INTERVIEWS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES INTERVIEWS
>
BEYOND THE STYX
Chronique liée
Lien du Groupe https://www.facebook.com/BEY0ND.THE.STYX
Audio / Video
Mise en ligne le : 20 février 2015  | Intervieweur : FredBebel | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
Pour la sortie de leur premier album, « LEVIATHANIMA » j’ai interrogé Émile, chanteur de BEYOND THE STYX pour mieux découvrir cette prometteuse formation du métal hardcore made in France.

- Vous existez depuis 2011, comment a commencée l’aventure BEYOND THE STYX ?

Émile : De manière normale ! Adrien (le batteur) et moi suite à la séparation de notre ancienne formation et après plusieurs splits cherchions de nouveaux membres, lui dans le style « hardcore », moi plus « deathcore » nous avons dû trouver un compromis et « casté » (sans prétention) les nouvelles recrues dans le but de recruter des musiciens qui collaient avec notre projet et nos ambitions sur le long terme, tout en gardant les pieds sur terre, sachant qu’en France le métal est considéré comme le parent pauvre de la musique mais que les métalleux français ont le droit aussi d’avoir des rêves !

- Vous pratiquez un métal hardcore avec ton chant assez puissant, quelles sont vos influences musicales ?

Émile : Ce qui fait la richesse du groupe c’est qu’on a tous des influences diverses et variées, Anthony, le lead guitare, est un grand fan de NEVERMORE, David le guitariste rythmique est lui plus fan de la scène deathcore, Yoann le bassiste est fan de post métal et Adrien le batteur est quant à lui fan de hardcore. Pour ma part j’ai des influences qui vont du hardcore au deathcore mais on se retrouve tous dans CHIMAIRA, GOJIRA, des cadors comme HATEBREED sans passer à côté de PANTERA évidemment.

- Comment s ‘est passée la composition et l’enregistrement de « LEVIATHANIMA » ? Tout le monde a-t-il participé à l’écriture de l’album ?

Émile : L’album a été écrit en 9 mois, ça a été très rapide, car on s’était fixé une sortie à échéance du début de cette année, ce qui était ambitieux vu le renouvellement récent du line-up. Tout le monde a participé à l’écriture, en particulier les 2 guitaristes et moi-même pour le « socle de base » puis la rythmique basse/batterie rajoutait sa patte, le tout sans s’imposer quoi que ce soit avec toujours du compromis, ce qui apporte, je pense, une touche d’originalité à nos compos.

- Vous venez de signer avec le collectif KLONOSPHERE , partenaire de nombreux groupes Français, qu’est-ce que cela va vous apporter ?

Dans un premier temps c’est une reconnaissance, je suis un groupe comme TREPALIUM depuis de nombreuses années, je les ai vu en live quand j’avais 18 ans, nous avons déjà joué avec HACRIDE et KLONE donc KLONOSPHERE ça nous parle puis nos collègues de THE WALKING DEAD ORCHESTRA ont également signé chez eux, donc on va se retrouver sur la route. Ensuite on va apprendre de ces « grands » qui ont énormément à nous apporter par leur expérience pour avancer.

- Vous débutez une tournée dans toute la France début février qui passera par la Suisse et la Belgique, pas trop de pression ?

Émile : Sans prétention la pression on l’a eue surtout au niveau des labels et de la sortie de l’album, pour la tournée on l’aura quand on réalisera qu’on sera sur la route dans le camion, mais on a un réel plaisir à jouer et rencontrer le public d’autant plus que la plupart des villes dans lesquelles nous allons nous y avons déjà joué, dans de plus grandes salles pour certaines, nous ne sommes pas retournés à Liège depuis 2 ans, depuis 1 an en Suisse, ça va être un vrai plaisir d’y retourner.

- Pourra-t-on vous voir dans des festivals cet été en France ou ailleurs en Europe ?

Émile : La réponse est oui, mais vu que rien est signé je préfère ne pas m’avancer mais nous travaillons en ce sens pour nous faire connaître et apprécier par un plus large public parce que pour le moment nous sommes tout petits et nous ne demandons qu’à grandir et rencontrer de nouvelles têtes de plus le fait d’être dans l’écurie KLONOSPHERE maintenant peut-être un tremplin pour nous en France par la suite pour d’éventuelles tournées ou premières parties.

- Que peut-on vous souhaiter pour 2015 ?

Émile : Tout d’abord un bon accueil de la part du public pour notre album, on a de bons retours pour le moment, que ce soit en France ou à l’étranger notamment avec nos amis hispanophones, et plus de concerts et de festivals. Ensuite une belle composition du deuxième album qui est déjà à l’étude après 8 mois sans composer, à la sortie du DOME STUDIO on s’est remis au travail pour se laisser un peu plus de temps et repartir sur quelque chose de différent et plus efficace encore, se laisser le temps d’écrire un album qui nous ressemble plus, sachant que « LEVIATHANIMA » nous ressemble énormément.

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

We cannot display this gallery