last TOP CHOICES Nos coups de coeur
pavillon 666 webzine metal rock Derniers Coups de coeur



 Interviews

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
>
JINJER
Chronique liée
Lien du Groupe https://www.facebook.com/JinjerOfficial/
Audio / Video
Mise en ligne le : 06 janvier 2020  | Intervieweur : inglewood | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
Ce vendredi 06 décembre 2019, j'ai pu m'entretenir avec Eugene Abdiukhanov, charismatique bassiste du groupe ukrainien en pleine ascension : JINJER.


Pavillon (P) : Bonjour Eugene et merci de nous recevoir car je sais que votre planning est très chargé.

Eugene (E) : Ce n'est pas grave, c'est bien en fait.


P : Je ne sais pas si tu te souviens, nous vous avions vu en 2016.

E : Je me souviens des visages en fait.


P : C'était dans une petite salle de concert, le Bus Palladium.

E: Oui, ce n'est pas loin d'ici.


P : Nous avions vu tourner avec votre petit camion et maintenant vous venez en tète d'affiche avec un gros bus et une grosse équipe, quelle ascension, bravo.

E : Oui, cela ne nous a pris que 3 ans, hein ? C'est ce qu'on dirait comme ça mais non, ce n'est pas comme ça, cela nous a pris 10 ans pour en arriver là, où nous en sommes maintenant. Même cet été, nous faisions notre tournée en van.


P : Vous tournez tous les jours depuis depuis plus de deux ans, non ?

E : Nous sommes en tournée sans arrêt depuis 2013 ou 2014. Nous parlons de bus et de réussite et d'être connus mais, nous n'avons eu ce bus que pour cette tournée, pour la première fois, nous n'avions jamais tourné en Europe en bus, jamais. Même cet été, nous faisions notre tournée en van.


P : Je ne doute pas que le plaisir soit toujours là mais, comment faites-vous pour combattre la fatigue et la lassitude ?

E : Et bien, pour être honnête avec toi, bien entendu c'est difficile. Ça ne fait aucun doute, je ne me suis jamais senti comme ça auparavant, je suis très fatigué, nous sommes tous très fatigués. Nous n'avons jamais été fatigués à ce point parce fondamentalement nous n'avons jamais joué autant de concerts et là, nous allons avoir cent cinquante concerts à notre actif cette année. Nous finirons à la toute fin de la deuxième moitié de décembre à Budapest et ce ne sera notre cent cinquante et unième concert en 2019 donc vous pouvez imaginer à quel point je suis fatigué.


P : Vous allez faire une coupure à Noël peut-être ?

E : Nous aurons tous fin décembre, janvier, février, puis le 29 février nous irons à Tel Aviv, Israël puis en Australie et en Amérique du Nord puis de nouveau en Europe et puis encore aux États-Unis et puis… Sans arrêt pour le reste de l'année.


P : Quand vous allez partout dans le monde, Australie, Israël, USA… Vous voyez une différence avec le public ou c'est toujours la même chose pour vous ?

E : Non, le public est évidemment différent, cela ne fait aucun doute. C'est juste que certaines personnes sont plus actives, certaines personnes sont moins actives, certaines personnes accordent plus d'attention à la musique que vous jouez, comment vous jouez, certaines personnes deviennent juste dingues dans la fosse mais, les différences étaient plus évidentes au début, maintenant ce n'est plus si évident. Le public est juste bien, il vient nous voir et nous soutient de la meilleure façon, donc même s'il reste de petites différences à travers le monde, je ne les qualifierai pas vraiment de gros.


P: Vous ne voyez pas de grosses différences entre les pays ?

E : Oui, il y en a. Le public français est définitivement cinglé.


P : C'est vrai, le public français est parfois simplement fou, il n'écoute même pas si c'est techniquement difficile de jouer un morceau en live.

E : J'aime vraiment beaucoup voir le public français dans la fosse quand je suis sur scène parce que ces gens-là sont absolument cinglés, tarés, et c'est cool parce que nous jouons quand même de la musique extrême.


P : Je pense que c'est bon pour vous, le public vous donne l'énergie quand vous êtes fatigués.

E : Exactement, c'est l'échange d'énergie.


P : J'ai vu que vous repartiez de nouveau pour une grosse tournée aux États-Unis pour plus de vingt spectacles …

E : Pas si grosse que ça, la dernière fois nous avions quarante-quatre dates dans de grandes salles.


P : La réussite aux États-Unis est-elle importante pour vous dans votre carrière ?

E : Nous ne pensons pas vraiment à notre carrière, nous voulons juste jouer et bien sûr, si vous êtes un musicien, vous voulez jouer dans des salles plus importantes, avec une meilleure mise en scène, donner de meilleurs concerts, avec de meilleurs morceaux et c'est tout à fait naturel, nous voulons vraiment évoluer, nous voulons vraiment évoluer pour pouvoir mieux jouer et offrir un meilleur spectacle aux gens.


P : C'est une bonne façon de voir les choses.

P : Parlons un peu du dernier album « Macro » qui est sortie depuis un peu plus d'un mois maintenant. J'ai écrit une chronique dans laquelle je disais que je trouvais cet album plus adulte et complètement assumé dans les orientations musicales. Je trouve que vous êtes allé au bout de vos choix sans aucune barrière. Je trouve qu'il dit, que « Nous faisons ce que nous avons envie de faire » et pour ça, « Macro » est votre meilleur album à mon sens.

E : C'est aussi le meilleur pour moi.


P : Certaines chansons comme « Retrospection » …

E : C'est mon morceau préféré.


P : Le riff principal est une tuerie qui fait immédiatement secouer la tête.

E : C'est un riff magnifique et ce même riff est certainement l'un des meilleurs que nous ayons composés.


P: Oui, c'est quelque chose, même la voix Tatiana. Nous sommes seulement un peu déçus que le morceau ne soit pas tout en Russe car la voix de Tatiana lorsque chante en Russe, c'est vraiment quelque chose.

E : Vous voyez le truc c'est que, j'aime vraiment le fait que la chanson soit dans les deux langues. Il y a une partie en russe et une partie en anglais parce que de cette façon nous pouvons mieux transmettre le message au monde entier et en même temps, nous laissons un élément que nous rendons juste spécial pour tous ceux qui sont russophones, notamment pour nos parents. En réalité cette chanson est consacrée à nos parents, nous leur faisons comprendre le message aussi. C'est ça l'idée.


P : Lorsque l'on s'est rencontrés en 2016, nous vous avions demandé si le Hellfest était sur votre liste. Tu nous avais dit que c'était le rêve d'une vie.

E : Un rêve parmi d'autres.


P : Le rêve va devenir réalité, qu'en attendez-vous ?

E : Il devient réalité. Eh bien, je sais ce que sont les concerts français. C'est toujours fou et multiplié simplement par le nombre de personnes qui assistent au Hellfest, multiplié par la taille de la scène, j'ai un peu peur (rires). Je dois être bien préparé pour cela parce que ça va être époustouflant ! Tant pour les fans que pour le groupe. Cette année, nous avons joué au Wacken, j'étais aussi nerveux parce que nous avons ouvert l'une des plus grandes scènes, la troisième scène, nous l'avons ouverte à onze heures du matin et j'étais tellement nerveux avant de monter sur scène, j'étais là à me dire « Allé, il est onze heures du matin, les gens sont encore ivres, ils ne sont pas encore remis, ils sont toujours ivres de la veille. » , puis je monte sur scène et j'ai vu cette foule énorme, je ne pouvais même pas voir les contours de la foule, je ne pouvais même pas voir où était la fin de cette foule, elle était si grande et c'était l'une des meilleures performances de cet été.


P : Je pense que vous serez bien accueilli au Hellfest, le public français aime Jinjer.

E : Et j'aime le public français.


P : Merci pour cette entrevu, nous allons maintenant vous laisser vous préparer pour le concert.

E : Avec grand plaisir.

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

We cannot display this gallery
PARTAGER :
 







Soutenez-nous !
concerts à venir dans le mois Concerts partenaires
NAPALM DEATH [Lyon - 69] > 27-02-2020
NAPALM DEATH [69] 27-02-2020

pavillon 666 webzine metal rock Voir les concerts
pavillon 666 webzine metal rock Poster un concert
Concours A gagner en ce moment
CONCOURS CD : PAVILLON666
PAVILLON666
CONCOURS CONCERT : MAGMA
MAGMA (69)

pavillon 666 webzine metal rock Voir tous les concours