INTERVIEWS

pavillon 666 webzine metal rock TOUTES LES INTERVIEWS
>
LAST ADDICTION
Chronique liée
Lien du Groupe https://www.facebook.com/lastaddiction/
Audio / Video
Mise en ligne le : 07 avril 2021  | Intervieweur : Chart | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock



1. Salut et merci d’avoir accepté de répondre à cette interview, est-ce que vous pourriez en guise d’introduction nous présenter le groupe et son histoire ?

La genèse du groupe date de la cour d’école, où je rencontre Dylan (chant) ! Pendant le lycée, on décide de créer un groupe, d’abord sur un format de reprise tendance punk rock, puis rapidement, l’envie de composer arrive. Will (basse) qui faisait partie d’un cercle d’amis proches nous rejoint fin 2015, puis arrive Thomas (drums), recruté sur annonce, dont l’entretien se déroulera dans un pub, et enfin, Vincent, transfert d'un autre groupe local, qui arrive courant 2020, juste avant le début des enregistrements de l'album.
2. Comment s’est passée l’écriture de cet album ?

Nous n'avions pas prévu de produire aussi rapidement après l'EP de 2019, mais lorsqu'on a vu la tournure des évènements au printemps dernier, on a compris que les choses allaient durer. Plus de live, impossible de défendre réellement l'EP, on a donc misé sur le fait que la situation allait durer. L'isolement total a donc été propice à la création, les compos se sont accumulées rapidement, la structure de tout les morceaux était prête avant l'été, on a ensuite profité d'un peu de liberté à la rentrée, pour boucler définitivement lors de quelques séances en groupe, avant de passer à l'enregistrement. 
3. Comment s’est passé l’enregistrement ?

Les moyens actuels permettant cela, nous avons enregistré entre notre QG, les terres froides, et le studio en Haute Savoie. On a fait tout l'album avec Arnaud Ménard (sicarius production), qui nous avait conseillé lors du mix/master de l’EP. En plus d’être ingé-son, c’est un musicien talentueux, en particulier au chant, nous savions donc qu’il ne laisserait rien passer, qu’il nous pousserait constamment, et qu’il serait d’excellent conseil ! Nous nous étions donc bien préparés, mais Arnaud a toujours placé la barre plus haut ! On a souvent entendu « on y retourne » pendant les prises ! Il a également géré le mix/master en se calant parfaitement sur nos attentes en termes de son. Le résultat nous comble !
4. Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur vos paroles ?

Sur 6 titres, c’est une forme d’introspection, vue sous différents prismes. Cela se passe dans la tête d’un narrateur, qui évoque la fin de vie, assumée ou pas, la maladie, l’isolement, la démence, tout cela avec un point commun : la solitude.
2 titres clôturent l’album et font un lien avec l’EP, une suite qui met les Hommes au banc des accusés mais jugés par des démons, et un final tonitruant, qui met en scène un Lucifer très « rock n roll », attendrissant et rêveur, mais impatient de retourner en enfer devant le comportement de l’humanité, cupide et destructrice. Ce titre est en partie inspiré par la série.
On travaille beaucoup les lyrics lors de la composition, pour faire de chaque titre une véritable histoire, avec un déroulé et un épilogue.
5. Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Musicalement, les influences sont nombreuses, variées, du heavy, metalcore, au postrock, jusqu'au post black, mais parfois aussi surprenantes car pas forcément en lien direct avec la scène metal. Donc oui, des Trivium, BFMV, c'est certain, mais "enrichi" de touches qui ramènent vers des Bring me, vers des Harakiri for the sky, ou Der Weg. Pour le reste, on peut aller piocher dans le poprock, l'électro, bref, on ne s'interdit rien en terme de composition, quitte à surprendre, on ne revendique aucun style particulier.

6. Quels sont vos autres projets pour cette année ?

On craint de ne pas pouvoir (ou peu) remettre les pieds sur scène en 2021. Pour l'instant, aucune certitude sur les dates, festivals, et par dessus, on aura à faire face à tous les reports de 2020 et 2021. On s'achemine donc vers 2022 pour les live. D'ici là,  on travaillera la promo via les webzines, radios, presse, et nous produirons d'autres vidéos. On prévoit d'en sortir 2 supplémentaires, donc 4 au total pour l'album. Si la situation n'évolue pas, et bien nous continuerons à travailler, pour poser les bases d'un second album.
7. Merci d’avoir répondu à cette interview, je vous laisse le mot de la fin :

On a le sentiment d'avoir réalisé un album qui nous correspond, on espère donc vraiment pouvoir le faire découvrir, notamment en live, et si on trouve en plus un écho auprès du public, ce sera juste parfait. On a besoin de soutien comme beaucoup de groupes, car en marge du plaisir de créer et de jouer, la production d'un album est un effort important, surtout lorsque comme nous, on décide d'assumer 100% du projet, sans faire de cagnottes ou autres participations. En résumé, l'acheter ne nous enrichira pas, mais peut nous permettre de continuer à produire.

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

We cannot display this gallery

 




Go to Top