CHRONIQUES D'ALBUMS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR


Pavillon 666 - metal rock webzine CULT OF LUNA
Somewhere along the highway [ 2006 ]
(Durée : 64.00)
Style : Post-rock -Core
Informations :
Interview :
Contact label : http://www.earache.com
Contact groupe : http://www.cultofluna.com
 


 Pavillon 666 - metal rock webzine
ORIGINALITE
Pavillon 666 - metal rock webzine

TECHNIQUE
Pavillon 666 - metal rock webzine

PRODUCTION
Pavillon 666 - metal rock webzine

EMOTION
Pavillon 666 - metal rock webzine
 
Chronique : 01 mai 2006 - Chroniqueur : SEED OF PERVERSION
 

Lorsqu’on parle de Post HxC pour moi, il y a clairement deux catégories de groupes. D’une part, tous les hystériques de la technique qui naviguent dans le sillon laissé par Dillinger Escape Plan et de l’autre coté ceux qui préfèrent la musique qui prend aux trippes et dont la genèse est due à Neurosis. Dans le cas de ces derniers on peut dire que deux groupes ont vraiment su se faire un nom au milieu de la déferlante. Les Etats-Unis ont le leur avec Isis, et l’Europe en a également un, et il s’agit de Cult of Luna. Donc bien évidemment ce groupe possède une certaine renommée et un passé musical de très bonne qualité et trois albums presque tous indispensables. Après les débuts tonitruants de leur premier album, on sentait déjà sur Salvation (le troisième du nom) un début d’évolution avec pas mal de parties bien planantes.

Cette évolution est donc pleinement active dans ce quatrième album nommé « Somewhere along the highway ». Le ton s’est nettement adouci par rapport aux précédentes réalisations et on sent le groupe plus posé qu’auparavant. L’ouverture de l’album se fait par une délicate introduction de larsen éthérés, de notes légères de clavier et de percutions lointaines. Ce début très planant va se révéler en fin de compte plutôt représentatif du reste de l’album. Cependant Cult of Luna, n’a pas renié son style d’origine et propose toujours ces parties lourdes aussi bien dans la batterie que dans les guitares dont le son et la saturation est aussi pesant que le fardeau du temps qui passe, le vocaliste hurle toujours ses lyrics avec une voix rauque et déchirée.
Bref la base «hardcore » est toujours la même, mais on sent néanmoins une nette différence par rapport a Salvation qui laissait beaucoup de place aux explosion de rage et de puissance. Ici toutes les transitions entre les passages planant et les passages plus intenses se fait par progression. On entend d’ailleurs clairement que le groupe possède dans ses influences des groupes de rock progressif tels que Godspeed you black Emperor car l’album regorge de passages atmosphériques très travaillés ou les sons electro, bien que discret, occupent une place importante, les mélodies de guitares s’étirent en longueur au fil des mesures et la batterie devient à la fois hypnotique et entraînante. Le groupe s’est même permis l’utilisation d’un banjo qui donne une impression de nostalgie et de tristesse assez peu commune.

Du fait de cette évolution l’album en devient moins accessible car la où les anciens albums nous jetaient à la gueule leur puissance et leurs riffs agressifs, ici il faut se laisser entraîner par les morceaux et s’immerger dans le son de Cult of Luna. Un son qui est toujours profond et subtil laissant transparaître différents niveaux de perception et qui nécessite plusieurs écoutes pour être vraiment apprécié. Je me suis surpris à découvrir une mélodie à la guitare, au bout d’une dizaine d’écoute. Bref cet album est vraiment travaillé aussi bien dans la production qui laisse s’exprimer avec clarté et beauté les passages calmes et progressifs mais qui sait se révéler écrasante lorsque le besoin s’en fait sentir, avec notamment un passage à la limite du drone (Sunn o))), Earth) ou la saturation des guitares vous remue de l’intérieur tellement celle-ci est intense sur le morceau « And with her came the birds ». Cet album est tellement complexe et travaillé qu’il serait vraiment très long et difficile de faire une description exhaustive des multiples facettes qu’il contient et de tous les éléments intéressants qui ont attiré mon attention.

De manière générale, la patte Cult of Luna est toujours bel et bien présente (ce qui est un énorme gage de qualité), mais je regrette toute de même l’absence de « tube » ou de mélodie poignantes telles que sur la chanson « Leave me here » sur Salvation. Quoi qu’il en soit cet album est vraiment très bon et comblera à coup sur les fans du groupe car ce dernier a su évoluer en prenant des risques au lieu de rester sur ses acquis, tout en gardant son identité et son style. C’est à cela qu’on reconnaît les grands groupes.





pavillon 666 webzine metal rock Achetez cet album ICI
pavillon 666 webzine metal rock

 

AUTRES CHRONIQUES DU GROUPE
CULT OF LUNA - Vertikal CULT OF LUNA - Vertikal II

 
pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES CHRONIQUES pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUÉ pavillon 666 webzine metal rock ÊTRE CHRONIQUEUR