin, vous visez quoi maintenant?

Randy: Toujours la même chose: devenir des rockstars, gagner plein de fric et avoir accès à plus d'activités et de substances déviantes!


7. L'image qui ressort du groupe donne un côté fun et plutôt décalé, l'ambiance est comment entre vous réellement? Que ce soit en répète ou au quotidien.

Randy: C'est fatiguant de voir que les gens pensent tous qu'on fait du second degré. Car au final ce n'est qu'une facette pour plaire aux gens et vendre plus de disques. C'est un peu comme Franck Dubosc, il est humoriste, fait du second degré, mais au final c'est que du business et en dehors de ses shows il est antipathique et con. Ben Voice Of Ruin c'est pareil et entre nous aussi vu qu'on se côtoie uniquement pour gagner de l'argent et accéder à l'alcool gratuit qu'on nous offre en concert.


8. Vous avez une grosse tournée de prévue prochainement?

Randy: On vient de rentrer d'une tournée au Japon avec The Black Dahlia Murder et Fleshgod Apocalypse, c'était mortel. Sinon on a quelques shows cet été et on reprendra la route (et la bière) d'une manière plus intensive dès le 19 septembre pour la tournée promotionnel de l'album. Pour le moment on a 16 dates de confirmées jusqu'au 20 décembre en Suisse, France, Allemagne et Belgique. Ca va picoler sec et envoyer du purin!


9. Pour conclure auriez-vous un message à faire passer, d'éventuel remerciements, coup de gueule, un petit coucou?

Randy: On aimerait remercier nos fans qui nous soutiennent en achetant nos disques et qui, par conséquent, nous permettent de continuer notre ascension vers le tapis rouge de Canne. Mais aussi tous les médias et les gens qui bossent avec nous, sans qui rien ne serait possible. On espère vous voir à l'un de nos concerts et n'hésitez pas à venir boire une bière avec nous au stand merch, au final c'est quand même l'une des choses qu'on sait le mieux faire (avec nos activités à la ferme et au lit). Et merci à toi pour cette sympathique interview. HARD SEX
Nils: Merci à toi Pounk pour cet interview! Aux lecteurs de Pavillon 666 allez jeter une oreille à notre album Morning Wood qui est en écoute complète sur notre bandcamp. On remercie au passage Marc Dorcel pour ses précieux conseils et Rural pour ses magnifiques T-Shirts bien Hard-ricoles.


Merci beaucoup de votre passage sur P666!

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :