Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
KORUM
CHRONIQUE KORUM - review
Contact groupe http://www.korum.org
Audio / Video
Mise en ligne le : 10 novembre 2006  | Intervieweur : BALTACK | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
1) Salut KORUM, pouvez-vous nous parler du nouveau line-up ?

KRISS : Le nouveau Lineup est composé de Pascal Vigné à la guitare, Gaël Ferêt à la batterie et Kriss à la basse/Chant.


2) Ce changement à t-il apporté de bonne chose et pouvons nous parler d’un nouveau départ pour le groupe ?

KRISS : Ockham’s Razor est un album beaucoup plus nuancé que les précédents. Le nouveau lineup a permis d’apporter les couleurs nécessaires en terme d’arrangements pour rendre ce projet vivant. Quand tu peux passer d’un riff Samba à une rythmique déstructurée pour finir sur solo de guitare assis sur un rythme asymétrique en mesures impaires, il te faut un lineup taillé dans la roche, un lineup que j’ai mis 2 ans à réunir.


3) Pouvez vous nous présenter votre nouvel album (concept / style / prod ) ?

KRISS : C’est un album qui n’a pas vraiment de style, je pense avec le recul qu’il ne peut se rattacher à rien, son unique concept réside dans le fait de cracher les tripes et de tout mettre sur la table en balayanr tout autre forme de considération.


4) Quelles sont les influences que vous pouvez revendiquer sur celui-ci ?

KRISS : Ockham’s Razor même si cela peut apparaître un album très différent comparé par rapport aux autres albums conserve les même influences et méthodes de composition que les précédents ce qui a changé c’est la disparition des riffs death technique épileptiques au profit de riffs polyrythmiques et mélodiques avec la volonté d’allez au fond des choses comme une confession.



5) Pourquoi un changement si soudain dans les vocaux de Kriss ?

KRISS : Sur les anciens albums, j’ai utilisé des « growling » death car les morceaux les demandaient, ils avaient été calibrés pour cela. Les morceaux d’Okham’s Razor appelaient à autre chose quelque chose de plus profond, de plus personnel avec le poids des mots qui se comprennent et cela d’emblée. Cette voix avec ce grain gras râpeux et clair, c’est tout simplement la mienne et pas un style emprunté à quelqu’un d’autre où l’on ne comprend pas un mot, où l’on ne comprend pas le fond et où l’on ne s’attache qu’à la forme. De nos jours, le « métal extrême», se focalise sur des voix stéréotypés (Death, Black, Hardcore new school) où tous les chanteurs ont tendance à chanter de façon uniforme où tu ne reconnais plus vraiment un groupe d’un autre pour mieux les mettre dans des cases. La théorie des cases quand tu mets tes tripes sur la table cela n’a pas de sens.



6) Vous avez fait une reprise de Henry Rollins « Another Life » (qui je crois est une grosse influence pour vous) pourquoi avoir choisit ce morceau ?

KRISS : Cette reprise que je désirai faire depuis 6ans est totalement dédicacée à mon frère décédé en 2000 après des années. Dans ce morceau tout est dit aussi bien au niveau des textes que de la musique. Nous avons complètement réarrangé ce morceau avec l’accord d’Henry Rollins pour que celui-ci s’accorde avec tous les autres morceaux de l’album, il a été « Korumisé » en quelque sorte.



7) L'enregistrement de l’album a été effectué par Jean-Jacques Moreac (MISANTHROPE) et Kriss, que pouvez vous en dire ? En êtes-vous satisfait ?

KRISS : L’enregistrement n’a pas été effectué par Jean Jacques, il s’est occupé du Mixage. Les guitares et la batterie ont été enregistrées à Nancy et les basses et les voix dans mon studio personnel. Nous avons particulièrement lutté avec le mastering car nous en avons réalisé 3 complètements différents dont 2 versions ont été pressées. La dernière version est d’hors et déjà disponible sur le site web du label www.sekhmet-records.com et au travers de celle-ci nous avons enfin trouvé l’alchimie complexe que nous voulions.



8) Que pensez-vous de la scène métal française ?

KRISS : Les dernières années ont vu émerger des groupes comme GOJIRA qui ont su par leur professionnalisme se hisser après une décennie d’abnégation dans une position leur permettant de « rivaliser » en terme d’impact avec des groupes internationaux. Mais mis à part ces exceptions notables, nous sommes encore très loin de la scène canadienne qui est pour moi une des plus riches avec tous ces groupes avec leurs personnalités bien marqués qui savent être compris et soutenu par un public fidèle.


9) Planifiez-vous de beaucoup jouer cette année ?

KRISS : Nous travaillons sur un road movie en 2007.



10) Comment voyez-vous l’année 2007 avec ce nouvel album ?

KRISS : Ce n’est pas un album qui a été fait dans une expectative absolue de reconnaissance. Si beaucoup de gens se reconnaissent dans ce disque et que cela est en mesure de leur apporter quelque chose alors nous verrons.

11) Pour finir avez-vous quelque chose à dire à vos fans ?

KRISS : A bientôt…

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :