Interviews CD

pavillon 666 webzine metal rock Voir les Interviews flux RSS - updates - pavillon 666
SHADES OF SYN
CHRONIQUE SHADES OF SYN - review
Contact groupe http://www.myspace.com/shadesofsyn
Audio / Video
Mise en ligne le : 23 février 2011  | Intervieweur : Matai | Traducteur :

INTERVIEW francaise - pavillon 666 - webzine metal rock
1. Salut Shades of Syn, et merci pour l’interview que vous nous consacrerez, pouvez vous nous présenter votre line up, votre parcours ?

Bonjour à vous. Shades Of Syn vient de l’est de la France et a véritablement vu le jour en 2006. Le parcours du groupe est plutôt typique, dans le sens où des chansons ont été composées, répétées. Une démo a été enregistrée en 2007, des concerts ont suivis jusqu’à l’enregistrement de Rust From Inside qui a débuté en juillet 2009. Le master était près en mars 2010. Nous avons ensuite signé un contrat avec M&O Music pour une sortie en février 2011. Concernant le line-up, Jon et moi-même sommes là depuis le début en tant que guitariste. Je m’occupe également du chant, nous avions d’ailleurs tenté d’enrôler un chanteur pour que je ne m’occupe que de ma guitare mais j’ai repris le micro suite aux avis et conseils de plusieurs amis. Loïc et Mathieu tiennent respectivement la basse et la batterie.

2. Pouvez nous présenter votre nouvel album, « Rust From Inside » ?

C’est surtout notre premier album ! Il se compose de 10 chansons que nous avons fait sonner du mieux possible. Pour le style, je ne sais pas trop quoi en penser dans le sens où le son est typé métal mais l’approche reste définitivement Rock’n Roll dans les thèmes abordés, la manière de jouer. C’est dans l’ensemble assez frénétique comme musique. Certains nous disent death mélo, d’autres plus thrash ou crossover, Jon dit qu’on fait du Death’n Roll et Loïc dernièrement inventait le terme assez sympa de Rust’n roll.

3. De quoi parlent les paroles et que représente la pochette ?

Les paroles n’ont pas une profondeur exceptionnelle, dans le sens où toute la musique est d’abord composée, les textes sont écrits plus tard, pour coller au mieux. Cependant les thèmes principaux sont la fête, le rock, l’alcool et le sexe. Le titre Rust From Inside est d’ailleurs un condensé de tout ça. C’est assez positif et davantage tourné vers le fun. In Death Again et Once Upon A Star sont peut être un peu plus sombres par contre. La pochette est recouverte de rouille et illustre bien le côté sale, rugueux mais chaleureux qui nous caractérise.

4. Vous semblez très influencés par Children of Bodom, Kalmah, ¦je me trompe ? Sinon quelles sont vos influences ?

Je ne connais pas bien Kalmah. Concernant Children Of Bodom, ce n’est pas la première fois qu’on nous le dit mais vu le niveau de ces mecs je prends ça comme un compliment. Sinon non, j’aime bien Children Of Bodom mais je ne pense pas qu’on soit très influencé par eux. Dans Shades Of Syn tu trouves des solos de guitare, des synthétiseurs parfois doublés aux guitares, un chant saturé, des refrains qui martèlent… C’est certain, nous utilisons les mêmes types de sonorités, surtout celles de leurs derniers albums alors du coup on nous compare à eux, comme à Norther aussi, mais je ne crois pas que des titres comme Well Dressed Eradicate ou Sufferblast sonnent très children Of Bodom. Concernant nos influences, c’est forcément les groupes à cause lesquels on a sué des jours sur nos guitares : Metallica, Megadeth, Pantera, Guns’n Roses, les trucs classes en définitif. Tu rajoutes à ça d’autres joyeusetés que tu écoutes à un certain moment et ca donne du Shades Of Syn.

5. Comment s’est passé la session d’enregistrement ?

L’album a été enregistré, mixé et masterisé par Pierre-Emmanuel Pélisson au StudioPE. C’était pratique car près de chez nous. Plus qu’un ingénieur du son, PE a réellement aidé à la production de l’album, n’a pas hésité à nous pousser au cul afin qu’on donne le meilleur de nous. Tu vois on n’avait pas d’expérience en studio et ça nous a bien convenu ce principe : tu te pointes, tu n’as qu’à jouer du mieux que tu peux et on te dit si tu as fait de la merde ou pas. Du coup, je pense que l’utilisation d’un Home Studio ne sera probablement pas une chose que nous envisagerons, on est en plus trop fainéant pour apprendre à utiliser un tel outil. Plus techniquement, l’enregistrement s’est divisé en deux parties : nous avons déjà mis en boite la batterie et les rythmiques, puis plus tard tous les leads, la basse, les claviers et pour terminer le chant. Ont suivi le mix et le master.

6. Etes vous contents du résultat ?

Oui. Nous voulions que le son se rapproche de celui du live et c’est tout à fait ce que nous avons obtenu. C’est du gros son, avec une basse bien présente. Nous ne voulions pas un son trop clinique, ultra compressé. Le son que nous avons obtenu vient aussi et surtout de notre jeu. D’ailleurs à ce sujet, PE a de l’expérience dans le Heavy Metal, le gros Death chirurgical et tous ces styles très précis. Du coup il a été un peu perdu avec nous au début, au point qu’après la toute première prise guitare, il ne savait pas si celle-ci était bonne ou pas. Il s’est ensuite habitué et tout a merveilleusement bien fonctionné.

7. Avez-vous des projets futurs ?

Nous essayons en ce moment de jouer le plus possible pour promouvoir l’album. Nous allons planifier une tournée européenne pour la fin de l’année et voir ce qui est possible à notre échelle. Et puis il faudra penser à composer de nouveaux titres pour ne pas tomber dans l’oubli. Notre site officiel est actuellement en construction.

8. Si vous avez quelque chose à dire, la parole est à vous.

Des extraits de Rust From Inside sont disponibles sur notre myspace, n’hésitez pas à venir écouter, à poster vos impressions via facebook. Notre truc, c’est que les gens qui nous écoutent, qui viennent nous voir sur scène passent juste un bon moment. Le reste on s’en fout royalement. Stay Rock

Mikael Binétruy

 

original INTERVIEW - pavillon 666 - webzine metal rock

PARTAGER :
 




Go to Top